Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 octobre 2021 3 13 /10 /octobre /2021 20:37
Nouvelles nationales sur RNL

 

Centrafrique: libération des deux derniers humanitaires retenus en otage par des hommes armés non loin de Bouca

https://www.radiondekeluka.org/ mercredi 13 octobre 2021 09:16

Les deux (2) derniers humanitaires des sept (7) capturés, mardi 05 octobre, par des hommes armés non loin de Bouca ont été libérés le jeudi 07 octobre. Ceci grâce à la médiation engagée par les autorités locales de Bouca avec les ravisseurs.

La libération des deux humanitaires est intervenue précisément 48 heures après leur enlèvement dans le village Ngatoua, situé à quelques dizaines de kilomètres de Bouca. A en croire le Sous-préfet de la localité, Damien Nganahoti, aucune somme n’a été versée aux preneurs d’otage qui exigeaient une rançon de 5 millions de francs CFA.

« Ils ont été libérés jeudi après la médiation faite par le président du comité des sages et la coordinatrice du Comité local de paix et de réconciliation (CLPR) de Bouca. Aucune rançon n’a été versée », affirme le sous-préfet.

 Une prise d’otages à base de revendications sociales

Les ravisseurs, pour justifier le rapt des humanitaires, ont formulé des revendications demandant d’abord le départ du Maire de leur localité, ensuite leur prise en compte dans les différents projets sociaux dans la région.

« C’était un moyen pour eux de se faire entendre car selon eux ils subissent certaines injustices de la part de leur Maire. Ils exigent que l’autorité municipale soit remplacée. Ils ont aussi demandé leur incorporation dans l’armée. Enfin, ils souhaitent qu’ils soient aussi pris en compte dans la mise en œuvre de certains projets à Bouca afin de subvenir aux besoins de leur famille », précise Damien Nganahoti.

Les humanitaires pas rassurés

Ce énième incident dans cette région où des travailleurs humanitaires sont attaqués presque régulièrement, a amené les ONG humanitaires à suspendre leurs interventions.

En juillet de l’année en cours, des attaques contre un convoi de MSF non loin de Batangafo ont obligé l’organisation humanitaire à suspendre ses différentes activités dans la région en raison du climat sécuritaire inquiétant. 

 

 

Centrafrique : la ville de Bria reçoit à nouveau une vague de déplacés fuyant les exactions des groupes armés

https://www.radiondekeluka.org/ mercredi 13 octobre 2021 07:29

La ville de Bria dans la Haute-Kotto accueille depuis la semaine dernière une vague de personnes fuyant les exactions des groupes armées dans les villages environnants. Ils sont déjà plus de 500 déplacés à s’installer sur le site des déplacés du PK 3. Ces personnes qui continuent d’arriver en masse, manquent de nourriture.

Ces déplacés sont arrivés des villages Lafolo, Pananga, Ngaboudou dans la Sous-préfecture d'Ippy dans la Ouaka. Ils ont fui les hommes armés qui ont fait leur apparition, le mercredi 06 octobre 2021, dans ces localités. Plusieurs de ces individus sont arrivées dans la ville Bria presque mains vides. A en croire ces derniers, des hommes armés arrivés dans la ville, les ont dépouillés de tous leurs biens. Certains ont parcouru des dizaines de kilomètres à pied avant d’atteindre la ville de Bria.

"Les assaillants sont venus nous menacer. Ils ont pillé successivement tous nos biens. Le premier jour, ils sont arrivés aux environs de 23 heures. Le 2ème jour à 24 heures. Le 3ème à 22 heures et maintenant le dernier jour en pleine journée. On a rien pu faire car ils étaient en nombre" témoigne Thierry, un des déplacés.

Les premières vagues de déplacés ont reçu une assistance du bureau local du HCR. Chaque ménage a reçu des ustensiles de cuisine, des couvertures, des moustiquaires, des nattes et des morceaux de savon. En plus de ce geste, les bénéficiaires souhaitent qu’on leur distribue de la nourriture.

"On a reçu des kits d’installation. Mais jusqu’à présent, on n’a pas trouvé quelque chose à manger. On veut manger. Il est vrai, certaines personnes de bonne volonté nous assistent de temps en temps. Mais nous avons des enfants avec nous. On ne sait comment faire" implore Jean Christophe, un père de famille.

Pour l’heure, ces personnes sont cantonnées dans les différents blocs du site de Pk3 à Bria.

 

Nouvelles nationales sur RNL
Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com