Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 septembre 2019 3 18 /09 /septembre /2019 12:10
RCA : le gouvernement somme les groupes armés de libérer les établissements scolaires

 

 

https://www.radiondekeluka.org mardi 17 septembre 2019 09:02

 

Le gouvernement a tiré la sonnette d'alarme ce 16 septembre 2019 à l'ouverture officielle de la rentrée scolaire 2019-2020. Le Premier ministre, Firmin Ngrébada a exigé aux groupes armés de libérer les bâtiments scolaires en respect de l'Accord politique de paix du 6 février.

Le lancement du programme pédagogique  au titre de l'année académique 2019-2020 s'est déroulé à l’école primaire Félix Houphouët Boigny, au Pk 22 à la sortie nord de Bangui sur la route de Damara dans l'Ombella-M'Poko. « Mobilisons-nous pour une année scolaire équitable à nos enfants, garçons et filles à l'école, c'est l'avenir », est le mot d'ordre du gouvernement inscrit sur la banderole attachée sur les lieux de la cérémonie.

Les différents partenaires présents à cette ouverture ont lancé des messages forts pour le respect de l’Accord du 6 février en faveur de la rentrée scolaire. Le chef du gouvernement, Firmin Ngrébada a appelé les groupes armés à faciliter cette rentrée scolaire.

« Je traduis ici une exigence républicaine, celle d'attendre des groupes armés signataires de l'Accord politique pour la paix et la réconciliation du 6 févriers 2019, qu'ils reconnaissent, exécutent totalement leurs engagements en reconnaissant les droits de nos enfants d'aller à l'école », a martelé le Premier ministre Ngrébada.

« Nous attendons d'eux qu'ils libèrent dans leur zone, l'école en mettant fin à l'occupation illégale des bâtiments scolaires et en laissant les enseignants regagner leurs lieus de service », a-t-il exigé.

La crise centrafricaine a frappé de plein fouet le système éducatif entraînant des conséquences négatives sur son fonctionnement. « Avec la crise militaro-politique qui a ébranlé le système éducatif, il y a un manque d'enseignants qualifiés, de matériels didactiques et de tables bancs », a indiqué Jean de Dieu Dangoula, président de l’Association des Parents d’Elèves (APE) de l’école de Liton. Il a par ailleurs plaidé en faveur de la clôture de l'établissement pour une meilleure sécurisation des écoliers.

« L'école n'est pas clôturée, créant beaucoup d'insécurité », a-t-il averti.

L'Unicef plaide la réussite de la rentrée scolaire

En prélude à cette rentrée scolaire, la Représentante de l’Unicef en République Centrafricaine, Christine Muhigana, a lancé un message fort en faveur du devenir du pays. « Tous les garçons, toutes les filles doivent être à l'école. C'est comme ça qu'ensemble nous allons bâtir cette nation », a-t-elle souligné.

Christine Muhigana a demandé par ailleurs aux enseignants à reprendre leur poste et aux parents d'envoyer leurs enfants à l’école. « Nous espérons que les enseignants seront à leurs postes et que les familles vont amener leurs enfants à l'école », a souhaité la Représentante de l'Unicef.

Une rentrée scolaire menacée par la grève syndicale

Le Groupement Syndical des Travailleurs de Centrafrique (GSTC) a appelé à compter de lundi 16 septembre ses adhérents à observer une grève de 3 jours. Cette centrale syndicale entend ainsi pousser le gouvernement à répondre aux revendications pendantes sur la table des négociations. « Nous disons à la communauté nationale et internationale que nous maintenons notre grève du lundi 16  au mercredi 18 septembre si d'ici là, il n'y a pas la signature d'un communiqué conjoint », a martelé Firmin Zoh-Ponguélé, secrétaire général du GSTC.

« Le Chef de l'Etat nous a reçu mercredi 10 septembre. D'aucuns pensent qu'après la rencontre, il ne devait pas avoir la grève », a indiqué Mr Zoh-Ponguélé expliquant que lors de cette rencontre, il y a eu deux annonces : le pacte social et le paiement des arriérées de salaire.  

Le GSTC a balayé du revers de main les conclusions de ce rendez-vous, estimant ne pas être convaincu par ces annonces. « Ces annonces ne peuvent pas nous engager. Ce qui doit nous engager, c'est un communiqué final, un protocole d'accord avec le gouvernement », a expliqué Firmin Zoh-Ponguélé qui durcit sa position. « Ces annonces ne peuvent pas fléchir la position du GSTC », a souligné le secrétaire général.

ISYCA emboîte le pas au GSTC

L’Intersyndicale de Centrafrique (ISYCA) a lancé ce même 16 septembre un préavis de grève. Une décision assortie de l'assemblée générale de samedi 14 regroupant les 19 centrales syndicale.

« Le préavis de grève a été déposé ce 16 septembre sur la table du gouvernement avec les 63 points de revendication », a fait savoir Oumarou Sanda-Bouba, coordonnateur de l’ISYCA ajoutant avoir « sept jours francs pour discuter ».

Le GSTC et l'ISYCA entendent tout mettre en œuvre quelles que soit les conditions, pour trouver une solution satisfaisante aux attentes des travailleurs centrafricains.

 

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com