Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 18:28
undefined

écrit le 04/03/08 à 13:35:11 par Survie Isère
 
Après avoir une nouvelle fois apporté un soutien inconditionnel au régime de terreur du tchadien Idriss Déby, l'Etat français a beau jeu de prétendre rompre avec les habitudes françafricaines du passé. Ses récentes déclarations sur la politique africaine de la France, et notamment sur la présence militaire française en Afrique, ne doivent pas faire illusion : seuls comptent les faits.

« Nous n'avons aucun accord de défense avec le Tchad, qui est probablement l'un des pays dans lequel nous sommes le plus intervenus. Jusqu'ici, ça n'a troublé personne ».
Amiral Lanxade, ancien chef d’état-major des armées, 06/05/1998

Lors des derniers évènements au Tchad, Déby a une nouvelle fois bénéficié du soutien français (en renseignements, armes et munitions) nécessaire pour se maintenir au pouvoir, et entamer la chasse aux opposants et aux dirigeants des organisations de la société civile.

Rappelons que le rôle de l'armée française en Afrique ne se limite pas à ses 6 à 7000 soldats stationnés sans mandat onusien dans ses 5 bases militaires permanentes. En effet, sont également détachés des conseillers militaires auprès de tous les dictateurs amis de la France, et des formateurs pour leurs troupes d'élite. Et cela, sans aucun contrôle de notre Parlement !

Le Tchad en est un sinistre exemple : le dispositif Epervier, déployé depuis 1986, représente aujourd'hui 1100 militaires permanents, une base aérienne, conseil et formation en matière de défense et de services secrets, et entraînement des troupes d'élite de la garde républicaine. Cette présence et plusieurs interventions directes ont sauvé plusieurs fois le dictateur Déby, auxquelles les élections frauduleuses validées par la coopération française n'apportent aucune légitimité.

Le voyage du président français N. Sarkozy au Tchad ce 28 février n’aura servi à rien sauf à cautionner l’enlèvement et la probable élimination physique de représentants de l’opposition démocratique par le régime Déby.

L'état français reste, dans les faits, le meilleur soutien du régime criminel d'Idriss Déby !
 

Nous demandons le retrait immédiat des troupes françaises sans mandat de l'ONU, seule instance légitime.

L'état français doit cesser de soutenir diplomatiquement et militairement le dictateur tchadien Idriss Déby.


Samedi 8 mars
16h30 place Félix Poulat

Manifestation
Contre l'action militaire de la France au Tchad
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE