Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 14:11
Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

 

Diplomatie : La France soutient l'accord de paix signé entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés

 

https://www.radiondekeluka.org  vendredi 22 février 2019 11:24

 

Deux semaines après sa signature à Bangui, l'accord de paix et de réconciliation négocié à Khartoum fait son chemin et continue de rencontrer l'adhésion d'autres  pays. C'est le cas de la France qui a exprimé ce 21 février son soutien à l'accord. Position exprimée par Eric Chevallier directeur du Centre de Crise et de soutien au Quai-d'Orsay après 3 jours de visite de travail dans le pays.

La France annonce l'augmentation de son enveloppe dans le cadre des projets à impacts rapide. "En 2019, la France a décidé d'augmenter sa contribution. Nous pensons qu'il y a un accord particulier dans la dynamique de  l'Accord de Khartoum de renforcer nos efforts de stabilisation. Nous allons augmenter cette enveloppe, c'est ce que je suis venu dire aux autorités et aux partenaires y compris les ONG et les associations locales de solidarité" a-t-il indiqué.

"Nous pensons qu'un accord ne vit que si jamais  la population voit une différence dans son quotidien. Donc il faut que rapidement les programmes soient mis en place qui montrent qu'il y a un effort de paix. Nous allons soutenir un certain nombre de programme qui sont des programmes à impact rapide qui devrait permettre que la population qui sera concerné par ce programme voit qu'il y a une dynamique positive" a-t-il ajouté.

L'Accord de paix prévoit le soutien de la Communauté internationale. Outre la vulgarisation faite déjà par les Etats membres de la CEEAC et l'annonce des Etats témoins, la France met la main à la poche.

Le représentant spécial sortant du secrétaire général de l'ONU, Parfait Onanga Anyanga présente le document ce 22 février devant le Conseil de Sécurité à New York.

 

 

Bangui : Le manque d'éclairage public source de braquages dans les quartiers Sica 2 et 3

 

https://www.radiondekeluka.org jeudi 21 février 2019 11:44

 

Les habitants des quartiers Sica 2 et 3 dans le 2ème arrondissement de la capitale s'inquiètent de la montée de l'insécurité dans ces secteurs. En cause, le manque d'éclairage public. Les passants et certains habitants de ces secteurs sont souvent la cible des braqueurs. Vols et agressions à main armée y sont devenus quasi quotidiens.

La semaine dernière, un jeune homme a succombé à ses blessures après avoir reçu une balle au cours d'un braquage à Sica 3. Des personnes sont souvent blessées par balle ou à l'arme blanche. Des motos, véhicules, téléphones et autres objets volés emportés. Ces actes sont enregistrés au quotidien dans ces quartiers plongés dans l'obscurité pendant la nuit par manque d'électricité.

"Le quartier manque d'éclairage public entrainant l'obscurité qui favorise les braqueurs" explique un habitant de Sica 3.

Si certains sont remontés contre les responsables de l'Enerca, d'autres par contre proposent l'instauration des patrouilles régulières des forces de sécurité dans ces quartiers devenus gagne-pain des malfaiteurs. "La police et la gendarmerie doivent multiplier les patrouilles la nuit pour assurer la sécurité de la population", souhaite un gérant de débit de boisson à Sica 2.

Insistant sur le problème d'électricité, Lucas Da Silva, chef de Sica 3 appelle les responsables de l'Enerca à plus de responsabilité. "La semaine passée, il y a eu meurtre dans mon quartier parce qu'il n'y avait pas d'électricité. Et pourtant sur les factures de l'Enerca, il y a l'éclairage public. Du moment où la population paie, qu'est-ce que l'Enerca fait de cette somme ?" s'est interrogé le notable soulignant que "l'Enerca est en train de mettre l'économie du pays à terre".

Du côté de l'Enerca, le discours n'a pas changé. La société affirme ne pas être en mesure de répondre à toutes les demandes en électricité à Bangui à cause de sa faible capacité de production. Elle estime que la distribution de l'électricité pourrait connaitre une amélioration dans les mois ou années à venir avec les projets en cours.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com