Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 22:48
NOTE D’INFORMATION MINUSCA

 

NOTE D’INFORMATION

 

LES NATIONS UNIES CONDAMNENT FERMEMENT LA DESINFORMATION ET LES INCITATIONS A LA HAINE CONTRE LES CASQUES BLEUS

 

Bangui, le 11 Novembre 2020 – Les Nations unies condamnent fermement les campagnes de désinformation, les discours de haine et d’incitation à la violence contre les casques bleus de l’ONU en République centrafricaine (RCA), a indiqué mercredi la MINUSCA lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Alors que le contingent marocain est la cible d’une campagne de dénigrement et d’incitation à la haine, la MINUSCA souligne que la protection du personnel des Nations unies n’est pas négociable.

La MINUSCA félicite l’ensemble de ses casques bleus engagés dans la mise en œuvre de son mandat de protection des populations civiles en RCA, en particulier le contingent marocain pour son professionnalisme, son engagement et son sens du sacrifice dans l’exécution de sa mission à Obo. « Huit casques bleus marocains déployés au service de la paix en RCA ont été tués à Bangassou et le sud de la RCA entre avril 2016 et juillet 1017, suite à des appels à la haine et l’incitation à la violence », a rappelé le porte-parole de la MINUSCA, Vladimir Monteiro.

La MINUSCA salue l’attitude de la majorité des parlementaires centrafricains qui se sont démarqués des déclarations mensongères et haineuses contre les casques bleus marocains, et se félicite de la position du Gouvernement qui soutient le travail des soldats de la paix. « La Mission procède à la documentation de tous ces discours afin que leurs auteurs puissent répondre de leurs actes. La Mission onusienne met également en garde ceux qui s’en prennent aux casques bleus bangladais dans le nord-ouest de la RCA », a souligné le porte-parole Vladimir Monteiro, rappelant que les incitations à la haine et à la violence sont prohibées par les textes internationaux et nationaux, comme le code pénal centrafricain.   

Le porte-parole est revenu sur l’appel du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies, Mankeur Ndiaye, aux groupes armés à renoncer définitivement et durablement à l’utilisation de la force et à accélérer leur dissolution conformément à l’Accord de paix, afin de transiter vers des entités civiles et politiques. L’appel a été fait lors de la grande rencontre de réconciliation des communautés dans le Nord-est de la RCA à Bangui. Le Représentant spécial a également réitéré l’appui de la Mission aux Comités de mise en œuvre préfectoraux (CMOP) et aux Comités techniques de sécurité (CTS), mis en place dans le cadre de l’Accord politique, ainsi qu’à tous les efforts de paix.   

De son côté, le porte-parole de la Force, le Lieutenant-colonel Hassan Hakaoui, a indiqué que dans le cadre de son mandat de protection des populations civiles, la Force a mené un total de 2.592 patrouilles notamment avec les FACA, sur le territoire centrafricain durant la semaine écoulée. « Malgré une situation sécuritaire généralement calme dans l’ouest, la Force reste en alerte avec des patrouilles offensives pour prévenir d’éventuelles violences perpétrées par les éléments du groupe 3R. Dans le centre, les casques bleus et 100 militaires FACA poursuivent l'opération miliaire à Ndélé pour protéger les civils, aider à créer des conditions sécuritaires pour la reprise de l'aide humanitaire et soutenir une solution politique durable », précisé le porte-parole militaire.

Pour sa part, la porte-parole de la composante Police, la Capitaine Mazalo Agba, s’est exprimée sur le processus électoral, notamment sur la tenue, le 7 novembre, d’un exercice de simulation regroupant les Forces de sécurité intérieure centrafricaines (FSI) et la MINUSCA, ainsi que la formation de 30 chefs d’unités et responsables des FSI sur la coordination et la supervision des unités chargées de la sécurité lors des élections. « Dans le cadre des élections, une ligne verte d'urgence 1325 sera bientôt opérationnelle. Elle permettra de recueillir les plaintes des femmes victimes ou témoins de menaces ou violences », a ajouté la porte-parole d’UNPOL.

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com