Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 14:49
2234FranceAfrique.gifLe 15 janvier 2008, par Cellule
 
Dans une interview au Monde daté du 16 janvier 2008, le secrétaire d’Etat français à la coopération affirme : "Je veux signer l’acte de décès de la "Françafrique"". Il prend date et attend des signes concrets du Président de la République. Qu’on permette à la cellule Françafrique de lui donner quelques idées...
 
Alors que des rumeurs circulent selon lesquelles la visite prévue de Sarkozy en Angola, fin février, pourrait être remise en question et symboliser une prise de distance de la France avec les dirigeants qui pillent l’Afrique, le ministre d’ouverture Jean-Marie Bockel veut forcer le destin.
 
Bien sûr, il a quelques mots accomodants envers le doyen Bongo, qui vient pourtant d’illustrer à nouveau son sens un peu trop aigu de la démocratie - en suspendant vingt associatons accusées (ô crime de lèse majesté) d’avoir tenu des propos "politiques". En même temps, difficile pour Bockel de contredire trop ouvertement le savoureux message délivré par notre devin président lors de sa conférence de presse à Libreville, le 27 juillet 2007 : « s’agissant du Gabon, je ne pense pas que ce soit le pays qui ait le plus à rougir du fonctionnement de la démocratie interne, par la pluralité de la presse, par la pluralité des forces politiques ».
Mais en affirmant "Je suis en dialogue avec le président de la République [pour assurer la] transparence sur l’utilisation des ressources en matières premières. Le moment est venu que je sois soutenu jusqu’au bout.", le ministre d’ouverture alsacien met clairement en garde Sarkozy contre sa bienveillance un peu trop systématique avec les dictatures. Bockel s’expose aux foudres de l’Elysée en posant un ultimatum à Sarkozy : "Le moment est venu d’(...)aller plus loin dans la démarche de rupture et mettre nos principes en actes. Le président sera en Afrique à la fin de février : c’est le bon moment."
* Saisir les avoirs et les biens mal acquis en France par les dictateurs africains (cf. pétition lancée à ce sujet par quelques assos)
* Publier les accords secrets de défense liant la France à certains Etats africains.
* Supprimer la cellule africaine de l’Elysée et soumettre la politique africaine au contrôle parlementaire. La mission d’information parlementaire peut-être un pas en avant, mais elle ne suffira pas.
Ajoutons que la France devrait aussi annuler les « dettes odieuses », celles que les populations remboursent alors que ce sont leurs dictateurs qui les ont contractées pour mieux détourner ou opprimer. L’annulation doit bénéficier à la population grâce à un contrôle citoyen des fonds.
 Sur ces quelques utiles rappels, la cellule Françafrique vous souhaite une bonne lecture de l’interview intégrale de Jean-Marie Bockel ci-dessous. 2008 commence sur les chapeaux de roue. La cellule ne lâchera pas le morceau.
 
L’interview complète :
Six mois après l’élection de Nicolas Sarkozy, il semble que rien n’ait changé dans les relations entre la France et l’Afrique, contrairement aux promesses de rupture faites pendant la campagne électorale. Le ministre d’ouverture que vous êtes accepte-t-il ce statu quo ?
C’est justement parce que je suis un ministre d’ouverture et que j’ai adhéré au discours de Nicolas Sarkozy sur l’Afrique que je souhaite que les choses changent. Or la rupture tarde à venir. Il y a encore trop de rentes de situation, trop d’intermédiaires sans utilité claire, trop de réseaux parallèles pour permettre un partenariat assaini, décomplexé, d’égal à égal. La "Françafrique" est moribonde. Je veux signer son acte de décès. Il ne s’agit pas de faire la morale, mais d’aider au développement. Or, à cause de défauts de gouvernance dans certains pays, notre politique de coopération, malgré de multiples réalisations, ne permet pas des progrès à la hauteur des efforts consentis.
 
Comment expliquez-vous ce manque d’efficacité ?
La mauvaise gouvernance, le gaspillage des fonds publics, l’incurie de certaines structures administratives ou politiques, la prédation de certains dirigeants, tout le monde connaît ces facteurs ou les imagine. Au total, sur 100 milliards de dollars annuels d’aide pour l’Afrique, 30 milliards s’évaporent. Certains pays ont d’importantes ressources pétrolières, mais leur population n’en bénéficie pas. Est-il légitime que notre aide soit attribuée à des pays qui gaspillent leurs propres ressources ? Il faut donc revoir les conditionnalités, évaluer l’efficience de notre aide.
 
A quels pays pensez-vous ?
Je ne suis pas là pour montrer du doigt tel ou tel chef d’Etat. Ce serait contre-productif. Mais il serait intéressant d’écouter non seulement les dirigeants, mais aussi les sociétés civiles dire ce qu’elles pensent de l’efficacité de notre aide.
 
Justement, le régime gabonais d’Omar Bongo vient de "suspendre" les organisations de la société civile qui critiquent l’opacité de sa gestion des revenus pétroliers...
Le président du Gabon est un ami de longue date de la France. Sur la liste des pays problématiques, je ne le placerais pas en tête. Mais, sous réserve de vérification, je regrette cette décision.
 
Que pensez-vous de la décision du parquet de Paris de stopper l’enquête sur les "biens mal acquis" par certains chefs d’Etat africains ?
Pour faire évoluer les choses, on peut provoquer le conflit. Ma méthode est différente, forte et pédagogique, non idéologique. Il s’agit de conditionner notre aide à une bonne gouvernance, faire comprendre à l’opinion et aux dirigeants que ce serait plus efficace. Dans les accords de partenariat, nous pouvons demander un engagement de transparence sur l’utilisation des ressources en matières premières, exiger qu’une partie de la rente pétrolière soit utilisée dans les projets que nous aidons. Encore faut-il qu’on se tienne à cette ligne. Je suis en dialogue avec le président de la République à ce propos. Le moment est venu que je sois soutenu jusqu’au bout.
 
Auriez-vous du mal à vous faire entendre ?
Le président a fixé un cadre au niveau du discours. Le moment est venu d’une piqûre de rappel pour aller plus loin dans la démarche de rupture et mettre nos principes en actes. Tuer les petites pratiques moribondes et renouveler notre manière de dialoguer avec les Africains. Le président sera en Afrique à la fin de février : c’est le bon moment.
 
L’un de vos prédécesseurs, Jean-Pierre Cot, ministre de la coopération, a dû démissionner, en 1982, après avoir cherché en vain à changer les relations entre la France et l’Afrique. Ne courez-vous pas le même risque ?
C’est un vieil ami. Il s’est vite isolé et n’a pas forcément fait la bonne analyse. Moi, je suis avant tout un pragmatique. Je sais gérer les gens, les budgets, les contradictions. Je sais qu’on ne décalquera pas du jour au lendemain notre morale en Afrique. Je sais aussi que l’Afrique est le continent de demain, et qu’il en va de l’intérêt de la France de mettre en oeuvre cette rupture. La jeunesse africaine l’attend.
 
Propos recueillis par Philippe Bernard - Le Monde, 16 janvier 2008
 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE