Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 14:02

Abdoulaye-Miskine-Koumta-Madji.jpg

Le Front Démocratique du Peuple Centrafricain a appris avec satisfaction la libération des responsables de l’UFDR détenus à Cotonou au BENIN et remercie la Communauté Internationale des efforts qu’elle ne cesse de déployer et dont l’aboutissement  a été cette libération.

Alors que le peuple Centrafricain salut cet acte courageux de la Justice Béninoise, le Président François BOZIZE vient de poser deux actes qui remettent en cause d’une part l’accord de paix de Syrte , signé le 02 Février 2007 entre le FDPC et le Gouvernement , et d’autre part le processus de dialogue politique inclusif en cours.
 
1-     Le Samedi 16 Février 2008, les soldats de la Garde Présidentielle ont attaqué les positions des éléments du FDPC dans les environs de la localité de KABO. Le bilan est d’un blessé léger.
 
2-     Le Samedi 16 Février 2008, à la demande du Président François BOZIZE, la Cour Criminelle de Bangui est convoquée en session extraordinaire pour juger l’affaire dite de KEMBE dont Monsieur Jean-Jacques DEMAFOUTH, ancien Ministre de la Défense, est accusé de complicité.
 
Pour le FDPC, l’attaque délibérée de ses éléments est une grave violation de l’accord de paix de Syrte et en appelle au Haut Médiateur Permanent de la CEN-SAD pour trouver un compromis. En outre, en cas de prochaine violation, le FDPC considéra l’accord comme caduque et prendra ses responsabilités.
 
Monsieur Jean-Jacques DEMAFOUTH est une figure importante de la vie politique Centrafricaine. Cette tentative de sa mise à l’écart du processus de dialogue politique inclusif en instrumentalisant la justice est contraire au principe démocratique. Ce qui montre clairement la volonté des autorités de Bangui de s’enfermer dans une dictature.
Par conséquent, de tout ce qui précède, le FDPC s’engagerait d’une part de retirer son représentant du Comité Préparatoire de dialogue politique inclusif si les attaques contre les positions de ses éléments sur le terrain se répètent. D’autre part le FDPC apporte son soutien à Monsieur Jean-Jacques DEMAFOUTH et suit de près l’évolution  de cette affaire dont l’issue permettra de maintenir ou non sa présence au Comité Préparatoire du dialogue.
 
Le FDPC en appelle à la bonne compréhension de toutes les filles et tous les fils de Centrafrique.
 
 
Fait le 19 Février 2008
 
Le Président du FDPC
         Général Abdoulaye MISKINE

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans DIALOGUE INCLUSIF