Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 14:32
TEXTE de référence et signatures mise à jour le 13.03.2008

Depuis plusieurs années la République centrafricaine est plongée dans un cycle infernal de crise politique, sécuritaire et humanitaire. Cette grave crise trouve son origine essentiellement dans le refus obstiné des dirigeants du pays d’accepter et de respecter les principes démocratiques d'accession au pouvoir et de sa gestion.
 
Notre pays et sa population sont pris en otage par des dirigeants qui ne défendent pas les intérêts de la collectivité mais leurs  intérêts particuliers et égoïstes.
 
Sans vision adaptée aux réalités objectives de la Centrafrique, ni projet économique et social de dimension nationale,beaucoup de politiciens, cadres administratifs et militaires du pays recherchent le pouvoir par tous les moyens y compris par la violence d’où la permanence des putschs, des mutineries et des rébellions armées. Une fois installés au pouvoir de l’Etat, ils se livrent à la prédation au détriment de l’intérêt général, et de la population dont le sort n’a fait que s’empirer d’année en année sans espoir de trouver une solution durable à terme s’il n’y a pas une rupture avec cette pratique.
 
Le pouvoir en République centrafricaine est confronté à une profonde crise de légitimité. Si non, comment comprendre que moins de cinq mois après des élections générales jugées  « satisfaisantes » par la communauté internationale, laquelle est toujours prompte à s’accommoder des situations qu’à soutenir la démocratie, le pays soit plongé à nouveau dans un cycle de violences et une crise sécuritaire et humanitaire jamais égalée sans parler de la situation économique et sociale désastreuse.
 
Les Centrafricains désireux de voir leur pays sortir du cycle de violences et de la voie suicidaire dans laquelle les ont engagés ceux qui se sont succédés à la tête de l’Etat veulent un dialogue politique véritablement inclusif dont le contenu et les modalités doivent être clairement définis.
 
 
1- Du contenu du dialogue
 
Le point primordial du dialogue doit porter sur la question de la légitimité du pouvoir.
 
Un pouvoir légitime ne peut tuer des centaines de ses habitants dans le Nord-Ouest et le Nord-Est du pays ; provoquer la fuite et le refuge de plus de 200.000 de ses ressortissants au Sud du Tchad, à l’Ouest du Cameroun et au Sud du Soudan ; forcer à l’abandon de leurs foyers et au déplacement intérieur plus de 500.000 centrafricains obligés de se terrer dans des zones insalubres, inhabitables et dans le dénuement le plus total ; incendier plus de 10.000 maisons d’habitation ; terroriser et traumatiser plusieurs centaines de milliers d’habitants de zones rurales, lesquels ont même peur à l’écoute de simples bruits de moteurs de véhicules souvent associés à ceux des véhicules utilisés par les terribles « escadrons de la mort » constitués des éléments de la Garde présidentielle.
 
Par son bilan extraordinairement négatif ainsi que sa profonde remise en cause par une importante frange de la nation centrafricaine, le pouvoir en place ne saurait prétendre disposer de la légitimité nécessaire pour continuer à conduire les affaires de l’Etat.
 
Comme l’a indiqué le Groupe des Sages dans son rapport suite à ses larges consultations relatives aux préparatifs du dialogue, et curieusement passées aux oubliettes :
 
« Les facteurs qui génèrent et alimentent les crises que connaît le pays, sans être exhaustifs, sont : le  non respect des droits humains ayant pour corollaire l’impunité, le mal-gouvernance et le dysfonctionnement des services publics, la non-application des recommandations du Dialogue National, le déficit de dialogue politique, le tribalisme, la faiblesse de l’opposition démocratique, les entraves aux libertés fondamentales, l’insécurité des personnes et des biens, l’absence d’une armée vraiment républicaine, la fragilité du tissu économique, et la main mise des forces extérieures sur la politique et l’économie nationales. »
 
 
2 - Du lieu du déroulement du dialogue
 
Afin de rassurer tous les participants, de préserver un climat de sérénité dans les échanges et par mesure de sécurité pour tous, le dialogue doit se tenir à l’extérieur du territoire national dans un pays qui n’est pas impliqué dans le conflit centrafricain.
 
 
3 - Des participants au dialogue
 
Il ne s’agit pas de recommencer la grande messe du précédent dialogue national mais d’avoir des participants réellement représentatifs des organisations politiques et sociales du pays.
 
Doivent être représentés de manière paritaire et égale, l’opposition non armée, l’opposition armée, la société civile et le pouvoir en place.
 
De manière générale, aucun centrafricain acteur connu et reconnu de la crise politique, sécuritaire et humanitaire que traverse notre pays depuis plusieurs années ne doit être exclu sous quelque prétexte que ce soit. En conséquence, doivent être conviées à ce dialogue politique inclusif, toutes les personnalités qui ont joué à de degrés divers un rôle dans les dernières crises militaires et politiques du pays (mutineries, coups d’Etat et rébellions)    
 
 
4 - De l’application des décisions du Dialogue
 
Les décisions et résolutions du dialogue politique inclusif doivent être totalement et impérativement exécutoires et opposables à toutes les parties prenantes. Ce principe doit être non négociable.
 
Afin d’éviter les erreurs et manquements du précédent dialogue national, des mesures précises et claires doivent être arrêtées afin de garantir l’application de ce principe.
 
 
5 - De la médiation pour le Dialogue
 
Face au problème de légitimité du régime en place dans notre pays et, vu l’expérience du précédent dialogue national, lequel en fin de compte est un échec, il est préférable que le dialogue politique inclusif revendiqué par toute la communauté nationale se fasse sous la médiation de la Communauté internationale.
 
Etant donné que le Conseil de sécurité des Nations Unies a autorisé par sa Résolution 1778 le déploiement en Centrafrique d’une force internationale ONU/UE qui va s’impliquer dans la recherche de solutions à la crise humanitaire et sécuritaire dans nos régions frontalières du Tchad et du Soudan, il serait logique et utile que la Communauté internationale accompagne notre pays dans la recherche d’une solution politique globale.
 
En ce sens, pour permettre au dialogue politique inclusif de se tenir dans les meilleures conditions de liberté, de transparence et d’équité ainsi que pour garantir l’application de ses décisions et résolutions à toutes les parties prenantes, il est hautement souhaitable que ce dernier bénéficie de la médiation internationale des Nations Unies avec le concours de l’Union Européenne et de l’Union Africaine. 
 
Un dialogue simulacre sera le pis aller. Seul un dialogue vrai, sincère, abordant les questions de fond et n’excluant aucun centrafricain  peut ramener la sécurité et la paix.
 
Pour donner une chance à notre pays de retrouver sa cohésion sociale, la paix, la sécurité ainsi que la possibilité de s’inscrire dans un vrai processus de réconciliation nationale, de modernisation des institutions de la République, de développement et de progrès national,
 
Nous, signataires du présent Manifeste, exigeons un dialogue dont le contenu et les modalités doivent correspondre aux points fondamentaux définis ci-hauts.
 
Nous lançons un vibrant appel aux citoyens de notre pays, à tous les républicains et démocrates à se joindre à nous en vue de mener des actions, au-delà des positionnements partisans, des intérêts catégoriels, claniques et/ou politiciens pour l’objectif prioritaire : la tenue d’un dialogue politique véritablement inclusif en Centrafrique.
 
 
Fait à Paris, le 19 Octobre 2007.
 
 
Les premiers signataires du Manifeste
 
Nganatouwa GOUNGAYE WANFIYO, Avocat
Sylvain DEMANGHO, Historien
Jean-Jacques DEMAFOUTH, Avocat, ancien Ministre de la Défense
Djim-Arem MAدTAR, Ancien Député de Paoua 2, ancien 1er Vice-président de l’Assemblée nationale
Léon OUANGANGO, Avocat
Prosper N’DOUBA, Ancien Conseiller spécial à la Présidence de la République
Ruben NAMKOدSSE, Economiste
Prince Ambroise SARAGA, Ancien Président de la Cour Constitutionnelle      
Aubin KOMOTO, Ingénieur Consultant SI Atos Origin France
Claudilde LEMARIE FAYANGA, Agente médico-sociale
Franck SARAGBA, Politologue
Adrien POUSSOU, Journaliste
Félix YANDIA, Archéologue
Michel MABOU, Docteur en Géographie 
Jean-Pierre MARA, Informaticien
Lin BANOUKEPA, Avocat
Christian-Dominique DARLAN, Chef d’entreprise, Fondateur du site SELEKA.ORG
 
Les nouveaux signataires
 
Julien POUKO, Chef d’entreprise
Théophile MANDALO, Consultant
Didier Martial PABANDJI, Journaliste, Doctorant en Philosophie
Octave NGAKOUTOU, Citoyen centrafricain
Jean-Pierre BETINDJI, Philosophe, Médiateur Généraliste
Danièle ROUSSET, Infirmière, Ancienne coopérante à Kouki Bossangoa
Alphonse AMODA, Economiste, Ancien Consul de la RCA à Douala - Cameroun
Yves GUENENGAY, Informaticien,
Claude YABANDA, Consultant en Télécommunication et NTIC, Ancien chef de Cabinet particulier à la Vice-présidence de la République
Armand-Barthélémy SARAMATCHI, Juriste, Militant de la Ligue centrafricaine des droits de l’homme (LCDH)
Virginie BAIKOUA, Agente administrative des Collectivités territoriales
Faustin ZAMETO, Sociologue, Ancien Haut Commissaire du Gouvernement en charge de la Décentralisation et la Régionalisation
Ghislain ZEMBELLAT, Artiste Musicien
Armand GOMTOUA, Peintre en bâtiment
Guy BINGUIMANDJI, Citoyen  centrafricain
Michel DOROKOUMA, Conseiller Entreprise
Marcel METEFARA, Ancien Ministre
Eloi ANGUIMATE, Universitaire, Philosophe/Ecrivain et Ancien Ministre
Timothée ANGUENE, chef d’entreprise et Ancien Ministre du Commerce
Ricko Henri GUINARI,  Ingénieur en Informatique, Consultant en Technologie de l´Information chez Siemens et Deutsche Bank - Francfort Allemagne, Ancien Directeur Général de l´ONI et de l´ART en Centrafrique
Michel CHANTRY, Informaticien
Freddy Silvère OUILIDAN, Juriste/Chercheur, Secrétaire du Mouvement d’Action pour la Renaissance et le Salut (M.A.R.S)
Guy-Simplice KODEGUE, Juriste, Citoyen militant
Jean-Pierre REDJEKRA, Principal du Collège Saint Laurent du Maroni – Guyane Française, Vice-président du parti PATRIE et Membre de la LCDH
Frédéric DOUNIA GALASSOMA, Professeur (enseignement)
Joel PREVOS, Spécialiste Sécurité et Sureté, Citoyen militant pour la Paix et la Démocratie
Philippe MAKOUNDJI, Architecte, Gérant de Société de Construction à Quimper - France ; Secrétaire chargé des Relations Extérieures du parti MDI-PS de 1992 à 2001, Président de l'IECAF(Initiatives Economiques Centrafricaines)
Mézodé AGBA OTIKPO, Ancien Député et Ancien Ministre des Affaires Etrangères
Ali Raphael BAMA, Ingénieur Commercial
Saint Cyr NGOUYOMBO, Agent Hôtelier
Bertin NGOUNDA, Economiste, gestionnaire de formation
Emmanuel YANGALA, Artiste Comédien
Abba Issiaka MAHAMAT BAKIROU, Auditeur Comptable
Adolphe NDOUBA, Citoyen centrafricain
Roland TODJIRET, Agent de service - Education Nationale
Kilo SANGHAMI, Ancien Député
Al Hafiz MAHAMAT, Auditeur à l’ISM-Dakar
Edwige DONDRA, Assistante sociale
Thomas Bruno MOKIMANI, Ancien militaire
Modeanga-Bélem MAدTART, Citoyen centrafricain
Gervais DOUBA, Enseignant-Chercheur en Sciences de Gestion IUT-Université de Rouen, Vice-président de DEI/France
Augustin WAYAWO, Etudiant en master de Télécommunication
Philippe GUIANISSIO, Citoyen centrafricain
Cyrille GOUNFIO, Etudiant en master degré option infrastructure et équipement d'hydraulique
Blandine ZOUMALDE YACKOTA, Informaticienne
Adrien KIDIRI, Libraire
REBOUT KOSSI, Secrétaire de Direction
Valence DOUDANE, Journaliste, Fondateur et Directeur de Rédaction du journal La Plume, Ancien Attaché de presse à la Présidence de la République
Daniel Issane MARH ZOOK, Citoyen centrafricain
Jean Edgard BOH-MANGUI MBRETENDJI, Ecologiste
Désiré MBATA-NGOMBE, Juriste
Dieudonné Thierry KIANDJI, Ancien Ministre, Ancien Gouverneur du Palais de la Renaissance
Stève GONDAMOYEN, T.S Réseaux et Télécommunication
Raymond BEHOROU, Ancien-Préfet et ancien-Maire de Bangui
Joseph BENDOUNGA, Président du M.D.R.E.C
Valérie Blandine TANGA, Doctorant en Anthropologie
Ida LOPEZ, Etudiante Infirmière
Roger ANDJALANDJI, Sociologue, Chef d’Entreprise
Rebecca TICKLE, Attachée de Communication, Citoyenne Centrafricaine
Masremogna-O-La ZEKE-YAMO, Journaliste
Henry LOPEZ, Opérateur économique
Guy MOUSSA, Citoyen Centrafricain      
Jean Francis FEREOL-SANA, Electro-technicien
Roger Fleury KOURSANY, Reporter au Quotidien LE CONFIDENT
 

Partager cet article