Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 23:17
MESSAGE DU PRESIDENT DE LA CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL (CRPS) AU 3ème CONGRES DU PATRIE
MESSAGE DU PRESIDENT DE LA CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL (CRPS) AU 3ème CONGRES DU PATRIE
MESSAGE DU PRESIDENT DE LA CONVENTION REPUBLICAINE POUR LE PROGRES SOCIAL (CRPS) AU 3ème CONGRES DU PATRIE

 

 

 

Bangui, le 05 mai 2017

 

 

                        Monsieur le Président du PATRIE,

 

                        Mesdames et Messieurs les membres du Bureau Politique du PATRIE,

 

                        Mesdames et Messieurs les leaders des partis politiques et de la société civile,

 

                        Distingués invités,

 

Mesdames et Messieurs,

 

                        Chers Congressistes,

 

            La Convention Républicaine pour le Progrès Social (CRPS)  adresse ses salutations républicaines et ses félicitations  patriotiques au PATRIE pour la tenue de son 3ème Congrès Ordinaire,tout en exprimant sa joie de se retrouver avec d’autres formations politiques.

 

            C’est une occasion exceptionnelle qui permet à tous les militants et aux organes de base de se retrouver et de mesurer le chemin parcouru depuis le dernier congrès et d’envisager les perspectives d’avenir.  Monsieur le Président, je ne doute pas un seul instant de la capacité organisationnelle et conceptuelle de votre Parti d’évaluer correctement la situation qui prévaut dans notre pays et d’en tirer les conclusions idoines qui s’imposent.

 

            J’ai pleinement conscience des défis qui nous attendent et que nous devons relever ensemble avec courage, persévérance et lucidité dans le seul intérêt supérieur de la Nation centrafricaine en péril.

 

            Péril d’abord pour son unité et pour son intégrité territoriale, car nous sommes en situation de partition de fait où plus de 70% du territoire national échappent au contrôle de l’Etat, avec le pillage de nos ressources naturelles par des groupes armés et des mercenaires étrangers.

 

            Péril ensuite pour l’effritement de l’Etat dont la restauration de son autorité sur l’étendue du territoire national reste encore illusoire et dont la persistance peut conduire à court terme à l’implosion de notre pays.

 

            Péril enfin par ce que la RCA est le seul pays au monde n’ayant pas de force de défense et de sécurité pouvant assurer l’exercice de la violence légale et légitime sans laquelle un Etat ne peut exister.

 

            Ce sombre tableau s’ajoute aux crimes de guerre, aux crimes contre l’humanité dont notre peuple est victime depuis 2012: massacres à grande échelle, incendies volontaires de villages, viols, pillages etc… qui sont quotidiennement commis par les SELEKA, les ANTI BALAKA et d’autres groupes armés sans compter plusieurs hordes de bandits.

 

            Devant cette situation dont nous mesurons l’ampleur et la gravité, notre responsabilité en tant que partis politiques est immense.

 

            L’espace national  est marqué par plusieurs vulnérabilités structurelles, une fragilité étatique, une régression sociale, une faiblesse économique.

 

            La sécurité ne peut revenir dans le pays sans le désarmement des bandes armées et sans la mise en orbite opérationnelle des FACA réarmés matériellement, restructurées techniquement et rééquilibrées ethniquement sur le court terme avec une planification stratégique des objectifs à atteindre sur le moyen et le long terme.

 

De ce point de vue, la communauté internationale à l’égard de laquelle nous avons un devoir de gratitude a la double obligation politique et morale de relever ce défi  sécuritaire par la stricte application du mandat onusien.

 

En effet, parmi les objectifs spécifiques assignés à la MINUSCA, la démilitarisation du territoire national occupe une place centrale. La Résolution 2149 des Nations Unies du 10 avril 2014 sur la rubrique du désarmement, démobilisation, réintégration, rapatriement, est claire : « Regrouper et cantonner les combattants, et confisquer et détruire, selon qu’il convient, les armes et munitions de ceux qui refusent de les déposer » (- article 30 g) iii)-)

 

Placé sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies, le mandat des forces internationales en Centrafrique, implique l’usage de la force le cas échéant pour atteindre l’objectif  stratégique de la stabilisation du pays.

 

            Le processus DD RR est considéré aujourd’hui comme le seul remède miracle pour ramener la paix en RCA. La CRPS pense que cette approche partielle  qui ne prend pas en compte la dimension économique et le volet militaire de la problématique sécuritaire dans la résolution de la crise conduira inéluctablement à l’impasse. Les faits nous donnent malheureusement raison avec les dernières revendications maximalistes des groupes armées portant sur l’amnistie et sur leur participation au Gouvernement. Il est malheureusement à craindre que le programme DD RR et sa mise en œuvre à l’heure actuelle ne soient que du plâtre sur une jambe de bois.

 

            Et puis, il y a l’épineux problème de la restauration de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national.

 

           Nous disons qu’il n’existe pas d’alternative à la restauration de l’autorité de l’Etat, sans ses propres forces de défense et de sécurité, c’est-à-dire sans le monopole de la violence légale et légitime. Toute autre solution conduira à l’implosion de la RCA et à sa partition.

 

           Comment ne pas  s’étonner du silence sur le sort des centaines de milliers de déplacés internes et des réfugiés centrafricains dans les pays voisins comme le Cameroun, le Tchad et le Congo ?

 

           Nous sommes tous interpelés et chacun de nous doit participer à l’œuvre de réconciliation nationale, de la cohésion sociale, de la restauration de la paix et de la consolidation de l’unité nationale.

 

           Le silence des partis politiques sur ces questions cruciales qui engagent notre devenir commun sera une démission collective et une trahison de notre peuple.

 

           Il y’a urgence républicaine à trouver ici et maintenant un consensus national sur les problématiques telles que : l’unité nationale, la sauvegarde de l’intégrité territoriale, le rejet de l’amnistie, l’exigence de la justice pour les victimes des atrocités commises pendant la crise, le retour des déplacés dans leurs localités respectives et le retour au pays des réfugiés.

 

Monsieur le Président du PATRIE,

 

                        Mesdames et Messieurs les membres du Bureau Politique du PATRIE,

                        Mesdames et Messieurs les leaders des partis politiques et de la société civile,

                        Distingués invités,

 

Mesdames et Messieurs,

 

                        Chers Congressistes,

 

La CRPS, parti politique, dont la devise est JUSTICE- PAIX -DEVELOPPEMENT fidèle à sa vocation humaniste a toujours œuvré pour que les valeurs de démocratie et de solidarité nationale s’enracinent dans notre pays.

 

Elle a participé aux dernières élections législatives et apporté librement son soutien au 2ème tour de l’élection présidentielle au Président Faustin Archange TOUADERA.

 

Après ces élections, la CRPS n’a souscrit aucun pacte politique ni individuellement, ni collectivement avec personne.

 

C’est donc librement que le Directoire Politique de la CRPS  de façon responsable et guidé par le seul intérêt supérieur de la Nation a fait le choix de faire entendre désormais sa voix dans le camp de l’opposition démocratique.

 

La CRPS  lance un appel aux autres partis politiques qui partagent les mêmes valeurs républicaines et patriotiques pour un véritable changement, à se rassembler pour la réalisation des nobles idéaux devant concourir à la survie de notre pays en danger.

 

                        Monsieur le Président du PATRIE,

                        Mesdames et Messieurs les membres du Bureau Politique du PATRIE,

                        Mesdames et Messieurs les leaders des partis politiques et de la société civile,

                        Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

                        Chers Congressistes,

 

La Convention Républicaine pour le Progrès Social souhaite pleins succès aux travaux du Congrès du PATRIE.

 

Je vous remercie

                                                                      

Le Président du Directoire Politique

 

 

       Me Nicolas TIANGAYE

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com