Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 15:27
RCA : Prorogation de l'état d'urgence pour encore six mois

 

LES DEPUTES CENTRAFRICAINS VOTENT PAR ACCLAMATION LA PROROGATION DE L’ETAT D’URGENCE POUR SIX (6) MOIS 

 

Les élus de la nation réunis en séance plénière sous la présidence de Laurent NGON-BABA, Président de l’Assemblée Nationale ont adopté par acclamation le vendredi 05 février 2021, le Projet de Loi relatif à la prorogation de l’état d’urgence proclamé le 21 janvier de l’année en cours.

Trois membres du Gouvernement se sont mobilisés pour venir se prêter à cet exercice démocratique. Il s’agit de Marie Noëlle KOYARA, de la Défense Nationale, appuyée par ses collègues Ministre de l’Intérieur chargé de la Sécurité Publique, Général de Division Henri WANZET-LINGUISSARA et celui de la Justice par intérim Jean Christophe NGUINZA.

Tout a commencé par l’exposé des motifs du Bureau de l’Assemblée Nationale lu par le député Bernard DILLAH, Premier Secrétaire Parlementaire.

De l’exposé des motifs de Madame KOYARA venue défendre ledit Projet de Loi, il ressort que la RCA traverse une crise sécuritaire depuis plusieurs mois, aggravée par la tentative de coup d’Etat du 13 janvier 2021.

Pour faire face à un péril grave, le Gouvernement dispose d’un certain nombre de prérogatives exceptionnelles prévues aux articles 43 et 44 de la Constitution du 30 mars 2016, parmi elles l’état d’urgence et l’état de siège.

Afin de permettre aux Forces de Défense et de Sécurité de poursuivre les opérations de pacification du territoire national en cours, et eu égard à l’expiration de cet état d’urgence décrété le 21 janvier 2021, il a été demandé à la Représentation Nationale de se prononcer en faveur d’une prorogation de l’état d’urgence pour un délai de (06) mois.

Des débats de fond enclenchés, l’on retiendra que les groupes parlementaires MLPC et Cœurs-Unis en plus de sept (07) interventions à titre individuel ont été enregistrés et les préoccupations ont concerné l’évaluation de l’état d’urgence de 15 jours déjà en vigueur, en quoi cette situation va apporter de solution à l’insécurité ? Comment l’Etat va-t-il juguler les conséquences de l’état d’urgence ? Ou encore comment l’état d’urgence va-t-il se traduire sur le processus électoral ?

En répondant à tous ces questionnements en premier, la Ministre Marie Noëlle KOYARA a d’abord relevé que les perturbations dans le pays sont l’œuvre des Centrafricains et qu’aujourd’hui, aucun homme politique n’a été arrêté. Par ailleurs, elle a annoncé la reprise de la ville de Yaloké aux mains des forces négatives par les Forces Armées Centrafricaines et ses alliés. 

« Ne vendons pas notre pays ! » ainsi s’exclame le Ministre de la Sécurité WANZET-LINGUISSARA tout en dénonçant l’hypocrisie de certains compatriotes qui sont en intelligence avec les ennemis du peuple centrafricain avant de souhaiter que la question de l’évaluation de l’état d’urgence puisse faire l’objet de huis-clos avec les députés.

De son côté le Ministre NGUINZA, à la tribune loin de violer le secret d’instruction, a évoqué le travail qui est fait par la justice, juger les personnes impliquées dans cette tentative de déstabilisation.

Au final, aucun amendement n’a été déposé, le vote favorable par acclamation des députés est intervenu pour donner des coudées franches au Gouvernement afin de lui offrir des voies et moyens pour bien pacifier le pays en vue d’un retour définitif à la paix.

Paul Marin Ngoupana

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com