Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 01:02
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Six magistrats nommés à la Cour Pénale Spéciale prêtent serment à Bangui

 

Par Judicael Yongo le 30 juin 2017

 

 

BANGUI,  30 Juin 2017(RJDH)—Les six magistrats internationaux et nationaux nommés à la Cour Pénale Spéciale ont prêté serment ce jour à Bangui. La cérémonie a été présidée par le Président de la République Faustin Archange Touadera.

 

La prestation de serment des membres de la Cour Pénale Spéciale est une exigence légale. Elle est prévue par les dispositions des articles 23 et 25 de la loi organique de cette cour.

 

Le Procureur Spécial Toussaint Muntazini Mukimapa, le Procureur spécial adjoint Alain Ouaby-Bekaï, le Substitut du procureur Alain Tolmo, le Juge de la chambre spéciale Jacob Sanny Damili, et les deux juges d’instructions Patience Grengbo et Michel Ngokpo, sont les six magistrats qui se sont prêtés à cet exercice en déclarant chacun devant le chef de l’Etat, « je jure de remplir mes fonctions, et de les exercer en toute impartialité dans le respect de la Constitution ».

 

Le Procureur général Léon Dinkpi a appelé les six magistrats au respecte de leur serment, « vous avez un grand défi à relever ! C’est celui de permettre au peuple centrafricain  de tourner cette page sombre de son histoire pour qu’il retrouve enfin la paix et la sécurité. Je veux souligner le mot impartialité, cela veut dire que vous ne ferez aucune distinction entre les auteurs de ces graves crimes. Vous devez respecter votre serment »a-t-il insisté.

 

Le numéro 1 de la Cour Pénale Spéciale, Toussaint Muntazini Mukimapa promet travailler sur les rapports déjà disponibles, « nous allons nous mettre au travail à travers les rapports mis à notre disposition notamment le Mapping, rapport d’enquêtes des ONG et du gouvernement. Donc nous allons très rapidement nous asseoir pour commencer les enquêtes et engager des poursuites judiciaires », a-t-il exprimé.

 

Les six magistrats de la CPS dont le Procureur ont été nommés les 14 février et 05 mai 2017 par le Président de la République Centrafricaine Faustin Archange Touadera. Sur les 25 magistrats que comptent la CPS, 9 sont déjà nommés et six ont prêté serment.

 

 

Centrafrique : Abdoulaye Hissene émet des réserves par rapport à la Cour Pénale Spéciale

 

Par Jean Fernand Koena le 30 juin 2017

 

 

BANGUI,  30 Juin 2017(RJDH)—Abdoulaye Hissene, l’un des chefs de fil du FPRC a émis de réserve au sujet de la Cour Pénale Spéciale et récuse le ministre tchadien de la justice par rapport au gèle de ses avoirs. Position exprimée dans une interview téléphonique accordée au RJDH ce 30 juin depuis Bria.

 

« La réussite de la Cour Pénale Spéciale, on ne poursuit pas deux lièvres à la fois, soit on fait la paix soit on choisit la justice et on met tout le monde en prison » a-t-il déclaré. Cette position intervient au moment où six magistrats de la Cour Pénale Spéciale prêtent serment à Bangui dans un contexte de tension sécuritaire dans plusieurs villes à l’intérieur du pays.

 

Abdoulaye Hissène exhorte le régime de Bangui à opter pour le dialogue au détriment de la justice. « La Cour Pénale Spéciale qui cherchent à poursuivre les gens dites-moi quelle solution. Poursuite ou dialogue ? Vous savez que je gère des ressources humaines c’est-à-dire des éléments. Je vais dire à mes éléments, rester tranquille on va venir vous chercher, ou je dis rester tranquille et ne faites bien on va trouvez une solution. Dites lequel il faut choisir ? » A indiqué Abdoulaye Hissene.

 

Abdoulaye Hissene a des propos nuancés vis-à-vis du Tchad et récuse le ministre tchadien de la Justice « je qualifie de la rigolade la décision du ministre tchadien de la Justice. D’ailleurs ce n’est pas la position du gouvernement tchadien, mais c’est sa position à lui. Je lui conseille de retourner sur le banc et apprendre les a-b-c d’un ministre. Nous sommes dans la sous-région et ce n’est pas de cette manière qu’il faut geler les avoirs et c’est une honte pour le Tchad» a-t-il dit.

 

Abdoulaye Hissene ex-leaders de la CPJP et ancien ministre de la Jeunesse et sport dans le gouvernement de transition se dit favorable à la démarche de Sant ’Egidio. Il réaffirme par ailleurs l’Union du FPRC, RPRC et MPC en dépit du départ du chef d’état-major Azor Khalit.

 

 

Centrafrique : La Directrice Générale de la télévision centrafricaine démissionne

 

Par Jean Fernand Koena le 30 juin 2017

 

BANGUI, 30 Juin 2017(RJDH)— Lydie Nzengou Koumat-Gueret n’est plus la directrice de la télévision centrafricaine depuis hier soir à 17h. L’information a été confirmée au RJDH ce 30 juin par le ministre de la Communication, Charles Lemasset Mandjia mais infirmée par l’intéressée qui dit ne pas démissionner de son poste.

 

Lydie Nzengou Koumat-Gueret, journaliste et proche du président de l’Assemblée nationale Abdou Karim Méckassoua est nommée Directrice générale de la télévision. Sa nomination intervient après une période de crispation entre le gouvernement et l’Assemblée nationale marquée par l’absence répétée de Méckassoua à des cérémonies officielles et des pressions reçues pour diffuser les images de ce dernier à la télévision.

 

Jointe par le RJDH, Madame Lydie Nzengou Koumat-Gueret nie avoir démissionné et ignore l’objet et la motivation de sa démission « je n’ai pas démissionné » a-t-elle dit, alors que des sources proches de son service confirment les informations sur sa démission avec des précisions. « Il faut finaliser les choses alors avec le ministre qui connait les motivations de ma démission », a-t-elle ajouté.

 

Par contre l’autorité politique de son service, Charles Lemasset Mandjia confirme l’information de sa démission « mon directeur de cabinet n’a pas démissionné, mais je puis vous confirmer la démission de la directrice de la télévision nationale » a-t-il lâché.

 

Des informations circulent aussi autour de la démission du directeur de cabinet du ministre de la Communication alors que le mouvement ministériel est toujours attendu un an et trois mois d’exercice du pouvoir de Faustin Archange Touadera.

 

Le départ de Lydie Nzengou Koumat-Gueret à la tête de la télévision centrafricaine   est d’ores et déjà une recette de trop pour qui risque d’envenimer la tension entre les groupes parlementaires Cœur Unis et chemin de l’espérance.

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com