Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 04:23

 

 

 

 

Bangui, 10 avril (CAP) - Ce mardi matin 9 avril 2013, les ouvriers de la société DAMECA de feu Kamach, entreprise qui a obtenu le marché de la réfection des bureaux présidentiels au palais de la Renaissance à Bangui, sont tombés par surprise sur un petit bureau attenant au principal espace de travail qui a servi au président déchu François Bozizé Yangouvonda.  Apparemment cette pièce était toujours hermétiquement fermée mais on y relève quelques impacts de  balles lors de l'attaque des rebelles du 24 mars dernier.

 

Lorsque les ouvriers de DAMECA ont fini par pénétrer dans la pièce, ils sont tombés à la renverse. Il s’agit visiblement d’un lieu sacré, une sorte d’autel où ils ont été frappés par le  grand nombre d'inscriptions faites à la peinture sur les quatre murs aux nom et prénoms d’Emile Gros Raymond NAKOMBO, candidat du RDC aux dernières élections présidentielles du 23 janvier 2011.

 

Au milieu de cette petite pièce on trouve également le C.V du même NAKOMBO calé par des cailloux et coincé entre des amulettes de toutes sortes. Pris de panique les ouvriers n'ont pas travaillé dans cette pièce et ont préféré alerter les militaires qui se trouvaient sur ces lieux. Ceux-ci à leur tour ont informé les plus hautes autorités qui ont pris l'affaire en main et décidé de faire venir sur les lieux dans la pièce dès le lendemain, une équipe de journalistes pour filmer cette étrange découverte qui en dit long sur les pratiques mystiques et fétichistes du sieur Bozizé,  l’ancien occupant des lieux aujourd’hui détrôné.

 

Par ailleurs, selon nos informations émanant d’une source camerounaise digne de foi, une fois débarqué à la ville camerounaise de Batouri avec les cinq grosses valises bourrées de liasses de billets de banque chargées depuis le palais et transportées dans l’hélicoptère lors de sa fuite, Bozize se serait plutôt retrouvé avec des valises de munitions et de téléphones portables.

 

Toujours selon nos informations, les autorités camerounaises sont disposées à restituer à l’état centrafricain l’hélicoptère Dauphin utilisé par Bozizé pour fuir le pays ainsi que l’impressionnant arsenal de guerre qu’elles ont saisi sur les 200 éléments des FACA et de sa Garde Présidentielle de Bozizé qui se sont retrouvés sur le territoire camerounais et qu’elles souhaitent voir regagner la RCA. 

Après les squelettes humains trouvés chez Bozizé à Sassara, découverte d'amulettes dans un de ses bureaux au palais

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com