Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 18:38
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

Centrafrique : le gouvernement contribue à hauteur d’un milliard de FCFA pour les élections

 

BANGUI, le 12 novembre 2020(RJDH)----Un montant d’un milliard de francs CFA a été octroyé au Projet d’Appui au Processus des Elections en Centrafrique(PAPEC) pour l’organisations élections dans le pays. La signature du document a eu lieu ce jeudi 12 novembre 2020 entre les Ministres des Finances et de l’Economie Henry Marie Dondra, Félix Moloua et Natalie Boucly, représentante résidente du PNUD.

Ce montant vient s’ajouter au budget du projet d’appui au processus des élections en Centrafrique(PAPEC) pour l’organisation des élections du 27 décembre dont les opérations se poursuivent dans le pays. L’Autorité nationale des élections a besoin de 24 milliards de FCFA pour organiser toutes les étapes.

Plusieurs partenaires d’ores et déjà, ont contribué à l’organisation des élections, notamment la France, les Etats-Unis, l’Union européenne, le Japon, la Minusca et d’autres partenaires.

Le gouvernement et les partenaires tiennent à l’organisation de ces élections groupées en Centrafrique dans le délai constitutionnel. Des étapes importantes ont été franchies par l’ANE qui évite un glissement électoral. Les opérations en cours restent celles de validation des dossiers de candidatures par la Cour Constitutionnelle qui a déjà engagé le traitement.

RJDH

 

Centrafrique : la situation humanitaire préoccupante à Bambouti dans le Haut-Mbomou suite aux combats opposant deux groupes rivaux de l’UPC

 

BAMBOUTI, le 12 novembre 2020, (RJDH)---La situation humanitaire et sécuritaire dans la ville de Bambouti reste préoccupante suite aux combats qui ont opposé deux fractions rivales de l’UPC depuis le samedi 07 Novembre dernier. Selon le Député de Bambouti Jean Bernard Anioué Gbissigui, ces combats qui se sont généralisés dans la ville après deux jours d’affrontement ont provoqué une vague de réfugiés centrafricains sur le territoire sud-soudanais.

Ces combats selon le Député de Bambouti, se sont produits entre les éléments de l’UPC basés à Bambouti, « c’est depuis le samedi 06 novembre qu’une partie d’éléments de l’UPC a traversé la frontière pour aller vers le Sud-soudan alors qu’ils leur sont formellement interdits de traverser de l’autre côté. Une fois aperçu de l’autre côté du territoire, les jeunes les ont rappelé à l’ordre. Mais ces éléments de l’UPC ont eu le courage de tabasser un jeune sur son territoire avant de repartir sur Bambouti », a-t-il expliqué.

De retour de Bambouti, raconte l’honorable, « les échanges de tirs ont démarré. Et arrivée le dimanche c’était devenu le pire. Les informations en ma possession évoquent le décès de certains leaders influents de l’UPC à Bambouti. Les combats qui ont démarré le samedi, dimanche et lundi, cela s’est généralisé et la population ne pouvait pas supporter. La majeure partie de la population a traversé la frontière pour se réfugier au sud soudan » a-t-il poursuivi.

C’est depuis le mois de septembre 2019 que les éléments de l’UPC ont fait leur incursion dans la ville de Bambouti face à ce que l’élu de la nation qualifie de passivité des autorités du pays. « La population est abandonnée à elle-même et ne sait à quel saint se vouer. De l’autre côté vers le sud soudan, nous sommes taxés. Les gens disent que c’est nous qui gardons les rebelles à la frontière, et ce n’est pas normal. Nous savons que l’Etat centrafricain à la possibilité d’envoyer des militaires à la frontière, mais il ne veut pas. Mais aujourd’hui, par contrainte, la population est en train de traverser, quel sort leur sera réservé. C’est là où s’est compliqué », a conclu le Député de Bambouti.

La ville de Bambouti est située à plus de 1400 km de Bangui à l’extrême Est du pays.  La tenue des élections dans cette partie du territoire semble hypothétique vue que même les agents de l’ANE n’ont pas eu le temps de boucler les opérations d’enrôlement sur la liste électorale. Ces derniers ont pu enrôler seulement 700 électeurs, selon le député en trois jours avant d’être chassés par les éléments de l’UPC. /

Cyrille Wegue

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com