Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juin 2018 2 12 /06 /juin /2018 02:22
Lu pour vous : COMMENT LA FRANCE A PERDU UNE RCA

 

 

CENTRAFRIQUE : COMMENT LA FRANCE A PERDU UNE RCA DONT VLADIMIR POUTINE EST PEUT-ÊTRE EN PASSE DE PRENDRE LE CONTRÔLE

 

 

La  Centrafrique  (RCA),  pays  qui  a  longtemps  constitué  une  pièce  essentielle  du  dispositif  militaire  français  en Afrique,  est  désormais  en  passe  de  devenir  le  pivot  de  la  stratégie  russe  dans  la  région.  L’explication  de  cette étonnante  nouveauté  est  plus  que  simple  :  Vladimir  Poutine  laissa  la  France  aller  au  terme  de  ses  gesticulations  démocratico-humanitaires  puis,  quand  cette  dernière  se  retrouva  enferrée  dans  ses  contradictions,  il  décida  une  intervention  surprise  qui  changea  totalement  la  situation,  non  seulement  en  RCA,  mais  dans  toute  la région.

 

La  tragédie  centrafricaine  est  certes  une  résurgence  de conflits  inscrits  dans  la  nuit  des  temps,  mais  son  déroulé  actuel  est  la  conséquence  de  plusieurs  grandes  erreurs  françaises. La  première  fut  commise  par  Nicolas  Sarkozy  le  30 mars  2010  quand  il  ordonna  à  l’armée  française  d’abandonner  son  emprise  de  Birao  dans  le  nord  du  pays.  Or, qui  tient  Birao  tient  la  RCA  et  couvre  le  flanc  sud-est  du Tchad. François  Hollande  accumula  ensuite  les  fautes. Résultat,  une  tache  grise  totalement  hors  contrôle  existe désormais  en  Afrique  centrale,  au  contact  des  foyers  de guerre  du  Soudan  du  Sud,  de  l’Ituri  et  de  la  région  de Beni  en  RDC.  Or,  en  raison  des  apparentements  ethniques  transfrontaliers,  cette  tache  peut  s’étendre  à  tout moment.

 

Sangaris  :  une  gesticulation  humanitaire  sous habillage  militaire

 

Fin  2012,  alors  qu’il  était  facile  de  «  traiter  »  avec  peu  de moyens  les  coupeurs  de  route  de  la  Séléka  qui,  soutenus par  le  Soudan  du  Nord,  marchaient  sur  Bangui, François  Hollande  demeura  inerte,  laissant  au  contraire se  développer  le  chaos.  Résultat,  le  24  mars  2013,  le  président  Bozizé  fut  contraint  de  s’enfuir  de  Bangui  et  les  rebelles  nordistes  musulmans  du  Séléka  prirent  la  ville.  Le pillage  débuta  alors,  suivi  par  un  massacre  des  Gbaya et  plus  généralement  des  chrétiens,  puis  l’anarchie  gagna  l’ensemble  du  pays. Au  mois  d’avril  2013,  Mgr  Dieudonné  Nzapalainga, archevêque  de  Centrafrique,  appela  les  chrétiens  à  la  résistance.  Ce  fut  alors  que  naquirent  les  milices  d’autodéfense  dites  anti-Balaka  dont  certains  éléments  se livrèrent  ensuite  à  de  sanglantes  représailles  sur  les  musulmans  accusés  d’avoir  soutenu  leurs  coreligionnaires du  Séléka.

 

Début  2014,  face  au  désastre  humanitaire  dont  ses  hésitations  et  ses  mauvais  choix  étaient  la  cause,  François Hollande  décida  finalement  d’intervenir,  mais  en  précisant  toutefois  que  l'entrée  en  scène  des  forces  françaises n'avait  pas  de  but  militaire.  Il  ne  fallait  en  effet  pas «  choquer  »  l’opinion  musulmane  en  paraissant  intervenir  aux  côtés  des  chrétiens… En  conséquence  de  quoi,  ni  l’  «  ami  »,  ni  l’  «  ennemi  » ne  furent  désignés,  Paris  demandant  simplement  à  nos soldats  de  jouer  les  «  bons  samaritains  ».  Entre  l’humanitaire  et  le  désarmement  des  milices,  quelle  fut  leur mission  ?  On  l’ignore  toujours…

 

Or,  intervenir  au  nom  de  l’  «  humanitaire  »  et  des «  droits  de  l’homme  »  est  un  exercice  délicat  car  les  protagonistes  locaux  sont  dans  une  logique  d’affrontements  et  de  règlements  de  comptes  ancestraux  quand les  étrangers  que  nous  sommes  nageons  à  la  fois  dans l’immédiateté  et  en  pleine  idéologie  désincarnée.

 

Le  plus  grave  est  que  le  déploiement  du  contingent français  se  fit  d'une  manière  totalement  contraire  à toute  tactique  militaire  cohérente  :

 

-  Alors  qu’il  fallait  leur  donner  les  moyens  de  sidérer l’adversaire  et  de  saturer  l’objectif,  les  chiches  moyens alloués  à  nos  troupes  ne  leur  permirent  que  de  lancer des  patrouilles,  non  de  quadriller  et  de  tenir  le  terrain.

 

-  Alors  que  l'objectif  militaire  prioritaire  aurait  dû  être le  verrou  de  Birao  dans  l'extrême  nord  du  pays  afin  de couper  la  Séléka  de  sa  base  soudanaise,  il  fut  au contraire  décidé  d'enliser  nos  soldats  au  sud,  à  Bangui, dans  une  mission  d'interposition  relevant  de  la  gendarmerie  mobile  et  non  des  forces  d’intervention.  L'intérieur  de  la  Centrafrique  fut  donc  laissé  à  la  Séléka  qui eut  tout  le  loisir  d'y  poursuivre  ses  massacres.

 

Plus  encore,  alors  que  la  solution  était  à  l’évidence d'abord  militaire,  le  Quai  d’Orsay  ne  cessa  d'affirmer que  la  résolution  de  la  crise  se  ferait  à  travers  le  sempiternel  mirage  électoral.

 

Et  enfin,  le  dimanche  30  octobre  2016,  face  à  l’addition des  échecs,  François  Hollande  mit  un  terme  prématuré à  l’Opération  Sangaris,  abandonnant  ses  responsabilités au  contingent  de  l’ONU,  la  MINUSCA  (Mission  multidimensionnelle  intégrée  des  Nations-Unies  pour  la  stabilisation en  République  centrafricaine). 

 

Ce  volapük  composé  de  11 nationalités  dont  des  éléments  venus  de  Papouasie, d’Egypte,  du  Cameroun,  du  Pakistan,  de  RDC,  du Bangladesh,  du  Maroc,  de  Guinée  Bissau,  etc...  se  révéla naturellement  impuissant  avant  de  devenir  une  cible, laissant  plusieurs  dizaines  de  morts  sur  le  terrain. Après  le  départ  des  troupes  françaises,  le  chaos  atteignit  un  niveau  paroxystique,  et  c’est  alors  que  la  Russie entra  en  scène.

 

L’Intervention  russe  et  ses  buts

 

En  Centrafrique  où  rien  ne  semblait  pouvoir  mettre  un terme  à  une  guerre  de  tous  contre  tous,  il  est  peu  de dire  que  l’entrée  en  scène  de  la  Russie  fut  une  surprise. L’artisan  de  cette  politique  est  l’ambassadeur  russe  à Bangui,  Serguei  Lobanov  en  poste  depuis  2011,  donc parfaitement  au  fait  des  réalités  locales  et  régionales  car la  Russie  sait  maintenir  en  poste  des  diplomates  bon connaisseurs  des  réalités  locales  et  qui  ont  donc  pour eux  la  durée.

 

L’intervention  russe  se  fit  à  la  suite  d’un  accord  signé  le 9  août  2017  entre  le  président  Touadera  et  le  ministre russe  des  Affaires  étrangères.

 

Au  mois  de  janvier  2018,  aux  termes  de  cet  accord,  200 «  techniciens  »  furent  envoyés  afin  d’initier  au  maniement  des  armes  gratuitement  offertes  par  Moscou,  les 1300  soldats  auparavant  formés  par  l’Union  européenne…  mais  que  cette  dernière  refusait  d’équiper  en raison  de  l’embargo  décidé  par  l’ONU  !!!

 

Au  mois  de  mai  2018,  le  contingent  russe  présent  en RCA  s’élevait  à  environ  1500  hommes  dont  ceux  formant  la  garde  personnelle  du  président  Touadera,  les Rwandais  auparavant  chargés  de  cette  mission  ayant été  écartés  car  jugés  trop  proches  des  Américains  et  des Israéliens. Militairement,  les  Russes  ont  tout  naturellement  réoccupé  l’ancienne  emprise  française  de  Birao  car  leurs  chefs savent  lire  une  carte,  et  la  question  de  l’implantation d’une  base  aérienne  avec  création  d’une  piste  d’atterrissage  pour  les  avions  très  gros  porteurs  est  actuellement à  l’étude.

 

Preuve  de  l’intérêt  de  la  RCA  pour  la  Russie,  le  président  Touadera  devait  être  l’invité  personnel  de Vladimir  Poutine  fin  mai  2018  lors  du  forum  économique  international  de  Saint-Pétersbourg. Pourquoi  cette  étonnante  et  inattendue  implication russe  ?

 

La  RCA  est  située  au  cœur  de  l’Afrique  et  au  contact  de plusieurs  pays.  Totalement  enclavé,  le  pays  est tributaire  pour  ses  relations  commerciales  de  Pointe Noire,  à  plus  de  1800  km  par  le  chemin  de  fer  Congo-Océan  et  par  les  fleuves  Oubangui  et  Zaïre,  or  ces  derniers  ne  sont  pas  toujours  navigables.  Quant  au  port  de Douala,  il  est  situé  à  1500  km  par  la  route. La  France  a  toujours  cherché  à  tourner  le  pays  vers l’ouest  et  l’océan  atlantique. 

 

Tout  au  contraire,  la  simple lecture  d’une  carte  a  permis  aux  experts  russes  de  voir qu’il  serait  facile  de  le  tourner  vers  l’est  grâce  la  voie  ferrée  de  Khartoum  au  Soudan  du  Nord  qu’il  suffirait  de prolonger  de  Nyala  jusqu’à  Birao  pour  établir  un  continuum  ferroviaire.  D’autant  plus  que  le  Soudan  du Nord  est  un  allié  de  la  Russie  avec  lequel,  au  nom  de  la «  morale  »,  les  Occidentaux  ne  parlent  pas  officiellement  puisque  son  président  est  sous  le  coup  d’un  mandat  de  la  CPI…

 

La  Russie  a  également  compris  qu’aucun  règlement  de la  question  de  la  RCA  ne  peut  être  envisagé  sans  une  coordination  avec  ce  même  Soudan  du  Nord. Voilà  pourquoi,  si  l’actuelle  politique  russe  était  couronnée  de  succès,  un  règlement  politique  régional  pourrait être  envisagé  autour  de  la  résurgence  de  l’accord  tripartite  Centrafrique-Soudan-Tchad  du  mois  de  septembre 2016.

 

La  France  se  trouve  donc  évincée  d’une  nouvelle  partie de  son  ex-empire.  Une  région  qu’elle  soutint  à  bout  de bras  durant  plusieurs  décennies.  Au  train  où  vont  les choses,  la  prophétie  de  Michel  Jobert,  ancien  ministre des  Affaires  étrangères  de  Georges  Pompidou  est  en passe  de  se  réaliser  :  les  temps  approchent  qui  verront que  la  politique  africaine  de  la  France  se  résumer  à Barbès-Rochechouart…

 

 

L'AFRIQUE  RÉELLE  -  N°102  -  JUIN  2018

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com