Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 septembre 2017 3 20 /09 /septembre /2017 19:02
Le Saint-Siège demande à l’ONU de protéger les civils en Centrafrique

 

 

 

 

 par 

 

Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire du Saint-Siège pour les relations avec les Etats, a appelé la force armée de l’ONU en Centrafrique (MINUSCA) à avoir « une action plus efficace de protection des civils, sans distinction de religion ou de classe ».

 

Dans le cadre de la 72esession de l’Assemblée générale des Nations unies le diplomate du Saint-Siège est intervenu le 19 septembre 2017 lors d’une réunion à huis clos sur la Centrafrique organisée par les Nations unies à New-York. Tout en reconnaissant l’action de la communauté internationale, il a appelé celle-ci à poursuivre ses efforts.

 

Pour le Saint-Siège la MINUSCA (Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique), la force armée supervisée par l’ONU déployée en Centrafrique, doit avoir « une action plus efficace de protection des civils, sans distinction de religion ou de classe ». Ainsi, la protection de la sécurité de tous les citoyens et la restauration de la paix doivent être prioritaires.

 

Seule la moitié de l’aide promise à été distribuée

 

La communauté internationale est appelée à apporter tout le soutien nécessaire pour le développement démocratique du pays. Il faut donc que l’aide financière promise durant la conférence de Bruxelles de l’automne dernier soit rendue disponible.

Lors de cette rencontre de novembre 2016, plus de deux milliards de dollars d’aide avaient été promis à la Centrafrique. Fin juillet, un rapport relevait que seulement un peu plus de la moitié de cette somme avait été réellement injectée dans l’économie centrafricaine. Une nouvelle table-ronde d’appel de fonds pourrait être organisée d’ici fin 2017.

 

Au cours de cette réunion, les participants se sont félicités des progrès réalisés dans plusieurs domaines, notamment le dialogue avec les groupes armés, le lancement du projet pilote de Désarmement, Démobilisation, Réintégration et répartition (DDRR), l’adoption de la stratégie nationale de restauration de l’autorité de l’Etat ou encore l’adoption de la Politique nationale de sécurité et de la stratégie nationale de la réforme du secteur de la sécurité (RSS.)

 

Malgré ces avancées, de nombreux défis continuent de se présenter sur les plans sécuritaire, humanitaire, de justice, de la réconciliation et du développement socio-économique. Le plein engagement du gouvernement et de toutes les forces vives de la nation, ainsi que des partenaires internationaux, est nécessaire pour que le pays ne retombe pas dans une  situation de crise similaire à celle de 2013. Les participants ont aussi condamné avec la plus grande fermeté les violences contre la population civile et les acteurs humanitaires depuis le mois de mai 2017 au sud-est de la Républmique Centrafricain et, plus récemment, dans le nord-ouest, violences qui ont entrainé une aggravation marquée de la crise humanitaire et sécuritaire. Ils ont manifesté leur profonde inquiétude face à la gravité de la situation humanitaire ainsi que des risques de conflit à plus grande échelle.

 

Rappelons que la MINUSCA a joué un rôle de premier plan dans la sécurité du pape François en novembre 2015 en Centrafrique, Plus de 3.000 Casques bleus avaient été mobilisés et déployés à Bangui pour la visite du souverain pontife.

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com