Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 20:11
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Le procureur général met en garde ceux qui veulent organiser les marches à Bangui

 

PAR JUDICAEL YONGO LE 1 AOÛT 2017

 

 

BANGUI, 1 aout 2017(RJDH)—Le procureur général a dans un communiqué officiel annoncé l’opérationnalisation de la commission d’enquête judiciaire sur les crimes commis dans le pays et met en garde ceux qui projettent marcher le 4 aout contre le président de l’Assemblée Nationale Abdou Karim Méckassoua.

 

Le Communiqué du magistrat Eric Didier Tambo intervient alors que les proches de Faustin Archanges Touadera projettent faire une marche contre le président de l’Assemblée nationale qu’ils soupçonnent de conspiration de coup d’Etat. Le procureur général est sorti de sa réserve trois semaines après que le bureau de l’Assemblée nationale ait demandé l’ouverture de l’information judiciaire sur les allégations du président du comité de soutien au Pr Faustin Archange Touadera, Didacien Kossimatchi.

 

Dans ce communiqué lu sur les ondes de la station nationale, on peut retenir : « la RCA connait des événements douloureux constitutifs des violations graves de droits de l’Homme et de droit humanitaire international dans certaines localités. Afin d’apporter une solution judiciaire le ministre Garde des Sceaux a mis en place par arrêté n°014 du 30 mai 2017 une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur ces faits. Cette commission est opérationnelle et attend la contribution de toutes les personnes de bonne volonté détenant les informations susceptibles de concourir à la manifestation de la vérité de se manifester ».

 

Ce communiqué appelle par ailleurs à la cessation des mouvements d’humeur. « Nous attirons très fermement l’attention des personnes mal intentionnées qui voudraient récupérer ces faits de renoncer sans délai à toutes manifestations ou mouvement d’humeur susceptibles d’entraver les investigations en cours et appelons le peuple à faire preuve de retenu», a déclaré le procureur général.

 

La commission d’enquête judiciaire s’active dans un contexte où tous ceux qui sont en désaccord avec Faustin Archange Touadera sont taxés de coup d’Etat, à l’exemple de Nicolas Tiangaye, Ferdinand Alexandre Nguendet, Anicet Georges Dologuélé, Crépin Mboligoumba et Abdou Karim Méckassoua./

 

 

 

Centrafrique : Les FACA et les forces de la Minusca attendues dans les zones sous tension

 

 

PAR JUDICAEL YONGO LE 1 AOÛT 2017

 

 

BANGUI, 1er aout 2017(RJDH)—-Les forces armées centrafricaines et certains contingents de la Minusca sont attendus dans les zones sous tension en vue de leur pacification. L’annonce a été faite par le secrétaire général adjoint des Nations-Unies Jean Pierre Lacroix lors d’une conférence de presse ce 31 Juillet à Bangui.

 

Plusieurs villes à l’intérieur du pays sont sous contrôle des groupes armés et ont connu un pic de violence malgré le retour à l’ordre constitutionnel. Ces violences ont fait des victimes au sein de la population civile ayant entrainé plusieurs déplacés et même au sein des forces des Nations-Unies. C’est dans ce contexte que Jean Pierre Lacroix a annoncé le déploiement des unités de combat en y associant les forces armées centrafricaines (FACA). Cette projection est faite pour la fin du mois d’Août et intervient après la certification par l’EUTM d’un bataillon déjà formé des FACA.

 

 Jean Pierre Lacroix soutient l’implication des FACA dans la résolution de la crise en ces termes : « Nous avons discuté avec les autorités centrafricaines, la société civile de l’épineuse question de la situation sécuritaire qui est inquiétante dans le sud-est du pays. Nous ferons en sorte que le déploiement des unités se fasse le plus rapidement possible d’ici fin aout avec l’arrivée de premier bataillon zambien et tanzanien. Et donc l’aspect sécuritaire n’est pas uniquement la force, c’est aussi le redéploiement des forces armées centrafricaines afin de faire leur preuve positivement ».

 

Jean Pierre Lacroix se veut optimiste de la mission et se propose un cadre concerté avec le gouvernement centrafricain « il faut que le travail soit finalisé par rapport au cadre budgétaire, logistique et matériel et aussi au cadre relatif au mandat  des zones de déploiement » a précisé le chef des opérations.

 

Il a en outre présenté la lecture de New York de la situation sécuritaire du pays en disant « l’aggravation de la situation sécuritaire comme vous le savez, il y a un vide évidemment  et cela à plusieurs explications. Dans l’est et le sud-est du pays, il y a un vide qui se créé après le départ des forces ougandaises et américaines, la compétition des mines d’or, et il y a également des groupes armés qui ne recherchent pas la paix mais bien autres choses et cela s’explique sans doute en partie par le regain de violence », a énuméré Jean Pierre  Lacroix.

 

C’est une première fois que les responsables de Haut Niveau des Nations-Unies parlent de l’implication formelle des FACA dans la recherche de paix en dépit des mesures dérogatoires. Les FACA sont frappées de sanction par le comité de sanction des Nations-Unies depuis 2013 et leur redéploiement conditionné à l’entrainement dispensé par les forces européennes EUTM.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com