Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 janvier 2019 7 13 /01 /janvier /2019 20:48
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU

 

CENTRAFRIQUE : VILLAGE BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU CE SAMEDI ET DIMANCHE. 

 

Bokolobo dans la préfecture de la Ouaka à quelques kilomètres de la ville Bambari, le nid de l'UPC où se trouve l'État-Major du Mouvement terroriste dirigé par le nigérien Ali Darass, à feu et à cendre ce samedi et dimanche, après une puissance de feu lancée par la coalition FACA-MINUSCA. 

 

Le raid aérien et terrestre est lancé suite à l'incursion des terroristes dans la ville de Bambari, le 10 Janvier au moment où toutes les personnalités de la République sont attendues sur les lieux. 

 

Un coup provoqué et subi par la coalition UPC-FPRC, répliqué sévèrement par les forces nationales et internationale, créant une abrasion au sein de Coordination Nationale de Défense et Sécurité des terroristes dirigée par Abdoulaye Hissene. 

 

Parti en catastrophe, le mercenaire Ali Darass est porté disparu, certaines sources font savoir qu'il est à l'abri à Kaga Banadoro. 

 

 

RCA: pression de la Minusca sur les rebelles du FPRC à Bakouma

 

Par RFI Publié le 13-01-2019 Modifié le 13-01-2019 à 19:12

 

En République centrafricaine (RCA), la situation est toujours aussi difficile à Bakouma, ville minière du sud-est du pays. La quasi-totalité des habitants ont fui, suite à des affrontements, fin décembre, entre groupes rebelles et militaires. La localité est aujourd’hui livrée aux miliciens du FPRC. Au total, entre 12 000 et 15 000 personnes dont plus de 5 600 sont arrivées à Bangassou, plus à l'Est. Ocha a commencé à apporter une première aide humanitaire à ceux qui sont parvenus à rejoindre Bangassou. De son côté, la Minusca travaille avec les humanitaires et tente de faire pression sur les rebelles du FPRC afin que ces derniers quittent la ville.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) a commencé à apporter une aide à Bangassou mais en raison de l’insécurité, il n’est pas encore possible de venir en aide aux autres déplacés.

Jointe au téléphone par RFI, Karen Perrin, chef du bureau OCHA en RCA, précise qu’à ce jour, la réponse humanitaire est centrée principalement sur la ville de Bangassou où « on continue l’enregistrement des personnes déplacées et où une réponse en santé est déjà en cours au travers des centres de santé et des cliniques mobiles ».

Sécurité alimentaire : « Une réponse se met en place »

En matière de nutrition, Karen Perrin souligne également que « des biscuits à haute teneur énergétique sont prêts à être distribués aux enfants récemment arrivés. Les stocks seront disponibles pour d’autres personnes si elles devaient arriver », avant d’ajouter qu’en matière de sécurité alimentaire, « une réponse se met en place avec le transport de stocks de nourriture vers Bangassou, ainsi qu’un pré positionnement de stocks qui permettraient de couvrir ces populations auxquelles on ne peut pas accéder aujourd’hui » mais, affirme-t-elle, « dès qu’on le pourra, on sera prêt à le faire ».

Karen Perrin qui fait également état de biens non alimentaires qui sont déjà disponibles et qui pourront être utilisés pour couvrir les populations dès que l’équipe pourra accéder à ces populations.

Pression de la Minusca

De son côté, Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca, souligne que la Mission de l’ONU en Centrafrique travaille avec les humanitaires et qu’elle tente de faire pression sur les rebelles du FPRC afin que ces derniers quittent la ville de Bakouma et qu’ils rendent ce qu’ils ont pillé lors de leur incursion, en fin d’année 2018.

« Là aussi, c’est un groupe qui fait partie des 14 reconnus qui sont appelés à dialoguer mais leur l’attitude est contraire justement avec ce que tout le monde souhaite, c’est-à-dire la fin de la crise. La Minusca a différentes options. Le recours à la force fait partie des options mais avant le recours à la force, il y a l’engagement avec notre bureau sur le terrain pour demander à ce qu’ils évacuent cette localité », a-t-il déclaré.

 

BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU
BOKOLOBO, LE NID DE L'UPC À FEU ET À CENDRE, ALI DARASS PORTÉ DISPARU

Partager cet article

Repost0
Centrafrique-Presse.com