Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 septembre 2020 4 10 /09 /septembre /2020 18:32
Faut-il placer l’Afrique sous tutelle des Nations Unies ?

 

Lu pour vous

 

 

Le Cercle K2 n'entend donner ni approbation ni improbation aux opinions émises dans les publications (écrites et vidéos) qui restent propres à leur auteur.

 

Guy Gweth est Président du Centre africain de veille et d’intelligence économique (CAVIE) et Fondateur de Knowdys Consulting Group (KCG).

---

60 ans après les indépendances, la question peut paraître provoquante, voire saugrenue. L'audit des trajectoires africaines, ‎depuis 1960, positionne pourtant cette option parmi les solutions possibles. Entre faillite des États, fragilités économiques, boom démographique, chômage de masse, émigration, recul démocratique, corruption, exploitation sauvage, crime organisé, terrorisme ou guérilla économique, etc., l’Afrique est devenue un danger pour elle-même et pour le reste de la planète.

 En 2020, l'Afrique a gagné 10 ans de recul social, économique, politique et sécuritaire 

Au cours des 20 dernières années, nous avons vendu au monde l'épaisseur de la croissance économique, le dynamisme des classes moyennes, la fièvre entrepreneuriale, le déclin des coups de force, la progression de la démocratie, l'amélioration du climat des affaires ou encore le retour des élites sur le continent.‎

Optimistes et volontaristes, nous avons placé le renouvellement des dirigeants en vitrine et surfé sur l'exposition accrue du continent aux firmes multinationales. La nouvelle Afrique était célébrée dans les médias mainstream. Puis, il y a eu la pandémie de Coronavirus, miroir grossissant des carences du continent depuis 60 ans.

Indicateur d’une Afrique qui croît, se pacifie et stabilise ses institutions, la Banque africaine de développement a regagné son siège, en Côte d’Ivoire, le 8 septembre 2014. Six ans plus tard, l’institution panafricaine et la communauté des investisseurs sont à nouveau confrontés au risque politique qui pèse sur le pays. L’Afrique a échoué.

Depuis 1952, le continent a enregistré 207 coups d'état. Mais la courbe était à la baisse au long de la décennie écoulée. Avec le Mali, l'Afrique renoue avec de vieux démons auxquels son opinion publique, déçue de la classe politique, semble s'accommoder si l'on en croit l'accueil réservé aux putschistes du 18 août dans les rues de Bamako.

La ceinture de la terreur que constitue la bande sahélo-saharienne ne profite qu'aux terroristes et aux marchands d'armes. Calculette en main, il est peut-être temps, pour la communauté des pays industrialisés, d'évaluer le prix d'une journée de paix sur cette partie du monde ‎à moins, pour elle, de se complaire dans un désordre organisé.

Alors que plusieurs chefs d'État sont atteints par l'épidémie du troisième mandat, voire du pouvoir éternel, les "amis de l'Afrique" peinent à les en dissuader. L'exécutif domine le législatif et le judiciaire.‎ Il asphyxie ou corrompt les médias pour imposer l'omerta. Et c’est lui l'interlocuteur ultime de l'investisseur mafieux et du mafieux investisseur.

Face à ce tableau et à l’absence de perspectives, les jeunes ont le choix entre la compromission, l'exil ou la mort. Exemple parmi d’autres : pour le seul mois de juillet 2020, plus de 4000 Tunisiens ont fui leur pays à la recherche d’une vie meilleure. Leurs embarcations illégales se sont échouées sur les côtes italiennes, à 150 km de la Tunisie.

 Les FMN évoluant dans des États de non droit sont condamnées à se compromettre

Les firmes multinationales (FMN) évoluant dans des États de non droit sont condamnées à se compromettre. De ce fait, elles sont tout autant responsables que les politiques des drames qui se jouent. Dit autrement, la RSE des FMN ne peut plus se résumer à la rédaction de chartes sur papier biodégradable, au recrutement d'hôtesses d’accueil handicapées, à la construction de quelques points d'eau potable ou à l'attribution de bourses scolaires dans l'enseignement général. Non.

Autant que leurs parlements, il est temps que les organisations patronales du nord, autant que leurs firmes, abordent les questions de gouvernance politique, de droits humains et de justice dans les pays d’accueil. Il est urgent, pour elles, de traiter ces sujets, en leur sein et dans leur dialogue avec les pouvoirs publics, non par courage, ni par supériorité, mais par nécessité. Car jamais leur silence n’a été plus éloquent.

Le 13 août 2020, des Jihadistes ‎ont pris possession du port stratégique de Mocimboa da Praia dans le nord mozambicain. Pauvre en infrastructures de base, mais riche en gaz, la région essuie une kyrielle d’attaques alors que Total a décidé d'y injecter 20 milliards USD pour un mégaprojet d'exploitation développé avec l'Américain ExxonMobil et l'Italien Eni. Ici, à plusieurs milliers de kilomètres de l’Hexagone, se joue la transition du groupe français vers un mix énergétique davantage gazier.

Notre opinion est que si, en plus des deux géants américain et italien, Total sait entraîner avec lui d'autres groupes français de la taille de Bolloré, ‎BNP, Société Générale ou Technip, pour faire du Mozambique une puissance gazière mondiale, alors il peut faire davantage que mobiliser l'armée mozambicaine pour protéger son personnel et ses installations. Total peut et doit faire plus dans son intérêt et dans l’intérêt du Mozambique afin que Cabo Delgado ne devienne pas le delta du Niger.

 L’Afrique n’a pas besoin d’un Plan Marshall, mais d’un audacieux Plan Obama

Le continent africain ne manque ni de ressources, ni de patriotisme, ni de désir de développement. Ce qui lui fait défaut, c’est principalement un cadre consensuel, des normes justes et un juge impartial. Le reste est accessoire et, comme tel, a vocation à s’arrimer au principal. L’Afrique n’a pas besoin d’un Plan Marshall mais d’un Plan Obama, fait d’institutions fortes sous l’arbitrage de la communauté internationale.

Pour y parvenir, il faut impérativement une conférence internationale sur l'avenir de l'Afrique. Au pire, elle aura les allures d'une nouvelle conférence de Berlin avec un nouveau "partage du gâteau africain". Mais au moins,‎ elle aura le mérite de la clarté, la force de la structure, la vertu de l'objectif. En pleine ébullition, la jeunesse africaine a besoin d’une boussole pour canaliser sa formidable énergie créative.

On ne vous demande pas d’aider l’Afrique par amour, par générosité, par pitié ou à l’ancienne. Non. On vous demande de l’aider par nécessité, par bon sens, par stratégie. Car l’Afrique n’est plus simplement une plaie pour l’humanité. Elle est devenue l’échec de notre humaine condition. Même loin, très loin, sa tragédie erre aux abords de chez vous, telle une âme en peine, inquiétante et menaçante à la fois.

Contrairement au grand partenaire chinois dont la tradition diplomatique consiste à ne coopérer qu'avec les décideurs au pouvoir, ‎quels qu'ils soient, l'Occident a une forte tradition de société civile libre et audible. Plutôt que militer pour aider à traiter les conséquences, les sociétés civiles occidentales peuvent aider l’Afrique à transformer la cause de tous ses malheurs dans la construction de véritables États de droit. Considérée comme le foie de notre planète, l’Afrique apparaît trop sensible pour être confiée à la seule élite africaine ; ce qui n'a du reste jamais été le cas. Formaliser sa tutelle à l'égard des Nations Unies présenterait l'avantage de la sécurité, de la lisibilité et de la transparence dans ses attaches, ses institutions et le projet que l’Afrique formule pour une population qui représentera plus du quart de l’humanité en 2050.

Guy Gweth 

 

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com