Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 septembre 2017 5 22 /09 /septembre /2017 17:26
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique Quatre personnes tuées et enterrées dans une fosse commune à Ngaoundaye

 

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 22 SEPTEMBRE 2017

 

 

NGAOUNGAYE, 22 Septembre 2017 (RJDH) –Quatre personnes sont tuées et enterrées dans une fausse commune à Ngaoundaye au nord-ouest du pays. Acte attribué aux éléments Bahar, un leader des groupes armés de la localité.  L’information a été confirmée au RJDH par Bernard Dillah député de Ngaoundaye ce 22 septembre.

 

Selon des sources locales, ces personnes tuées sont des commerçants venant de Berberati et de Bocaranga. « Ils sont des originaires de Berberati et de Bocaranga qui partent pour le Cameroun voisin en vue de s’approvisionner en produit de première nécessité. Ils sont tombés dans le piège des éléments armés qui leurs ont demandé de creuser leur tombe avant d’être tués » a indiqué au RJDH un habitant de Ngaoundaye sous couvert de l’anonymat.

 

L’honorable de Ngaoundaye Bernard Dilla a qualifié ces crimes de drame humanitaire, « les éléments du général Bahar commettent des hostilités sur la population au vu et su de la Minusca. Début septembre, 11 personnes ont été tuées, la semaine dernière quatre personnes ont été tuées et enterrées dans une fosse commune. Le jeudi 21 septembre, des femmes et des filles de 9 et de 12 ans ont été violées par ce même groupe armé de Bahar », a regretté le député Bernard Dillah.

 

Il a condamné ces violations des droits humains par des groupes armés et relève qu’ « au village Mann à quelques kilomètres de Ngaoundaye, ces groupes armés ont installé leur base. Ils ont encore passé les habitants de ce village au tabacs, pillé leurs biens et violé  les femmes d’autrui, des filles. La population est traumatisée suite à ce regain de violence», a-t-il insisté.

 

Bahar n’a pas été joignable. Une source proche de ce groupe armé de la Séléka rejette ces accusations et les attribue à des groupes non identifiés.

 

Les exactions sont signalées à Ngaoundaye alors que plusieurs  groupes armés sont signataires des accords de cessation des hostilités de Rome et sont parties prenantes au processus DDRR dont la phase pilote vient d’être lancée

 

 

Centrafrique : Les leaders religieux de Bria réclament le départ des milices venus d’autres régions

 

 

PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 22 SEPTEMBRE 2017

 

 

BRIA, 22 Septembre 2017(RJDH)—Les discussions menées par les leaders religieux et les élus de Bria sanctionnées par un accord de cesser le feu, alors que les leaders religieux appellent au retrait des combattants étrangers et l’accélération du processus DDRR dans la région.

 

Les négociations intragroupes armés à Bria sont un succès selon des sources religieuses. Mais les facilitateurs appellent à une solution durable à travers le retrait des combattants étrangers mobilisés par les forces en présence.

 

L’équipe des envoyés spéciaux est arrivée à Bria et est composée des députés de la région 5, des sultans de Ndélé et Birao  pour discuter  avec les groupes en conflit et religieux. Selon eux, le retour de la paix dans cette localité ne dépend que du respect de ces trois (3) points par les groupes armés « nous voulons que les milices qui sont venus en appoint à celles de Bria, puissent regagner leurs régions, le respect des lieux de culte et des leaders religieux, la facilitation de la libre circulation des personnes et des biens pour permettre le retour très rapide des déplacés », a souligné un religieux.

 

D’autres recommandations ont été formulées à l’endroit de la Minusca. Les leaders sollicitent plus d’engagement et de l’impartialité, «  nous réclamons de la Minusca plus d’engagement et l’application correcte de leur mandat dans  l’impartialité et la protection des civils dans les quartiers et non sur les sites », a souhaité un autre ministre de culte.

 

Les informations recueillies par le RJDH auprès de la population de la ville de Bria, la seule préoccupation de ces habitants est le désarmement immédiat des combattants, « notre seul soucis c’est le désarmement. On ne peut pas vivre avec les gens en arme tout peut découdre pour un rien. Que le gouvernement accélère le processus du DDRR à Bria », propose un chef de quartier interrogé sur la situation.

 

Nos dernières informations en provenance de Bria confirment la signature d’un accord de cessation des hostilités entre les forces en présence. Difficile d’entrer en contact avec les leaders de ces groupes.

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com