Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 16:55
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Un prêtre tué à Zemio au sud-est du pays

 

PAR FRIDOLIN NGOULOU LE 6 SEPTEMBRE 2017

 

BANGUI, 6 septembre 2017 (RJDH)– L’abbé Louis Tongagnessi a été tué à Zemio  au sud-Est du pays par des hommes armés le samedi 2 septembre 2017. Ce dernier, est en famille et enseigne au collège de Zemio après sa suspension du diocèse de Bangassou il y’a deux ans, a-t-on appris des sources concordantes.

 

La ville de Zemio à l’Est du pays est plongée dans les violences poussant tous les humanitaires à quitter la ville ainsi que la population à traverser vers la République Démocratique du Congo. La nouvelle de l’assassinat de cet abbé intervient alors que les deux autres ont été obligés de fuir la ville.

 

Selon des sources concordantes, le défunt a été tué ce week-end vers Zambaguia, un village où il s’était caché. Il est tué par des hommes armés assimilés aux peuls qui contrôlent la quasi-totalité de la ville de Zemio.

 

La Coordonnatrice humanitaire Najat Rochdi s’écœure de cette tuerie, « le meurtre du prêtre catholique à Zemio est un crime lâche et abjecte. Je le condamne fortement », a-t-elle lâché sur son compte twitter.

 

Il y’a au moins deux semaines, les deux prêtres de Zemio, témoins de premier plan des atrocités ont lancé un désespoir suite à la persistance des attaques ciblées dans la ville. Les abbés, Jean Alain Zimbi et Désiré Blaise Kpangou étaient obligés comme les acteurs humanitaires à quitter la ville le 1er septembre, suite aux pillages des locaux du presbytère par des hommes armés.

 

Les 15.000 personnes déplacées à l’Eglise Catholique ont traversé aussi vers la RDC, suite au renfort des hommes armés dans la ville, dont l’identité n’est pas encore bien connue, car, selon des sources locales, ces hommes armés ne parlent ni Sango langue national, ni français.

 

Les forces de la Minusca sont présentent dans la ville de Zemio.

 

 

Centrafrique : Des déplacés de Kouango et Satema hébergés à la mairie du 7ème arrondissement de Bangui

 

PAR PAMELA DOUNIAN-DOTÉ LE 6 SEPTEMBRE 2017

 

BANGUI, 06 septembre2017 (RJDH)—Plus d’une centaine de déplacés de Kouango et quelques villes en amont sont logés depuis quelques jours à la maison du 7ème arrondissement de Bangui. Ces derniers affirment avoir fui les exactions des groupes armés.

 

Ces déplacés sont au nombre de 194. Ils viennent, selon  leurs témoignages de Kouango, Alindao, Mobaye, Zagba et Satema, des villes où des violences ont été signalées ces deux derniers mois. Ces déplacés sont logés depuis le 11 aout à la mairie du 7ème arrondissement de Bangui, « nous sommes arrivés ici le 11 aout. Nous avons fui nos villes parce que les groupes armés les ont investies », a expliqué un des déplacés qui fait office de porte-parole des déplacés hébergés à la mairie du 7ème arrondissement.

 

Selon les informations du RJDH, ces déplacés ont été conduits à la mairie par le chef de secteur social de la localité qui aurait eu l’accord du président de la délégation spéciale. Le RJDH a tenté en vain d’entrer en contact avec ces deux personnalités pour savoir davantage sur les circonstances de l’hébergement de ces déplacés.

 

Le porte-parole des déplacés a indiqué que quelques appuis leur ont été apportés, « nous avons reçu de l’aide venant de différentes personnes dont le maire et certaines ONG notamment le CICR, l’OIM ».

 

Ces déplacés vivent malgré ces appuis dans des conditions difficiles. Ils affirment avoir fait appel à leurs députés respectifs sauf que ces derniers ne se sont pas encore présentés.

 

 

Centrafrique : La ville de Berberati se prépare à accueillir la JMA 2017

 

PAR JEAN CLAUDE GNAPOUNGO LE 6 SEPTEMBRE 2017

 

BERBERATI, 06 septembre 2017(RJDH),  Le pont Sangbanda sur la route nationale N°2, sortie Sud de Berberati axe Nola est en reconstruction. Les travaux ont été lancés le 4 septembre 2017 sur financement de l’ONG nationale Kizito avec la participation des communautés, en prélude à la célébration de la Journée Mondiale de l’Alimentation dans cette ville de l’ouest du pays.

 

La Journée Mondiale de l’Alimentation (JMA) 2017 sera célébrée dans la ville de Berberati. Pour faciliter le transport, le gouvernement avait lancé les travaux réhabilitation des routes. C’est dans ce contexte que des particuliers et ONG, s’activent dans cette dynamique.

 

Le pont Sangbanda, selon la responsable de l’ONG Kizito Elvira Titolo  est un moyen de communication et d’échange entre la ville de Berberati-Nola, Berberati-Bangui par le 4ème parallèle. « Une partie de l’économie centrafricaine provient de cet axe par la circulation des véhicules de poids lourds et des grumiers des sociétés forestières. Donc, il nous faut ce pont en bon état», a-t-elle justifié.

 

Une habitante du 7ème arrondissement de Berberati salue cette reconstruction qui permet d’après elle d’éviter les multiples cas d’accidents de circulation. Par ailleurs, elle demande au gouvernement et aux partenaires de voler au secours car ce pont réhabilité aura une garantie d’au moins deux ans.

 

A Berberati, la réhabilitation des grandes artères de la ville et les rues se poursuivent par rapport aux préparatifs de la journée mondiale de l’alimentation qui aura lieu dans la ville le 16 octobre 2017.

 

 

Centrafrique : Un sous-préfet installé à Mala au centre après plusieurs années d’absence

 

PAR INNOCENT BANGA-ZIAMBI LE 6 SEPTEMBRE 2017

 

SIBUT, 06 septembre 2017(RJDH)—  Hector Mokoyoko sous-préfet par intérim à Mala a été installé dans ses fonctions ce 30 aout 2017 par le préfet de la Kemo. Ceci marque la restauration de l’autorité de l’Etat dans cette zone.

 

Cette installation s’est faite dans un contexte où le pays vient de connaitre le nom des nouveaux préfets, qui, à la fin de leur formation vont se déployer dans leurs zones administratives.

 

Selon les informations du RJDH, le sous-préfet est installé avec trois éléments de la gendarmerie nationale après une mission accompagnée par la Minusca.

 

Cette installation est une réponse à la montée des violences populaires causées par l’absence de l’autorité de l’Etat dans la sous-préfecture de Mala, selon Lazare Morales Ngaya préfet de la Kémo « c’est une réponse à la population de Mala qui depuis plusieurs années se croyait être abandonnée par le gouvernement. Cette installation vise à rassurer la population pour leur sécurité», a-t-il soutenu.

 

La ville de Mala  est l’une des quatre sous-préfectures de la Kemo. Elle a aussi connu des moments forts de violences intercommunautaires. Mala représente beaucoup dans l’économie centrafricaine à cause de culture du coton. Une usine d’égrainage du coton installée dans cette ville a été saccagée pendant la crise.

 

Le mouvement des sous-préfets est attendu après celui des préfets intervenu le 24 aout 2017

Partager cet article
Repost0
Centrafrique-Presse.com