Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 23:55
DISCOURS DU PRÉSIDENT  FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA A LA TRIBUNE DE L'ONU

 

 

 

NEW YORK LE 22 SEPTEMBRE 2017

 

• Monsieur le Président ;

 

• Excellences, Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat
et de Gouvernement ;

 

• Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies ;

 

• Distingués délégués ;

 

• Mesdames et Messieurs.

 

Je voudrais joindre ma voix à celle de tous ceux qui m’ont précédé à cette tribune, pour vous adresser Monsieur le Président, mes vives et chaleureuses félicitations pour votre élection à la Présidence de la 72e Session ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies, tout en vous souhaitant plein succès dans l’accomplissement de cette noble tâche.

 

Vos riches expériences sur les grandes questions internationales et votre sens élevé du devoir ainsi que vos grandes qualités personnelles, sont, j’en suis convaincu, un gage de succès de nos travaux.

Qu’il me soit aussi permis d’exprimer à l’endroit de votre prédécesseur, Monsieur Peter THOMSON, ma profonde admiration pour l’énorme travail qu’il a abattu et les résultats remarquables obtenus durant son mandat.

 

C’est ici le lieu de saluer les actions déjà accomplies par Son Excellence Monsieur Antonio GUTERRES, Secrétaire Général des Nations Unies, depuis son arrivée à la tête de notre Organisation commune.

 

• Monsieur le Président,

 

La 72e Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies se tient au moment où, notre planète est confrontée à de nombreux défis parmi lesquels, la question du terrorisme international, qui s’impose avec acuité. 


Du Proche au Moyen Orient en passant par l’Afrique jusqu’en Europe, la sécurité internationale est en permanence menacée par les sévices des groupes terroristes dont Al Qaïda et l’Etat Islamique.
A cela s’ajoute, les groupes terroristes du sahel et BOKO HARAM au bord du Lac Tchad, qui commettent des attentats meurtriers sans oublier les affres de la LRA dans le Sud-Est de la République Centrafricaine. 


D’autres foyers de tensions sévissent dans la région du Pool en République du Congo et à l’Est de la République Démocratique du Congo, avec ses répercussions néfastes sur les pays voisins.
Dans la corne de l’Afrique, la situation n’est guère reluisante. En outre, les côtes africaines sont régulièrement menacées par la piraterie maritime. 


C’est pourquoi, j’interpelle solennellement toute la communauté internationale à doubler d’efforts et à mutualiser nos forces et nos moyens en vue de venir à bout de ce fléau.
En ce qui concerne la question de la migration, le Nord du continent africain est bouleversé par de nombreuses victimes abandonnées dans le désert ou disparues en mer. Ce phénomène sur la méditerranée avec ses conséquences funestes, reste un défi majeur qui doit nous interpeler tous.

Par ailleurs, la question des réfugiés n’a cessé ces dernières années, de s’aggraver au point de constituer l’une des préoccupations prioritaires de la communauté internationale et qui nécessite une attention toute particulière.

 

Sur le changement climatique et le développement durable, notre planète continue de subir les conséquences des phénomènes naturels à savoir : le séisme, les précipitations, la sècheresse, l’avancée fulgurante du désert et le réchauffement de la terre, qui constituent une véritable préoccupation.
A cet effet, je rappelle à nous tous, Etats signataires de l’Accord de Paris sur le changement climatique, à tenir les engagements pris lors de la Conférence des Parties (COP 21) quant au nécessaire effort que nous devons mutualiser pour préserver notre environnement commun. 
S’agissant de la réforme de l’ONU, la République Centrafricaine en tant que membre de l’Union Africaine soutient la position commune des Etats membres, adoptée à Malabo par le G11 sur la nécessité d’élargir le Conseil de Sécurité en faveur de l’Afrique.

D’autres enjeux se posent à notre planète entre autre, le respect des droits humains, l’Etat de droit et la bonne gouvernance qui sont les conditions incontournables du bien-être social.

Je puis vous rassurer que la République Centrafricaine, mon pays, continuera d’apporter sa modeste contribution à notre œuvre commune en faveur de la paix, de la sécurité et du développement durable auxquels nous aspirons tous.

 

• Monsieur le Président,

 

Je salue le choix du thème de la présente session intitulé : « Priorité à l’être humain : paix et une vie décente pour tous, sur une planète préservée », qui traduit à suffisance l’importance de la place de l’homme dans l’agenda de notre organisation et qui s’inscrit dans la droite ligne des Objectifs de Développement Durable (ODD) adoptés ici même en 2015 et ayant pour ambition la réduction de la pauvreté de moitié à l’horizon 2030.

 

Aujourd’hui, dans le cadre de la politique de reconstruction nationale, le Programme de Relèvement et de Consolidation de la Paix en Centrafrique (RCPCA), place au centre de ses priorités, le centrafricain en tant qu’être humain. 
Ce Programme avec l’appui des partenaires techniques et financiers de la République Centrafricaine, a pu permettre au Gouvernement de mettre en place un cadre institutionnel approprié pour la conduite et le suivi – évaluation des ODD, avec un accent particulier sur les objectifs qu’il a retenus comme actions prioritaires.


C’est ici, l’occasion de vous remercier vous tous partenaires et amis de la République Centrafricaine pour les appuis financiers déjà apportés audit programme ainsi que pour les promesses en cours de réalisation.
Je voudrais aussi lancer un vibrant appel à l’endroit de tous ceux qui ont pris des engagements lors de la Conférence de Bruxelles en faveur d’un appui à la reconstruction de mon pays, de tenir leur promesse à cet effet.


• Monsieur le Président,

 

Puisque cette session de l’Assemblée Générale de l’ONU m’offre l’opportunité pour que je parle de la situation de la République Centrafricaine, permettez-moi d’en dire quelques mots. 
En effet, lors de la Conférence des donateurs en novembre 2016 à Bruxelles j’avais évoqué le rêve que je partage avec mes compatriotes. 


Le rêve d’une Centrafrique qui saura éduquer, nourrir, soigner, loger et protéger tous ses enfants, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest dans la quiétude d’une Nation diverse et réconciliée. 
Notre plaidoyer a conduit, comme je viens de l’indiquer, à une mobilisation sans précédent de la solidarité internationale en faveur de la RCA pour assurer la réalisation du Plan de Relèvement et de Consolidation de la Paix en République Centrafricaine, le RCPCA. 
Et pour assurer le suivi de la mise en œuvre de ce Plan, nous avons conclu un Accord servant de nouveau cadre d’engagement mutuel entre la République Centrafricaine et la communauté internationale. 


C’est dans cette optique de concertation permanente entre partenaires que j’ai présenté ici, à New York le mardi 19 septembre 2017, les avancées enregistrées au titre de la mise en œuvre de nos engagements pour la réalisation du RCPCA. 


L’évaluation commune que nous avions faite de nos engagements nous a permis d’identifier les forces à consolider ainsi que les domaines à améliorer, voire à corriger. 


Malgré toutes les faiblesses structurelles inhérentes à la situation spécifique de mon pays, j’ai rassuré tous les partenaires de ma farouche détermination et de celle de mon gouvernement à redoubler d’effort afin d’atteindre tous nos objectifs stratégiques et permettre à nos compatriotes de jouir pleinement des dividendes du retour à la légitimité et à la légalité constitutionnelle.
 

• Mesdames et Messieurs,


• Distinguées personnalités,

 

En matière d’engagement sur la problématique Paix et Sécurité, le Gouvernement de la RCA a mobilisé toutes ses énergies pour consolider le processus menant à l’arrêt de toutes les hostilités sur le territoire national. C’est au prix de laborieux efforts que nous avons pu obtenir la participation active et permanente aux travaux du Comité Consultatif et de Suivi (CCS) des 14 groupes armés engagés dans le Programme national de désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement (PNDDRR) . Ledit Comité vient de tenir avec succès sa 7ème session (03-04 août 2017).


Dans notre quête assidue de paix, nous avons accepté la contribution de la Communauté de Sant ’Egidio qui a mené à l’Entente de Rome du 19 juin 2017. A cette occasion, tous les groupes armés ont eu à réaffirmer leur attachement à l’intégrité du territoire national, à nos valeurs communes ainsi qu’aux principes constitutionnels de la République. Malgré cette avancée importante, nous déplorons la violation par certains groupes armés de leur engagement à une cessation immédiate des hostilités sur toute l’étendue du territoire national. Mon gouvernement condamne sans réserve ces violences insensées qui continuent d’endeuiller d’innocentes populations civiles.


Pour donner toute sa vigueur au processus de paix, renforcer la cohérence de notre démarche et fédérer les appuis de nos amis, nous avons soutenu le travail d’harmonisation de tous les efforts de paix en RCA qui a abouti à l’adoption de la Feuille de route pour la paix et la réconciliation en République Centrafricaine. C’était à Libreville, le 17 Juillet 2017. Nous voulons saluer cette avancée majeure qui marque l’engagement indéfectible des pays voisins, de l’Union Africaine, de la CEEAC et de la CIRGL au succès de notre quête inlassable de paix. 


C’est ici le lieu de me réjouir des résultats fort prometteurs de la première rencontre du Panel de facilitation de l’initiative africaine à Bangui, le 11 septembre dernier. Devant vous, je réaffirme mon ferme attachement à l’Initiative africaine de même que mon engagement à en assurer le plein succès au bénéfice de mes compatriotes et à la satisfaction des pays amis et des organisations qui nous soutiennent. D’ores et déjà, elle s’impose comme l’unique cadre fédérant toutes les actions en faveur de la paix et de la réconciliation sous le leadership déterminé du Gouvernement Centrafricain. Je souhaite donc une chaleureuse bienvenue au nouveau Représentant spécial du Président de la Commission de l’Union africaine en RCA, Monsieur Bédializoun Moussa Nebié, et l’assure de notre pleine coopération et appui au succès de son importante mission.


Sur le plan de la mise en œuvre du DDRR, les travaux du CCS se poursuivent et le programme a connu un coup d’accélérateur avec le projet pilote que j’ai lancé le 30.08.2017. Il concerne, dans cette première phase, 40 ex-combattants de chacun des 13 sur les 14 groupes armés. Nous mettons tout en œuvre pour que le succès de ce projet pilote soit l’expression éclatante de notre réel engagement pour la paix, car notre foi en la paix est inébranlable! 


Dans le même temps, nous œuvrons à la reconstruction d’une armée nationale, représentative, professionnelle et républicaine dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité, s’inspirant d’une Politique Nationale de Sécurité fondée sur les acquis du consensus politique et prenant compte des menaces sur la sécurité, des valeurs et des principes républicains devant guider l’Etat dans sa mission régalienne de garantir la sécurité pour tous. Dans cet esprit, l’appui offert par l’EUTM-RCA a permis la formation de deux(2) bataillons prêts à être déployés. Et des pays amis et frères nous ont manifesté leur solidarité agissante en accueillant certains éléments centrafricains en formation, en conformité avec les dispositions pertinentes du Conseil de sécurité. Pour les besoins de renforcement de la sécurité intérieure, 500 policiers et gendarmes ont été recrutés avec le concours de la MINUSCA. (A suivre....!)

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com