Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 janvier 2018 3 10 /01 /janvier /2018 15:58
Lu pour vous : Centrafrique : trois chefs de guerre jugés
Lu pour vous : Centrafrique : trois chefs de guerre jugés
Lu pour vous : Centrafrique : trois chefs de guerre jugés

 

 

 

www.cameroon-tribune.cm  Sainclair MEZING | 10-01-2018 11:39

 

Patrice Edouard Ngaïssona et Rodrigue Ngaïbona, deux chefs rebelles anti-Balaka, et Abdoulaye Hissein, commandant de l’ex-Séléka, comparaissent depuis lundi à Bangui.

 

Accusés d’avoir commis des crimes de masse entre 2012 et 2016, trois chefs de guerre poursuivis par la justice centrafricaine comparaissent devant la Cour criminelle de Bangui depuis lundi dernier. Les audiences ouvertes dans un palais de justice plein à craquer ont été marquées par un important déploiement sécuritaire, d’autant plus que les trois justiciables sont réputés sanguinaires notoires.

 

Patrice-Edouard Ngaïssona, présenté comme coordonnateur de la milice anti- Balaka, est accusé d’avoir planifié l’élimination physique de plusieurs civils musulmans à Bangui et Bossangoa. On l’accuse aussi d’incitation à la haine et au génocide de par ses déclarations séditieuses.

 

Mais, il bénéficie d’une liberté provisoire octroyée en 2015 sur ordre de Catherine Samba-Panza, alors présidente de transition. Quant à Rodrigue Ngaïbona alias Général Andjilo, il est poursuivi pour «voies de fait armées avec lésion, crime de génocide consistant en l’élimination d’un village entier, crime de pillage de guerre».

 

Arrêté le 17 janvier 2015 à Bouca dans le nord du pays au terme d’un combat rude avec les forces onusiennes, il a été incarcéré à la prison de Ngaragba avant d’être transféré au camp militaire de Roux à Bangui.

 

En Centrafrique, le « Général » Andjilo est présenté comme l’un des redoutables commandants anti-Balaka ayant pris d’assaut la capitale en décembre 2013 lors du coup d’État avorté contre le président Michel Djotodia. Plus d’un millier de personnes avaient alors péri.

 

Agé de 25 ans, ce père de cinq enfants et époux de trois femmes est défendu par deux avocats. Abdoulaye Hissein est pour sa part poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Ce commandant de l’ex-Séléka fut arrêté par les forces de sécurité intérieure en 2015 avant d’être remis en liberté. Il comparaît donc libre.

 

La Cour criminelle de Bangui a jusqu’au 8 février prochain pour rendre son verdict sur ces affaires.

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com