Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 16:58
Nouvelles nationales sur APA
Nouvelles nationales sur APA
Nouvelles nationales sur APA

 

 

Plaidoyer des agences onusiennes en faveur de la RCA

 

APA-Bangui (Centrafrique) 02/05/17 - Les chefs des agences humanitaires des Nations Unies ont lancé un appel urgent à la communauté internationale à ne pas négliger la République centrafricaine (RCA) où les violences ont contraint 884 276 personnes à des déplacements forcés.

 

Ces victimes qui représentent le cinquième de la population centrafricaine connaissent également la faim et la malnutrition, soulignent les chefs d’agence des Nations Unies dont l’appel a été lancé samedi à Bangui, au terme d’une visite de quatre jours en RCA.

 

Au cours de cette visite, la délégation a pu s’entretenir avec les communautés affectées, la société civile, les bailleurs, les acteurs humanitaires et les autorités politiques. Elle a également visité la préfecture de l'Ouham Pendé au Nord-Ouest du pays. Cette région a été récemment touchée par des actes de violence.

 

«Il est encourageant de voir comment les communautés peuvent se relever si elles ont les outils et le soutien adéquats», a déclaré Abdou Dieng, Directeur régional du Programme alimentaire mondial pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

 

M. Dieng qui faisait partie de la délégation a ajouté : «J'ai vu comment les gens sont prêts à transformer une page très sombre dans leur vie et à avancer ».

 

«Répondre aux causes profondes de la violence intercommunautaire est essentiel pour promouvoir la sécurité et permettre aux communautés et aux services gouvernementaux de se redéployer. Cela est d’autant plus réussi lorsque le gouvernement, la société civile et les agences d'aide au développement travaillent ensemble», a, pour sa part, Richard Danziger, Directeur pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre de l’OIM.

 

Outre ces deux responsables, la délégation comprenait notamment Allegra Maria Baiocchi, Représentante régionale pour l'Afrique de l'Ouest et Centrale (OCHA), Yves Habumugisha, Directeur régional des affaires humanitaires et d'urgence de l’Afrique de l'Ouest pour l’ONG World vision et Anne Marie Deutschlander, Directrice régionale du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR).

 

Près de la moitié de la population centrafricaine - soit 2,2 millions de personnes - dépend de l'aide humanitaire pour survivre.

 

En raison de l’absence de l’autorité et des services de l’Etat dans la plupart des régions, les acteurs humanitaires fournissent aux populations environ 50% des services sociaux de base.

 

Le sous-financement chronique est tout aussi inquiétant dans la mesure où il menace l’existence d’une aide vitale. Le Plan de réponse humanitaire de 399,5 millions de dollars pour la RCA en 2017 – pour venir en aide à 1,6 million de personnes – n’est financé qu’à 10% seulement.

 

Le plan de réponse de 2016, d’un montant de 531,5 millions de dollars, avait été financé à moins de 40%.

 

Dans plusieurs régions de la Centrafrique, le départ de partenaires humanitaires, faute d’un financement suffisant, a augmenté la vulnérabilité des populations. Dans ces zones, ils étaient souvent les seuls à procurer des services sociaux de base à la population.

 

 

RCA : la FAO qualifie de « succès » la campagne agricole

 

APA-Bangui (Centrafrique) 02/05/17 - La campagne agricole 2017, financée par la FAO à hauteur de 10 millions de dollars, est « un succès » par rapport à la précédente grâce surtout au retour de la sécurité dans certaines régions du pays, a déclaré Jean Alexandre Scaglia, représentant de l’organisme onusien en Centrafrique.

 

« C’est un indicateur d’une véritable stabilisation du monde rural. Les rendements étant essentiellement soutenus par l’augmentation de surface. C’est dire que les paysans se sont sentis sécurisés et ont augmenté le nombre d’hectares de terres cultivées, se sont éloignés des villes et villages », a dit M. Scaglia, samedi à Bangui.

 

Il a ajouté : « C’est un paramètre qui montre un retour d’un certain niveau de confiance ; aussi vrai pour les céréales qui étaient des cultures beaucoup pillées, aujourd’hui les paysans ont la possibilité de les stocker et de les vendre ».

 

Cette embellie de l’agriculture est également valable dans le secteur d’élevage à cause de la confiance qui revient petit à petit, a soutenu M. Scaglia.

 

Pour ce premier cycle de l’année 2017, la FAO qui a bénéficié du soutien du Royaume-Uni, de l’UE et des USA s’est fixé pour but d’octroyer des semences vivrières et maraîchères à plus de 133 000 ménages en situation de grande précarité à travers toute la Centrafrique.

 

Dans le même temps, 69 400 ménages recevront des outillages.

 

Ce genre d’assistance permet de rétablir durablement la sécurité alimentaire des ménages et d’accélérer le processus de reconquête des terres rurales, a souligné le représentant de la FAO en RCA.

 

 

Cameroun: vers une interconnexion avec le Congo, la RCA et le Nigeria (ministère)

 

APA-Yaoundé (Cameroun) 02/05/17 - Le gouvernement camerounais a engagé des actions visant à interconnecter le Cameroun avec le Congo, le Nigeria et la République centrafricaine (RCA), dans le cadre du projet dorsale à fibre optique de l'Afrique centrale (Central African Backbone Project, CAB), a appris APA auprès des services compétents du ministère des Postes et Télécommunications.

 

Les interconnexions, financées à hauteur de 30 milliards FCFA par la Banque africaine de développement (BAD) pour la période 2016-2019, seront sous-tendues par la signature, à brève échéance, de mémorandums d’entente avec les autorités des pays concernés.

 

Le projet d’infrastructure intégrateur CAB, selon le gouvernement, permettra d’une part aux pays d’Afrique centrale d’avoir accès aux câbles sous-marins à partir des points d’atterrissement longeant la côte camerounaise, et d’autre part d’interconnecter les capitales de ces pays entre elles.

 

Le Cameroun, qui ambitionne de devenir un hub technologique sous régional, dispose déjà d’une interconnexion par fibre optique avec la Guinée Équatoriale et le Tchad.

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com