Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 22:55
COMMUNIQUE DE PRESSE MINUSCA
COMMUNIQUE DE PRESSE MINUSCA

 

 

LA MINUSCA CONDAMNE FERMEMENT L’ATTAQUE CONTRE LES CASQUES BLEUS DANS LE CENTRE DE LA REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

Bangui, 12 octobre 2018 - La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) condamne l’attaque perpétrée contre ses casques bleus, jeudi soir dans la ville de Bambari (centre de la République centrafricaine) et les menaces proférées par l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) à l’encontre de membres laïcs et religieux de différentes communautés de la société civile de Bambari.

 

Le 11 octobre vers 14 heures à Bambari, dans la préfecture de la Ouaka, les militaires de la MINUSCA, au cours d’une patrouille, ont désarmé sept combattants de l'UPC qui étaient illégalement en possession d’armes de guerres et des munitions. Une enquête a été initiée par la gendarmerie avec l’appui de la composante police de la MINUSCA.

 

Dans la soirée du jeudi 11 octobre, des combattants présumés de l'UPC ont tiré des coups de feu dans le quartier Adji à Bambari, suscitant la peur et un déplacement de populations déjà éprouvées. La MINUSCA a dépêché une patrouille sur les lieux qui a également été attaquée par les mêmes éléments armés. La Force a déployé des renforts et aucune victime n’est à déplorer.

 

Ces faits sont non seulement condamnables pénalement mais menacent gravement le processus de paix conduit sous l’égide de l’Initiative africaine pour la paix et la réconciliation en Centrafrique. 

 

La MINUSCA continuera à travailler avec les autorités centrafricaines, et notamment avec les Forces Armées Centrafricaines (FACA) et les Forces Internes de Sécurité (FIS) déployés à Bambari, pour préserver son statut de « ville sans groupes armés » et garantir la sécurité de toutes les communautés dans la préfecture de la Ouaka.

 

La MINUSCA exhorte tous les groupes armés à mettre en œuvre les engagements pris dans le cadre du processus de paix actuel et à cesser toute violence contre les populations civiles. Elle rappelle que les auteurs d’attaques contre des civils seront arrêtés et traduits en justice.

 ____________________________________________________________________________

Division de Communication Stratégique et d'information publique 

MINUSCA | Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine 

https://minusca.unmissions.org  | Twitter: @UN_CAR | Facebook: facebook.com/minusca.unmissions

 

Ouaka : L'arrestation de 7 combattants de l'UPC par les FSI transformée en tirs d'arme à Bambari

 

https://www.radiondekeluka.org  vendredi 12 octobre 2018 12:25

 

Les forces de sécurité intérieure (FSI) ont interpellé ce jeudi 11 octobre à Bambari sept hommes de l'UPC, détenteurs d'arme de guerre. Le climat sécuritaire s'est par la suite détérioré dans la soirée.

 

Des détonations d'arme lourde et automatique ont été entendues aux environs de 20 heures au centre-ville. Selon les informations, les tirs ont visé le commissariat de police.

 

Les assaillants ont voulu par cette attaque ciblée, libérer sept des leurs arrêtés par les forces de sécurité intérieure et gardés dans leur geôle. Des représailles repoussées par les FSI. Du coup la psychose s'est emparée de la population civile comme le témoigne cet habitant sous le couvert de l'anonymat.

 

"Hier à partir de 20 heures, des détonations d'arme lourde et légère ont été entendus", a expliqué à Radio Ndeke Luka la source locale. La goutte d'eau qui a débordé le vase reste l'arrestation de "trois sujets peuhls armés" par "une patrouille de militaires". L'interpellation de ces combattants de l'UPC "qui devaient être transférés sur Bangui" a entrainé la colère des "Peuhls qui se sont alors énervés et ont voulu attaquer le commissariat de police". Heureusement que la riposte des FSI ne s'est pas faite attendre.

 

Ce vendredi 12 octobre, la ville est redevenue calme. Seulement, toutes les activités sont paralysées. "Pour ce matin, il y a un calme précaire. La population vit la peur au ventre", a indiqué un autre témoin, précisant que "la méfiance" règne de part et d'autre.

 

Il convient de rappeler que les peuhls armés s'étaient opposés au redéploiement des FSI à Bambari, prétextant que celles-ci ne devaient pas détenir des armes lourdes. Un mécontentement qui s'est accentué avec l'arrivée des Forces armées centrafricaines dans la ville.

 

Radio Ndeke Luka a vainement tenté de joindre les autorités administratives et locales ainsi que la Minusca pour leurs versions officielles des faits. Toutefois, aucune perte en vies humaines n'est enregistrée.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com