Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 juin 2017 4 15 /06 /juin /2017 12:20

 

 

 

 

http://www.yaoundeinfo.com

 

La capitale de la République centrafricaine a repris avec ses activités multiples. Les marchés sont de nouveau bondés de commerçants, de produits et de vivres. Les axes qui hier étaient inaccessibles, sont ouverts à la circulation. Les banguissois en particulier et les centrafricains en général ont une nouvelle obsession : La paix. Seul gage de développement de leur pays. Le récit de l’envoyé spécial de yaoundeinfo.com à Bangui…

 

« Pour vous mon PEUPLE, je me battrai pour la paix en RCA », le ton est donné par le Chef de l’Etat lui-même. Faustin-Archange Touadera, 60 ans, au pouvoir depuis le 30 mars 2016, après son élection à la magistrature suprême le 14 février de la même année, a pour cheval de bataille, l’instauration définitive de la paix dans son pays. Afin de tourner le dos à la guerre qui a endeuillé de nombreuses familles centrafricaines. Des panneaux publicitaires où est inscrit ce message, sont placés un peu partout dans la capitale. Une autre manière de sensibiliser ses compatriotes afin que chacun s’approprie ce combat louable et salutaire pour le développement d’une Centrafrique qui commence à nouveau à sourire. Au centre ville, notamment à la place Président Omar Bongo, la vie a repris son cours normal en journée comme la nuit. Pareil au niveau du stade 20.000 places où l’ambiance bat son plein la nuit avec des snacks, dancing et buvettes qu’on retrouve à cet endroit. Peu à peu, la capitale centrafricaine retrouve son appellation de « Bangui la coquette », qui souhaite la bienvenue aux visiteurs qui débarquent à l’aéroport international de Bangui Mpoko.

 

La présence des chars dans la ville, ainsi que des soldats de la Minusca, montre qu’il ya encore beaucoup à faire pour que Bangui retrouve une paix définitive. Un tour dans la ville, permet aux visiteurs de comprendre, à traves des messages de paix affichés sur de gros panneaux publicitaires, que les autorités de la RCA sont engagées de fort belle manière dans le processus d’instauration de la paix. Au niveau du Camp Moana des Nations Unies, une affiche frappe le visiteur : « La RCA : C’est moi, c’est vous, c’est nous ». Plus loin, on peut lire « Centrafrique, Unité source de triomphe. Pays de Zo Kwe Zo ».

 

Au quartier KM 5, dans le troisième arrondissement, la reprise des activités est effective, même si on peut encore voir des signes de vandalisme sur des maisons et autres boutiques qui avaient été saccagés lors des évènements malheureux qu’a connu le pays. Le Km5 est considéré comme le poumon économique de la RCA. La mosquée centrale de Bangui (la plus grande de tout le pays) qui s’y trouve héberge actuellement de nombreux déplacés et victimes de la crise. Ali Ousmane, Coordonnateur des Organisations musulmanes de Centrafrique explique que la situation s’est beaucoup améliorée. « Le vivre ensemble est effectif ici. Les musulmans et les chrétiens cohabitent sans problème. Nous avons besoin de paix car on ne peut pas développer un pays sans la paix. Il faut qu’on arrête les tueries et les massacres. » dit-il avant d’ajouter que « le Km5 s’est auto régulé par lui-même, toutes les avenues sont dégagées, les gens peuvent circuler aisément. C’est un effort que nous avons fait car le km5 c’est le poumon économique de la RCA, il fallait travailler le vivre ensemble, sécuriser le km5, pour que chacun puisse vaquer à ses occupations ». Au PK12, autre grand marché de Bangui, les activités battent leur plein. La circulation des camions en partance ou en provenance de la frontière avec le Cameroun, ou de celle avec la République Démocratique du Congo(RDC) et le soudan est intense. Le marché grouille de monde : L’économie a repris à tourner.

 

5è réunion du Comité Consultatif et du suivi du Programme DDRR

 

Notre séjour dans la capitale Centrafricaine nous a permis d’assister à la 5è réunion mensuelle du Comité Consultatif et du Suivi du Programme « Désarmement, Démobilisation, Réintégration et Rapatriement » (DDRR). La réunion tenue les 8 et 9 juin 2017 à Bangui et présidée par le Colonel Noël Bienvenu Selesson a réuni les représentants des pouvoirs publics, la Coordination nationale, la Société Civile, les groupes armés, les personnes ressources et la communauté internationale. L’objectif de ces réunions qui ont démarré en novembre 2016, est de permettre « la réussite du programme DDRR et la réintégration socio-économique » indique Samuel Touatena, chargé de mission en matière des opérations DDRR.

 

Participant à cette importante réunion, Orofe Moganazoum Judicaël le Secrétaire Général des patriotes Anti Balaka tranche : « je suis très favorable pour le retour de la paix en Centrafrique dans les jours à venir, tous ensemble on va ramener la paix en Centrafrique ». Il explique que les Anti Balaka n’ont rien à voir avec les attaques récentes de Bangassou qui ont fait 26 morts selon la Mission de stabilisation des Nations unies en Centrafrique (Minusca), surtout que « les patriotes anti Balaka » ont signé l’accord de cessation des hostilités à Brazzaville. « On était même les premiers à signer cet accord. On a accepté le désarmement. Les anti Balaka sont prêts à aider le Président Faustin-Archange Touadera dans le processus de ramener la paix en Centrafrique » affirme Orofe Moganazoum Judicaël.

 

Pour Amadama Chaibou secrétaire général adjoint du Mouvement Patriotique Centrafricain(MPC) «La paix est une préoccupation pour tous les centrafricains, car je pense que la paix n’a pas de prix. Nous voulons la paix et le MPC s’est engagé pour le retour de la paix dans notre pays ».

 

Quant à Abakar Moustapha du Comité consultatif de suivi du DDRR « nous sommes à la 5è session du Comité pour rechercher la paix. Notre pays depuis bien longtemps est malade d’une crise armée et qui s’est amplifiée et dont tout le monde connait les dégâts. Aujourd’hui nous ne pouvons pas continuer à croiser les bras car il faut absolument sortir de cette situation. C’est la raison pour laquelle nous sommes engagés. Nous sommes d’accord pour qu’on revienne à une situation de paix généralisée dans le pays. Et pour arriver à la paix, il faut que toutes les entités qui sont en difficultés ou bien qui ont des choses à reprocher au gouvernement, se retrouvent ensemble, déposent sur la table tout ce qu’elles ont sur le cœur ou leurs préoccupations afin que les uns et les autres se mettent à réfléchir sur les solutions idoines de sortie de crise ».

 

Les centrafricains ont donc décidé de choisir la voie de la paix tracée par le Président de la République Faustin-Archange Touadéra. Le Chef de l’Etat ne ménage aucun effort dans ce sens. Car c’est grâce à cette paix que les centrafricains pourront développer leur pays et, en même temps, faire de la RCA, une destination privilégiée en Afrique centrale.

 

Ericien Pascal Nguiamba, à Bangui.

Lu pour vous : Centrafrique : Batailles et stratégies pour un retour définitif de la paix à Bangui et à l’intérieur du pays

Partager cet article

Repost 1
Centrafrique-Presse.com