Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 21:59
Lu pour vous : Les liens troubles de Glencore au Tchad

 

 

 

https://www.letemps.ch  lundi 12 juin 2017 à 19:47.

 

La multinationale zougoise est devenue le client exclusif du gouvernement d’Idriss Déby. Depuis la découverte de pétrole sur son sol, la population s’est appauvrie, dénonce un rapport de Swissaid

 

Dix ans. C’est le temps qui s’est écoulé entre le premier flux de pétrole tchadien et l’obtention par Glencore d’un quasi-monopole sur les droits d’exportation du pétrole d’Etat. Dans l’intervalle, ce pays d’Afrique centrale, qui dépend désormais de l’or noir pour deux tiers de son budget, a renoncé à son «fonds pour les générations futures», chuté dans l’indice de développement humain et creusé sa dette extérieure au bénéfice de… Glencore, qui lui a octroyé des prêts, contre du pétrole, pour 2 milliards de dollars.

 

Un cas classique de «malédiction des matières premières», dénoncé par l’organisation d’aide au développement Swissaid, qui a publié mardi matin son rapport* «Tchad SA» sur les activités du géant zougois dans ce pays d’Afrique centrale gouverné par le clan Idriss Déby depuis 1990.

 

La Banque mondiale se retire

 

Au tournant du millénaire, le président tchadien inaugure en grande pompe un oléoduc d’exportation qui relie le pays d’Afrique centrale à la côte camerounaise. Les travaux ont été soutenus par un consortium de groupes pétroliers (ExxonMobil, Petronas et Chevron) et la Banque mondiale. L’extraction pétrolière doit aider le pays à sortir de la pauvreté grâce à une clé de répartition des bénéfices. Celle-ci est annulée en 2006, après trois ans d’exploitation, et la Banque mondiale finit par se retirer du Tchad.

 

Le gouvernement de N’Djamena crée alors une société pétrolière – Société des hydrocarbures du Tchad (SHT) – pour superviser la production et la commercialisation du brut de l’Etat. En 2007 puis 2011, elle accorde des concessions au consortium chinois CNPCI et à l’entreprise canadienne Griffiths. Glencore entre en scène l’année suivante, en rachetant les parts de Griffiths (rebaptisée entre-temps Caracal Energy), aux prises avec la justice canadienne, qui reconnaîtra la société coupable d’avoir versé des pots-de-vin pour obtenir les concessions tchadiennes.

 

«Boîte noire» au service du clan présidentiel

 

Pour Lorenz Kummer, spécialiste des matières premières chez Swissaid, il s’agit d’un «cas classique illustrant la corruption qui règne dans le secteur pétrolier». S’il reconnaît que rien dans son rapport ne permet de conclure à l’existence de pratiques délictuelles de la part de Glencore, il souligne «l’opacité de SHT, une structure qui ne publie pas ses comptes et n’est soumise à aucun audit externe». L’entreprise d’Etat a aussi été associée, par la presse locale, à plusieurs affaires de corruption.

 

Concrètement, Swissaid reproche à Glencore de ne pas en faire assez en matière de transparence. Le géant zougois, coté à la bourse de Londres, est légalement tenu de publier les sommes versées à d’autres Etats en matière d’extraction pétrolière. Cette somme atteignait en 2015 79,9 millions de dollars pour le Tchad. Glencore n’est, par contre, pas obligé de chiffrer le volume de négoce. Et, depuis 2013, Glencore détient selon ses propres dires «90% des droits d’exportation du pétrole de l’Etat tchadien».

 

Où s’arrête la responsabilité?

 

Dans une lettre de sept pages, le groupe zougois répond aux interrogations de Swissaid. Il souligne «prendre la gouvernance d’entreprise au sérieux», mais affirme qu’on ne peut pas attendre de lui qu’il «rende public des contrats confidentiels de cette nature». Concernant le prêt accordé au groupe pétrolier, Glencore estime avoir pris ses responsabilités en «s’assurant que SHT avait, selon la loi tchadienne, les compétences de passer ces accords de prépaiement pétrolier. Et obtenu la confirmation du ministre des Finances et de l’énergie que la transaction n’allait pas compromettre les discussions [du Tchad] avec la Banque mondiale et le FMI.»

 

Le timing de la publication de ce rapport ne tient pas du hasard. La semaine prochaine, la Commission des affaires juridiques du Conseil national se penchera sur la révision du droit des sociétés anonymes, prévoyant que les entreprises publient leurs transactions avec des organismes publics. Swissaid et Public Eye souhaiteraient que cette réglementation soit étendue aux activités de négoce.

 

* Les conclusions de ce rapport seront notamment discutées lors d’une table ronde: «Glencore au Tchad. Quelle transparence dans le secteur des matières premières? Quelles conséquences pour les populations?» Mercredi 14 juin, de 18h30 à 20h30, à l’Université de Genève, Uni Mail, 40, bd du Pont-d’Arve, salle MS160. Entrée libre.


 

Glencore met 2,5 milliards de dollars sur la table

 

Le géant zougois est sur les rangs pour acquérir la filiale australienne de charbon de Rio Tinto, au nez et à la barbe d’un concurrent chinois

 

Coal & Allied passera-t-il bientôt en mains zougoises? La balle est dans le camp du groupe chinois Yanzhou Coal Mining, qui doit décider s’il veut surenchérir sur l’offre de 2,55 milliards de dollars de Glencore pour la filiale houillère de Rio Tinto. Si le géant énergétique convoite tant Coal & Allied, c’est en raison de sa proximité avec ses propres infrastructures dans la Hunter Valley (160 kilomètres au nord de Sydney).

 

L’acquisition permettrait de réaliser des économies d’échelle sur l’extraction ou le transport et de mieux contrôler les prix. Si la transaction se concrétisait, Glencore devrait également reprendre les parts de Mitsubishi dans deux coentreprises avec Coal & Allied pour 920 millions de dollars. Le groupe pourrait se séparer d’autres activités afin de financer et de se concentrer sur ses opérations minières.

 

Adrià Budry Carbó

 

@AdriaBudry

Journaliste Éco & Finance, spécialisé dans les PME et l'économie lémanique. Passionné par les nouvelles technologies et les mondes hispanophones

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com