Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 00:24
Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

 

Centrafrique/écologie : un pas de plus dans la mise en œuvre de l'accord de Paris

 

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 26 mai 2020 14:29

 

Les députés centrafricains viennent d'acter ce 25 mai 2020, la loi interdisant les emballages et sachets en plastique non biodégradables. Une avancée significative selon le gouvernement dans ses engagements après l'accord  de Paris sur le climat et le réchauffement climatique signé le 22 avril 2016.

Le texte adopté par acclamation à l'Assemblée nationale, a été porté et soutenu par le ministre de l'Environnement Thierry Kamach. Il fait interdiction à la production, l'importation et la commercialisation des matières en plastique en Centrafrique. Une grande avancée dans les efforts de la protection de l'environnement selon le ministre Thierry Kamach.

"Nous aurions aimé que cette loi soit adoptée plus tôt, mais "mieux vaut tard que jamais", car cette loi met en place une unité de police et d'intervention de l'environnement. Ce qui constitue pour nous l'un des points forts de la loi" s'est-il félicité.

Cette loi facilite la jonction de l'action des deux ministères œuvrant pour la protection et la sauvegarde de l'écologie. "Le ministère des Eaux et forêts disposent des gardes forestières, mais au niveau de l'environnement, nous en avons pas pour faire appliquer la loi. Avec cette loi, nous aurons des forces assermentées qui nous aiderons de faire appliquer la loi même si nous savons que ce sera difficile pour un début" a fait savoir M. Kamach.

Après son adoption par les députés et sa promulgation par le Chef de l'Etat dans les prochains jours, cette loi entrera en vigueur 12 mois après une période de trêve.

" Il y aura un délai de 12 mois pour permettre à tous ceux qui disposent encore des stocks de ces produits visés de les écouler. Passer ce délai, la loi entre en vigueur et nous passerons à la répression"  a indiqué Igor Tola kogadou, coordonnateur changement climatique au ministère de l'environnement.  

Cette loi a été adopté alors que des initiatives se mettent progressivement en place au niveau local  pour recycler les objets en plastique afin de combattre la détérioration de l'environnement.

 

 

Centrafrique/Elections: les Centrafricains de l'étranger voteront dans 13 pays

 

https://www.radiondekeluka.org/ mardi 26 mai 2020 14:36

Les centrafricains de la diaspora savent désormais dans quels pays ils peuvent voter dans le cadre des scrutins présidentiel et législatif du 27 décembre 2020. Le découpage des pays éligibles a été entériné par un décret présidentiel à quelques semaines d'enrôlement prévu pour le mois de juin.

Dans un décret signé le 20 mai 2020, le chef de l'Etat a entériné la répartition des pays dans lesquels les centrafricains qui y vivent peuvent exprimer leurs  suffrages. 11 pays africains au sud du Sahara, deux pays européens et les Etats Unis d'Amérique.

En Afrique centrale, il s'agit du Cameroun, des deux Congo, du Tchad et de la Guinée Equatoriale, tandis qu'en Afrique de l'ouest, seuls les centrafricains qui auront s'inscrit en Côte d'Ivoire, au Togo ou encore au Bénin pour voter. Les deux autres états africains retenus sont le Maroc et le Soudan.

Les Centrafricains vivant en France et en Belgique exprimeront leur droit civique contrairement aux autres pays d'Europe de facto spectateurs du fait de leur faible représentation démographique dans ces pays d'accueil.

Si le processus fait son petit bonhomme de chemin en Centrafrique, ce décret n'a pas évoqué le cas de force majeure qui risquerait d'hypothéquer la participation des centrafricains de l'extérieur à cause du confinement ou de dé-confinement lié au nouveau coronavirus dans ces pays cités ci-haut.

Le cap est donc fixé alors qu'ici au pays, le premier ministre Firmin Ngrébada saisit la Cour Constitutionnelle en vue d'obtenir d'elle, le constat de force majeure, ce qui ouvrirait la voie à un glissement du mandat présidentiel et législatif. Un point qui ne fait pas encore l'unanimité entre la majorité, l'opposition démocratique et la société civile. 

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com