Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 17:26
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Jean Francis Bozizé mettra fin à son contrôle judiciaire le lundi prochain

 

Par Jean Fernand Koena le 5 mai 2017

 

BANGUI, 5 Mai 2017(RJDH)—Jean Francis Bozizé mis sous contrôle judiciaire ne sera plus sous contrôle judiciaire à partir du lundi prochain où il effectuera le dernier émargement auquel il est astreint par le juge d’instruction. L’annonce a été faite par son avocat Me Jean Louis Opalagna ce 5 mai lors d’une conférence de presse à Bangui.

 

Lors de cette conférence de presse au siège du KNK, Me Jean Louis Opalagna, conseil de Jean Francis Bozizé le considère comme un prisonnier hautement politique, un gros poisson à livrer à la Cour Pénale Spéciale. Il appelle à une solution politique et l’amnistie pour son client. Amnistie à laquelle Faustin Archange Touadera a opposé une fin de non-recevoir au nom du principe de séparation de pouvoir s’il en croit Bertin Béa secrétaire par intérim dudit parti qui engage le chef de l’Etat à entendre raison et choisir la voie de l’Union Africaine et d’Idris Déby militant dans ce sens.

 

Selon l’avocat de Jean Francis Bozizé a précisé que cette option est compatible à la loi « la loi a prévu que lorsqu’un inculpé est placé sous contrôle judiciaire, il peut à tout moment demander la levée. Le juge d’instruction dispose de 5 jours pour donner suite. Malheureusement pour le cas Francis, les jours se sont découlés plus de 30 jours, sans qu’une décision ait été rendu. Nous avons saisi la chambre d’accusation et la loi dit à défaut de réponse dans un délai de 10 jours l’accusé recouvre de plein droit la levée du contrôle judiciaire » a expliqué Me Jean Louis Opalagna.

 

Jean Francis Bozizé ancien ministre délégué à la Défense sous François Bozizé a été arrêté le 5 Aout 2016 par la Minusca et remis aux autorités judiciaires où il est placé sous-contrôle judiciaire.

 

 

Centrafrique : Les FACA en détachement à Obo réclament leur relève

 

Par Bienvenue Marina Moulou-Gnatho le 5 mai 2017

 

BANGUI, 05 Mai 2017(RJDH) —Les éléments FACA en détachement à Obo à l’est du pays ont manifesté ce 5 mai pour exiger de l’état-major leur relève après un an de présence dans la localité.

 

Initialement déployés pour une période de 6 mois, ces éléments ont passé 12 mois. Ce mécontentement exprimé intervient une semaine après la marche des habitants de la localité pour exiger du gouvernement l’augmentation de l’effectif des FACA basées dans la localité après le retrait des troupes américaines ce 25 avril dernier.

 

Selon les informations RJDH, ces éléments ont érigé des barricades pour montrer leur mécontentement, et demander la relève, « ils ont barricadé les voies publiques à 4h du matin et ils ne veulent plus rester dans la ville. Le délai prévu du détachement est déjà dépassé. Ils réclament les moyens pour regagner Bangui », a témoigné un habitant de la localité.

 

L’un des manifestants qui a requis l’anonymat dit avoir dépassé la période prévue pour le détachement et leurs familles vivent dans des conditions difficiles à Bangui, « nous avons laissé les chèques pour 6 mois à nos familles, nous en avant largement dépassé et atteindre 12 mois. Le gouvernement, ni le ministère de la Défense n’a réagi pour nous relever qu’allons-nous faire ? Nos familles souffrent y’a personne pour les aider. Nous réclamons seulement des moyens de transport afin de regagner nos familles. Certains ont même perdu des parents proches », s’est-il plaint.

 

Contactez sur la question, le préfet du Haut-Mbomou Dieu-bénit Kolingo confirme l’information, et parle des discussions engagées avec les militaires, « c’est vrai, ils ont manifesté et je les ai convoqué pour discuter avec eux. Je les ai convaincu et actuellement le calme est revenu et ils vont continuer leur travail qui consiste à protéger la population civile jusqu’à la réaction du gouvernement sur leur revendication », conclut-il.

 

Deux sections des FACA sont en mission dans le Haut Mbomou dans le cadre de traquer la LRA de Joseph Kony au côté des troupes américaines et ougandaises.

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com