Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 21:37
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : François Bozize dépose sa candidature à la présidentielle en attendant la décision de la Cour Constitutionnelle

BANGUI, le 09 Novembre 2020 (RJDH) --- Neuf jours après l’ouverture du dépôt des dossiers de candidature, c’est ce lundi 09 novembre que l’ancien président centrafricain François Bozize a déposé son dossier de candidature à la présidentielle. Il se dit confiant à la cour constitutionnelle qui statuera sur son dossier.

A un jour de clôture des opérations d’enregistrement des dossiers de candidatures, l’ancien président François Bozize a brisé son silence. Ce lundi 9 novembre 2020, la formation politique de KNK a finalement déposé sa candidature pour la présidentielle du 27 décembre prochain malgré de doutes émis contre sa candidature conformément aux dispositions de la Constitution du 30 mars 2016, qui exige à un candidat de résider sur le sol centrafricain un an avant la date du dépôt de candidature.

C’est dans une boule d’ambiance que les partisans du parti Kwa Na Kwa(KNK) sont arrivés dans la matinée du 09 novembre au siège de l’Autorité Nationale des Elections pour accompagner le candidat Bozize à déposer son dossier. 

Les dossiers ont été réceptionnés par l’Autorité Nationale des Elections. Ce qui porte à l’ancien président, le numéro 13. Tout a été bien déroulé au siège de l'ANE, selon François Bozize, « il n’y a pas d’anomalie ! Tous les éléments du dossier ont été présents et acceptés par l’Autorité Nationale des Elections », explique-t-il.

Lors du dépôt de dossiers François Bozize, se dit confiant et remet tout entre les mains de la Cour Constitutionnelle qui aura son dernier mot sur sort, « je laisse le soin au technicien de la Cour Constitutionnelle qui a seule habilité à se prononcer sur les questions de rejet. Pour l’instant, ce qui est plus important, c’est le dépôt des dossiers. J’ai tous les justificatifs pour me présenter, je ne suis pas inquiet de ma situation. Le meilleur reste à venir », a-t-il déclaré après avoir déposé son dossier.

Seule juridiction compétente en matière de candidatures et d’éligibilité est la Cour Constitutionnelle. En cas de contentieux, la cour disposera de quinze (15) jours à compter de l’enregistrement de la requête à son greffe.

Paméla Dounian-Doté.

 

Centrafrique : le ministère des Mines met en place une équipe technique pour la révision de Code minier et pétrolier

BANGUI, le 09 novembre 2020(RJDH)---Une équipe technique du ministère des Mines et de la géologie est mise en place ce lundi 9 novembre 2020 pour la relecture du Code minier et pétrolier en République Centrafricaine. C’est une loi qui réglemente le secteur minier du pays, mais contient des faiblesses, d’où nécessité selon le ministre des Mines Léopold Mboli-Fatran de réviser afin de l’adapter au contexte actuel.

La relecture du Code minier de la République Centrafricaine, intervient dans un contexte où le gouvernement éprouve des difficultés pour règlementer le secteur minier par rapport à certaines carences constatées dans la présente loi. Ceci permettra au département de clarifier et réajuster certains aspects pouvant contribuer au développement du secteur minier et pétrolier en Centrafrique.

« Il est important de réviser le code minier et pétrolier afin de les assoir dans la modernité en les adoptant aux standards internationaux de la gouvernance extractive. Le code minier et pétrolier va permettre de renverser le paradoxe de l’abondance des populations. La dette fiscale est très faible, l’environnement et le droit des autochtones n’est pas pris en compte et tant d’autres aspects, c’est ainsi que nous avons bien voulu réviser ces documents en vue de les réactualiser », a énuméré le ministre.

La non codification, la transparence dans la gestion des ressources minières et pétrolières restent un grand levier à relever pour l’efficacité et l’authenticité du secteur.

Le ministre des mines revient sur les points qui seront pris en compte dans ce nouveau document, « le faible contrôle institutionnel, le non-respect des contraintes environnementales, les difficultés de financement du secteur, la non prise en compte des activités des eaux, des ressources minérales ainsi que les gites, la faible organisation des eaux de carrière, le dévoiement de l’artisanat minier, la faible concertation entre diverses administrations impliquées dans le secteur minier et pétrolier. Tous ces aspects que nous devons prendre en compte pour rehausser le secteur », a ajouté Léopold Mboli-Fatran.

Les dispositions en matière pétrolières et surtout le partage des pourcentages semble être insuffisantes selon le ministre des mines. L’ancienne loi portant Code minier de la République Centrafricaine a été promulguée en avril 2009.

La République centrafricaine a un potentiel minier très important. Le plan minier national a identifié au moins 470 indices minéraux constitués de substances énergétiques, non métalliques, de métaux non ferreux, de diamant et or. En dépit du formidable potentiel minier et des gisements connus, seul le diamant et l’or sont exploités d’une manière artisanale.

Ketsia Kolissio.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com