Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 02:06
Les chars, symbole de la poussée russe en Centrafrique

 

Lu pour vous

 

https://www.ouest-france.fr/ Arnaud MEUNIER, à Bangui. Publié le 16/11/2020 à 07h32

Le vide laissé par la France, occupée face aux djihadistes au Sahel, n’est pas perdu pour tout le monde. Après les contrats miniers, Moscou consolide son partenariat avec Bangui en livrant des blindés.

La scène de liesse remonte au 15 octobre 2020. Au cœur de la capitale, des milliers de Centrafricains s’étaient massés pour voir défiler six des vingt blindés BRDM 2, offerts par la Russie. Ils venaient d’être réceptionnés à l’aéroport par le président Faustin Archange Touadéra en personne. Ces véhicules légers, d’un modèle soviétique millésimé 1970, seront bien en peine de changer la situation sur le terrain.

La Russie accroît sa présence

Sept ans après l’insurrection qui a plongé la Centrafrique dans le chaos, et malgré le rétablissement des institutions à Bangui, le pays est encore contrôlé à 80 % par des groupes armés. Et puis, il faudrait prévoir des pièces de rechange, grince un officier. Lors du défilé, un des blindés, tombé en panne, a dû être tracté au bout d’une corde.

Quoi qu’il en soit, à un mois et demi de la présidentielle où le président Touadéra briguera un second mandat, la Russie accroît sa présence dans l’ancien pré carré de la France. Un bureau de coopération russe est en cours d’installation au sein du ministère de la Défense. Touadéra, le 7 octobre, pour l’anniversaire de Vladimir Poutine, puis son Premier ministre Firmin Ngrebada, se sont succédé à Moscou.

Jusqu’ici, la diplomatie russe à moindre coût s’appuyait sur un réseau d’acteurs privés, selon Poline Tchoubar, autrice d’une note pour la Fondation pour la recherche stratégique, à Paris. Des sociétés russes, comme la Lobaye Invest, sous sanctions américaines, ont obtenu des permis d’exploitations minières. Surtout, le groupe paramilitaire privé Wagner, dirigé par Evgueni Prigojine, un proche de Poutine, a pris ses quartiers.

 La scène de liesse remonte au 15 octobre 2020. Au cœur de la capitale, des milliers de Centrafricains s’étaient massés pour voir défiler six des vingt blindés BRDM 2, offerts par la Russie. Ils venaient d’être réceptionnés à l’aéroport par le président Faustin Archange Touadéra en personne. Ces véhicules légers, d’un modèle soviétique millésimé 1970, seront bien en peine de changer la situation sur le terrain.

La Russie accroît sa présence

Sept ans après l’insurrection qui a plongé la Centrafrique dans le chaos, et malgré le rétablissement des institutions à Bangui, le pays est encore contrôlé à 80 % par des groupes armés. Et puis, il faudrait prévoir des pièces de rechange, grince un officier. Lors du défilé, un des blindés, tombé en panne, a dû être tracté au bout d’une corde.

Quoi qu’il en soit, à un mois et demi de la présidentielle où le président Touadéra briguera un second mandat, la Russie accroît sa présence dans l’ancien pré carré de la France. Un bureau de coopération russe est en cours d’installation au sein du ministère de la Défense. Touadéra, le 7 octobre, pour l’anniversaire de Vladimir Poutine, puis son Premier ministre Firmin Ngrebada, se sont succédé à Moscou.

Jusqu’ici, la diplomatie russe à moindre coût s’appuyait sur un réseau d’acteurs privés, selon Poline Tchoubar, autrice d’une note pour la Fondation pour la recherche stratégique, à Paris. Des sociétés russes, comme la Lobaye Invest, sous sanctions américaines, ont obtenu des permis d’exploitations minières. Surtout, le groupe paramilitaire privé Wagner, dirigé par Evgueni Prigojine, un proche de Poutine, a pris ses quartiers.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com