Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 14:25
14e pèlerinage de Ngukomba marqué par la crise sanitaire et l’élection présidentielle

 

En Centrafrique, 14e pèlerinage de Ngukomba marqué par la crise sanitaire et l’élection présidentielle

https://africa.la-croix.com/ 7 décembre 2020 

Samedi 5 décembre, des milliers de pèlerins centrafricains se sont réunis au sanctuaire de Ngukomba, à 24 kilomètres de Bangui, la capitale, pour le 14e pèlerinage organisé dans cette localité. À cette occasion, l’archevêque de Bangui, le cardinal Dieudonné Nzpalainga a prononcé une homélie au cours de laquelle il a longuement évoqué la crise sanitaire liée au Covid-19, dans un contexte préélectoral.

« Notre pèlerinage de cette année revêt une importance capitale et une coloration particulière en raison de la propagation de la pandémie du coronavirus et de la perspective des prochaines élections qui suscite beaucoup d’angoisses », a constaté l’archevêque de Bangui, le cardinal Dieudonné Nzapalainga, à l’occasion du pèlerinage de annuel de Ngukomba, samedi 5 décembre. « Dans ce contexte troublé, la voix de l’Archange Gabriel nous est particulièrement adressée. Soyons sans crainte parce que le Seigneur vient bientôt et parce que, déjà, la lumière de son sacrifice sur la croix rayonne dans nos vies. Tel est le message d’espérance ! », a-t-il ajouté.

Covid-19

La République centrafricaine compte un peu moins de 5 000 cas de Covid-19 au 5 décembre. Le cardinal Nzapalainga s’est inquiété, dans son homélie du 5 décembre, du relâchement de l’observance des gestes barrières mais également du relâchement spirituel des fidèles. « Dans de tels moments, le serpent nous suggère l’illusion que l’existence du coronavirus est un leurre, qu’il n’existe pas chez nous, qu’il n’est pas virulent en Afrique noire ou en Centrafrique, qu’ici, il n’est qu’une maladie bénigne, a-t-il fait remarquer. Et ce faisant, la voix du séducteur nous invite à être indifférents, négligents, insouciants. Nous constatons de plus en plus, partout, un relâchement dans le respect des gestes barrières et des mesures préconisées pour endiguer la propagation du virus. Au nom de la vie, au nom de Dieu, je vous invite à prendre soin de la vie que Dieu nous offre et d’obéir aux appels qu’il nous adresse par la médiation des autorités compétentes en matière de santé ».

A lire : En Centrafrique, « Kotoboa » Nzapalainga, prophète chez lui

Selon l’archevêque de Bangui, ce relâchement des gestes barrières s’accompagne curieusement d’un relâchement spirituel dû à la crainte du virus. « Jamais la sauvegarde ou le soin de sa santé n’ont signifié tiédeur ou froideur de la vie de foi, a-t-il prévenu. Dieu n’a jamais baissé d’ardeur dans l’amour dont il nous aime. Au contraire, il se dévoile à nous comme le Père capable de rechercher la brebis égarée jusqu’à la retrouver ».

Élections

Par ailleurs, le pèlerinage annuel de Ngukomba qui en est à sa 14e édition, se déroule cette année, dans un contexte préélectoral puisque le 27 décembre, les Centrafricains doivent élire leur président. Pour cette élection qui s’annonce tendue, la Cour Constitutionnelle a invalidé, jeudi 3 décembre, la candidature de l’ancien président François Bozizé, chassé du pouvoir en 2013, par la coalition rebelle de la Séléka. L’archevêque de Bangui est brièvement revenu sur ce scrutin en préparation « Pendant les élections, nous constatons souvent la pratique à outrance de la démagogie, a-t-il observé. Les démagogues sont des marchands d’illusions : ils promettent ce qu’ils ne pourront jamais réaliser. Ils veulent séduire pour atteindre leur fin. Aux démagogues, s’adjoint une autre espèce de séducteurs, ceux qui s’évertuent à acheter le suffrage à l’aide de l’argent ou du matériel ». Il a, par ailleurs, exhorté le peuple centrafricain « à discerner, en toute maturité, parmi toutes les voix, celles qui désirent son épanouissement intégral ».

Lucie Sarr

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com