Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 23:29
Nouvelles nationales sur RJDH et APA
Nouvelles nationales sur RJDH et APA
Nouvelles nationales sur RJDH et APA
Nouvelles nationales sur RJDH et APA

 

 

 

Centrafrique : Des leaders politiques associés à la rencontre des groupes armés initiée à Rome par Saint Egidio

 

Par Sylvestre Sokambi le 14 juin 2017

 

Le 14 juin 2017 (RJDH)—Plusieurs leaders politiques sont partis à Rome pour la rencontre initiée par la communauté Saint Egidio sur la crise centrafricaine. Les politiques rejoignent les groupes armés dont le départ avait été annoncé à la clôture de la 5ème réunion du comité consultatif du DDRR, la semaine dernière.

Tous les poids lourds de la politique centrafricaine font partie, selon nos sources de la délégation. La présence d’Anicet Georges Dologuelé, leader de l’opposition a été confirmée par le 1er vice-président de son parti, l’honorable André Nalké Dorogo. Martin Ziguelé, président du MLPC et un des soutiens de l’actuel président fait aussi partie de l’équipe des politiques. Alexandre Ferdinand Nguendet, selon le service de presse de son parti RPR, est également invité. La présidence de la République a confirmé la présence du ministre conseiller politique du chef de l’Etat.

 

De sources proches de l’église catholique, une quarantaine de personnes est invitée pour cette rencontre, « la délégation est composée de plus de quarante personnes. Il y a des politiques, des leaders de la société civile et ceux des groupes armés » confie une source catholique proche du dossier.

 

La rencontre initiée par la communauté Saint Egidio intervient au moment où la République Centrafricaine replonge à nouveau dans les violences. La communauté internationale s’est inquiétée ces derniers jours, du regain de tension qui risque de basculer le pays dans une nouvelle spirale de violence. 12 des 16 préfectures sont à nouveau sous la coupe des groupes armés qui se disputent des chantiers de diamants et or dans le pays.

 

Difficile de savoir en détail les sujets que les leaders invités à Rome auront à débattre. De sources non officielles, les délégués devront signer des documents d’engagement de sortie de crise à l’issue des discussions de Rome. Des leaders non invités doutent déjà de la plus-value que peut apporter l’initiative de Saint Egidio, « ce n’est pas pour la première fois que cette communauté rassemble des leaders à Rome. Il n’y a au fait aucun espoir à fonder sur cette rencontre qui n’est autre qu’une balade. Le problème centrafricain sera réglé à Bangui avec plus de monde possible » confie Joseph Bendounga, président du MDREC.

 

En février 2015, à l’initiative de la communauté Saint Egidio des hommes politiques réunis à Rome ont signé un document dit « appel de Rome » dans lequel, ils se sont engagés à favoriser la tenue des élections transparentes. Neuf mois plus tard, les vingt candidats déclarés à l’élection présidentielle, sont réunis à Bangui par la même communauté pour un rappel sur les engagements pris entre temps à Rome./

 

 

Centrafrique : La CEJP et certaines organisations se mettent en réseau en faveur des victimes

 

Par Auguste Bati-Kalamet le 14 juin 2017

 

BANGUI, 14 Juin 2017 (RJDH) –L’annonce du réseau est faite par le secrétaire général de la commission épiscopale justice et paix, l’Abbé Fréderic Nakombo ce 14 juin au RJDH.

 

L’objectif dudit réseau est de faire un plaidoyer en faveur des victimes, recenser les données sur les graves crimes perpétrés dans le pays et mettre à la disposition de la Cour pénale spéciale. Cette initiative intervient à quelque jour de prestation de serment des juges de la Cour Pénale Spéciale dans un contexte de regain de violence dans plusieurs localités à l’intérieur du pays.

 

Le prélat Fréderic Nakombo interpelle le gouvernement à l’accession pour que justice soit faite « nous attirons l’attention du gouvernement, des organismes internationaux, et les chefs rebelles de la gravité de la crise. La commission propose des pistes de solution pour le retour de paix durable en Centrafrique », explique le secrétaire général.

 

Ce réseau de plaidoyer vise à recenser les données des graves violations des droits de l’Homme, « nous avons travaillé en collaboration avec la Cour Pénale Internationale (CPI). Maintenant que la CPS est née, nous avons recensé environ 5.285 dossiers qui seront présentés à cette instance judiciaire. Ensuite, nous assistons régulièrement à toutes les réunions du comité de la cour, afin d’être à la page du processus de l’évolution de la mise en place », a-t-il précisé.

 

Le réseau s’attaque aussi à la violation contre les enfants. Abbé Fréderic Nakombo appelle les ONG à publier leur rapport y relatif, « les membres du réseau de plaidoyer, les responsables des Ecoles catholiques associées en Centrafrique (ECAC), la CEJP, HGH, la communauté des spiritains du 2ème arrondissement, la Caritas, doivent rendre publics leur rapports, afin de dénoncer ces graves violations des droits humains », suggère-t-il.

 

Le rapport de la commission épiscopale devant faire l’objet de piste pour la Cour Pénale Spéciale est constitué de cinq axes de crimes de guerre et autres.

 

 

Paix en RCA : début des discussions mercredi à Rome sous l’égide de St-Egidio

 

APA-Bangui (Centrafrique) 14/06/17 - Les discussions pour trouver des pistes menant à une solution à la crise sécuritaire en RCA démarrent mercredi à Rome sous l’égide de la Communauté catholique de Saint-Egidio qui devrait réunir autour de la table des négociations un ministre du gouvernement centrafricain et au moins cinq groupes armés sur les 14 recensés officiellement en Centrafrique.

 

Durant la transition, plusieurs rencontres entre les groupes armés et le gouvernement avaient eu lieu pour mettre fin à la crise politico-militaire qui empêche le retour de la paix en RCA.

 

Depuis le mois de mars dernier, l’on a noté dans beaucoup de provinces du pays une reprise des violences ayant une forte connotation communautaire.

 

Le gouvernement, excepté le processus de ‘’Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR)’’ qu’il a enclenché pour arrêter ces violences, n’a plus d’autres stratégies pour protéger les civils qui pâtissent de l’embargo en armement dans lequel l’ONU a confiné les forces armées centrafricaines.

 

Les casques bleus venus pour aider l’Etat à retrouver son autorité sont pour leur part dépassés par les violences récurrentes en RCA.

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com