Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 novembre 2020 1 16 /11 /novembre /2020 19:45
Centrafrique : le retour des sortis face au sortant

Lu pour vous

 

https://www.ouest-france.fr/ Antoine ROLLAND le 16/11/2020 à 17h27

Vingt-deux candidats ont annoncé leur candidature à la présidentielle centrafricaine du 27 décembre 2020. Dont deux anciens chefs d’État qui veulent affronter le président sortant, Faustin-Archange Touadéra.

Le nom du palais présidentiel, La Renaissance, leur donne-t-il des idées ? Dans la course à la présidence centrafricaine, des personnalités ayant occupé les plus hautes fonctions rêvent d’un retour au pouvoir. Le président sortant Faustin-Archange Touadéra, 63 ans, élu à la surprise générale en 2016, et qui vise  une victoire au premier tour  le 27 décembre 2020, se voit concurrencer par l’ancien président François Bozizé, 74 ans, devenu chef de l’opposition.

La rupture promise ? Une supercherie !

Arrivé au pouvoir par un coup d’État en 2003, François Bozizé a été renversé dix ans plus tard par la Seleka, une coalition paramilitaire venue du Nord, qui a plongé le pays dans le chaos. Aujourd’hui, son parti, le KNK, veut rattraper un temps qu’il juge perdu.  L’année 2013 aurait dû être celle du décollage économique de la République centrafricaine , a lancé son vice-président, Bertin Béa, à la tribune d’un meeting.

L’ancienne présidente de transition (2014-2016) Catherine Samba-Panza, 66 ans, a aussi des idées de revanche.  La rupture promise en 2016 était une supercherie , a-t-elle dénoncé dans son discours de candidature. La diplomate jouit d’une popularité bien moindre que François Bozizé, mais peut s’appuyer sur ses réseaux internationaux.

Un personnel politique non renouvelé

À ce trio s’ajoutent quatre anciens Premiers ministres, sept anciens ministres, ainsi que trois fils de chefs d’État décédés.

Ce manque de renouvellement est en partie dû à l’organisation de la vie politique.  Les partis sont structurés autour du président-fondateur pour conquérir le pouvoir, analyse Rosmon Zokoué, président de l’Association des blogueurs centrafricains. Il est difficile de faire émerger de nouvelles têtes. 

La Cour Constitutionnelle doit maintenant valider les dossiers, mais des incertitudes pèsent sur ceux de Catherine Samba-Panza, soupçonnée de détournements de fonds, et de François Bozizé, encore sous sanctions internationales. Réponse le 3 décembre.

La campagne électorale sera ouverte le 12 décembre 2020 pour prendre fin le 25 du même mois. Le corps électoral sera convoqué pour le premier tour de la présidentielle le 27 décembre prochain.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com