Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 19:48
RCA : le torchon brûle entre l’Assemblée nationale et le gouvernement

 

 

 

APA-Bangui (Centrafrique) - 19/05/17 - L’Assemblée nationale centrafricaine a donné, vendredi, au gouvernement centrafricain, plus particulièrement le Premier ministre, Simplice Mathieu Sarandji, un ultimatum de 48h pour venir répondre aux convocations des parlementaires, désireux de savoir les mesures prises par le pouvoir pour combattre l’insécurité.

 

Le vice-président de l’Assemblée nationale, Aurélien Simplice Zingas, n’a en effet pas supporté que le Premier Ministre Simplice Mathieu Sarandji ne se soit pas rendu jeudi à l’hémicycle pour répondre aux questions des députés sur la montée de l’insécurité en Centrafrique.

 

Il a déclaré à l’ouverture de la séance de ce vendredi qu’il donnait au Premier ministre 48h pour venir a l’Assemblée et que passé ce délai, cette institution prendrait ses responsabilités. En clair, l’équipe gouvernementale que dirige Simplice Mathieu Sarandji pour faire l’objet d’une motion de censure de la part des parlementaires comme le prévoit la Constitution.

 

La mésentente entre exécutif et le législatif est devenu un secret de polichinelle pour tout Bangui. Car sur les ondes, les parlementaires ne cessent de dénoncer les blocages de leurs indemnités, suite au renouvellement de leur bureau au mois de mars dernier.

 

Les parlementaires que le Chef de l’Etat désire voir au perchoir ont été battus. Depuis lors, les membres du gouvernement refusent systématiquement de répondre aux interpellations des parlementaires et certains conseillers du Président de la République menacent publiquement de dissoudre l’Assemblée nationale et d’organiser des nouvelles législatives.

 

Pour des observateurs de la vie politique, il est plus facile en ce moment de changer l’équipe gouvernementale minée par la léthargie que de dissoudre l’Assemblée nationale. Par ailleurs, il n’est pas facile d’organiser des élections législatives sur un territoire sous l’emprise des groupes armés. Ainsi, les élections générales de 2015 qui ont abouti au retour de la RCA à l’ordre constitutionnel ont connu beaucoup de ratés à cause de l’insécurité persistante.

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com