Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 octobre 2017 2 03 /10 /octobre /2017 23:14
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Le vote du budget 2018 à l’Assemblée nationale, conditionné par la présentation de la loi de règlement 2017

 

PAR JEAN FERNAND KOENA LE 3 OCTOBRE 2017

 

BANGUI, 3 Octobre 2027(RJDH)—L’autorisation de l’Assemblée au gouvernement de lever l’impôt, mobiliser les ressources au titre de l’année 2018, est conditionnée par la présentation de la loi de règlement de l’exercice 2017. Position exprimée par le président de l’Assemblée nationale Abdou Karim Méckassoua à l’ouverture de la session budgétaire à Bangui.

 

L’exigence de l’Assemblée nationale intervient dans un contexte où l’Assemblée est appelée lors ladite session à se pencher sur le budget de l’exercice 2018. La loi de règlement est une exigence de la Constitution qui permet aux élus de la nation de faire la balance et comprendre les dépenses autorisées. Cette loi de règlement participe à la politique de traçabilité et de  la bonne gouvernance exigée par les institutions de Breton Woods.

 

L’Assemblée nationale rappelle le gouvernement sur la nécessité de déposer sur sa table la loi de règlement. « Je voudrais vous faire observer qu’à l’heure actuelle, le projet de loi de règlement et le projet du budget ne sont pas encore parvenus. Le président de la Commission Finance et c’est son rôle fort opportunément. La non production de loi de règlement pendant la première session ordinaire annuelle du parlement ne permet pas de vérifier à posteriori la pertinence de la loi budgétaire », a insisté Abdou Karim Méckassoua

 

Au niveau de la Cour des Comptes, rien ne semble être prêt pour rendre disponible cette loi. « Nous avons été reçu par le ministre des Finances ce matin au sujet de la loi de règlement, il y a aussi la pression des partenaires du pays, notamment le FMI. Nous allons nous pencher dessus et il faut savoir que c’est la Cour qui travaille avec son rythme », a concédé au RJDH un sage de la Cour des Comptes.

 

L’Assemblée nationale somme le gouvernement à présenter la loi de règlement alors que le chef du gouvernement Sarandji 2 est attendu pour la présentation de son discours programme lors de cette session.

 

 

Centrafrique : Le FMI note des avancées dans le programme conclu avec le pays

 

PAR JUDICAEL YONGO LE 3 OCTOBRE 2017

 

 

BANGUI, 03 Octobre 2017(RJDH)—La RCA a rempli les critères fixés par le Fond Monétaire International (FMI) dans le cadre du programme conclu avec ladite institution financière. Un constat fait à Bangui par Samir Jahja, chef de mission du FMI après un séjour de travail dans le pays.

 

Le FMI s’est félicité des avancées constatées dans la mise en œuvre  de facilité élargie de crédit conclu avec la RCA. Cette note permettra au pays de gagner 9 milliards octroyé par le FMI pour la relance économique du pays après la crise.

 

Le chef de mission Samir Jahja estime la stabilisation de la croissance à 4% contrairement à la prévision budgétaire. « A l’issue de cette mission, on peut dire que les performances économiques de la République Centrafricaine restent bonnes, en dépit de la détérioration de l’environnement sécuritaire dans le pays. La croissance économique doit s’établir à 4% en 2017 soutenue par les bonnes performances de certains secteurs comme les forêts, les mines ainsi que l’agriculture. La mise en œuvre économique du programme  économique et l’avancement des reformes de la sécurité seront forcément et mutuellement créés un environnement propice à l’investissement à la croissance et l’emploi » a-t-il noté.

 

Pour parvenir à une reprise économique de la RCA, le FMI insiste sur la question de la restauration de la paix, « la restauration de la paix, le redéploiement de l’Etat, la mise en œuvre des reformes de la réconciliation nationale constitueront l’ensemble des axes essentiels pour parvenir à une reprise économique plus forte sur les moyens termes », insiste le chef de mission.

 

La note de la mission rassure le ministre des Finances de la conclusion favorable de troisième revue,  chiffré à un financement d’un montant de 9 milliard de francs CFA en décembre prochain. « Ce fonds sera injecté dans la relance économique de la République Centrafricaine frappée par la crise », a annoncé le ministre.

 

Ces progrès sont enregistrés en Centrafrique suite aux exigences du FMI à la RCA après la crise sécuritaire dans le pays.

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com