Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 13:54
Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

 

Centrafrique: le parquet général salue le dernier rapport d’Amnesty International

 

https://www.radiondekeluka.org/ lundi 7 décembre 2020 16:11

Le dernier rapport d’Amnesty International publié le 24 octobre 2020 sur la justice en République centrafricaine continue de faire réagir le milieu judiciaire. Le parquet général se réjouit des conclusions de ce rapport et considère que les points évoqués traduisent la réalité du secteur judiciaire dans le pays.

Pour le parquet général qui apprécie cette initiative, ce rapport est impartial et sans bienveillance. Il précise même qu’Amnesty International a rendu un hommage aux tribunaux ordinaires suite à l'organisation des sessions criminelles. Selon le procureur général près la Cour d'Appel de Bangui, Amnesty International salue le travail abattu par le parquet général.

"Je tiens à saluer ce rapport d’Amnesty International. C'est un rapport neutre, indépendante, objectif, sans parti pris et sans complaisance. Intitulé: Au procès, ces chefs de guerre ont baissé la tête, ce rapport rend hommage à la Cour d'Appel de Bangui notamment, la session criminelle. Tout ce que nous disons tout bas lors des sessions criminelles, est apprécié par l'organisation" a fait savoir Eric Didier Tambo, procureur général près la Cour d'Appel de Bangui.

Dans le rapport d’Amnesty International de 51 pages, l'organisation a demandé aux tribunaux ordinaires d'organiser six (6) sessions criminelles dans le pays. Cependant, d'après la Cour d'Appel, la situation sécuritaire encore fragile dans d'autres régions du pays ne favorise pas la tenue de toutes ces audiences criminelles.

"Chaque Cour d'appel doit tenir au moins deux sessions criminelles par année. Avec la présence des groupes armés, il y a une juridiction du pays qui n'est pas opérationnelle. Il s'agit de la Cour d'Appel de Bambari. Suite à cela, le gouvernement a pris des mesures administratives. Des dossiers criminels issus de ces zones, ont dessaisi systématiquement ces juridictions au profit de la Cour d'Appel de Bangui" a renchéri le procureur général près la Cour d'Appel de Bangui.

Par ailleurs, le procureur indique que les deux sessions criminelles de cette année sont repoussées au début de l'année 2021. Selon lui, jumeler une session criminelle aux échéances électorales est quelque chose d'irréalisable.  Pour l'instant, plus de 100 dossiers sont en état d'être jugés par la Cour criminelle. Il s'agit entre autres de dossiers de viols, de coups mortels, d'associations de malfaiteurs, de crimes de dénier public, de vols à mains armées et de détention d'armes et munitions de guerre voire de pratique de charlatanisme et sorcellerie.

 

 

Centrafrique: dégradation de la situation sécuritaire à Kaga-Bandoro

https://www.radiondekeluka.org/ lundi 7 décembre 2020 16:03

La situation sécuritaire se dégrade à Kaga-Bandoro au centre du pays. Quelques jours après l'attaque du village Ngouvota à 25 kilomètres de la ville par des hommes en armes, faisant 5 morts parmi la population, les localités de Yagarandji et Ngouvota ont été visitées ce 06 décembre 2020 par d'autres hommes en armes. Selon des sources, ces derniers voulaient se venger d'un des leurs tué récemment par la population.

La psychose gagne les habitants de Yagarandji et Ngouvota après cette nouvelle attaque de la part des groupes armés. Face à cette situation, la Minusca dit renforce ses dispositifs sécuritaires dans la ville de Kaga-Bandoro afin de prévenir d'éventuelles agressions. A l'origine de cette situation, une affaire de vol de bœuf, tournée au drame. Des personnes tuées et des maisons incendiées

"Il y a eu, ces jours-ci, quelques maisons incendiées au niveau de Ngouvota et Yagarandji. Il y'aurait une question de vol de bœufs occasionnant la mort en brousse de certains peulhs, dont les corps introuvables ont été revendiqués par leurs familles. Ceci a suscité la réaction de leurs familles qui sont venues incendier le village Yagarandji, tuant 4 personnes et brûlant 8 maisons" a témoigné Abbé Pothin Kangho, curé de la paroisse St-Thérèse de Kaga-Bandoro.

La crainte pour les élections est certes là. Cependant, la Minusca se dit  mobilisée pour ramener la paix. Elle compte intensifier à cet effet, des patrouilles dans la ville.

"Des informations que nous avons obtenues sur le terrain et que nous avons aussi constatées, c'est qu'il y a eu une attaque menée par des éléments non-identifiés et cela aurait causé des morts et des blessés. Suite à cela, des mesures ont été prises. La zone est patrouillée par la Minusca et les Forces armées centrafricaines dans le cadre de la protection des civils. La sécurité revient progressivement" a fait savoir Vladimir Montéiro, porte-parole de la Minusca.

Ce regain de tensions et cette nouvelle vague de violence dans la région, démontrent la fragilité de la sécurité malgré le désarmement, il y a un mois de plusieurs membres de groupes armés. Ils surviennent à trois semaines de la tenue des élections groupées du 27 décembre 2020.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com