Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 13:28
 

B-Kouchner.jpg

 N’DJAMENA, 28 fév 2008 (AFP) - Le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner a affirmé jeudi soir à N’Djamena que l’annonce de la renégociation par la France de ses accords militaires en Afrique constituait un "revirement" et un "progrès".

 "On ne peut pas à la fois prétendre que l’on va changer les rapports avec les Etats africains, ce que l’on a appelé la Françafrique, et en même temps ne pas le faire", a déclaré M. Kouchner. "Le président Sarkozy le fait et rien n’est décidé avant une négociation qui va s’ouvrir avec chacun des Etats.

 C’est ce que j’ai compris du discours de Nicolas Sarkozy en Afrique du sud", a-t-il ajouté. M. Sarkozy a annoncé jeudi, au Cap en Afrique du sud, qu’il allait renégocier tous les accords militaires de la France en Afrique où quelque 9.000 soldats français sont déployés au Sénégal, en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Tchad, en Centrafrique et à Djibouti. Des accords lient également la France au Togo et aux Comores. "C’est un revirement, c’est un changement, à mon avis un progrès (...).

 Au moment où née ou s’affirme une Union africaine - cela veut dire une personnalité africaine très importante- il est normal que l’on revoit ces accords qui témoignaient d’un autre temps", a-t-il dit. M. Kouchner est arrivé au Tchad mercredi soir avec le président Sarkozy, qui a fait une brève escale à N’Djamena en route pour l’Afrique du sud où il effectue une visite d’Etat jusqu’à vendredi.

 Le chef de l’Etat français, qui a rencontré le président Idriss Deby Itno, a notamment obtenu la constitution d’une commission d’enquête internationale sur les opposants disparus depuis début février après la tentative ratée de la rébellion tchadienne de le renverser.

 M. Sarkozy n’a eu en revanche aucune information sur leur sort. M. Kouchner s’est rendu, jeudi, dans l’est du Tchad pour évaluer le déploiement de la force européenne Eufor chargée de sécuriser dans cette région et dans le nord-est de la Centrafrique 450.000 réfugiés du Darfour ainsi que des déplacés tchadiens et centrafricains. A son retour en soirée, il a rencontré séparément à N’Djamena des personnalités de l’opposition et de la majorité soutenant M. Deby pour tenter de "renouer le dialogue".

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans FRANCE