Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 15:04
8 mai 1945: L'Oubangui-Chari (RCA) libéra la France
8 mai 1945: L'Oubangui-Chari (RCA) libéra la France

 

8 mai 1945: L'Oubangui-Chari (RCA) libéra la France

 

Au prix de leurs sang, les oubanguiens majoritaires dans le Bataillon de Marche N°2 se distinguèrent sur tous les front en Afrique du Nord (Bir-Hakeim), en Asie (Syrie) et en Europe (France) durant la 2e Guerre Mondiale. Bir Hakeim est un fait un fait d'armes et entraîne une nouvelle prise de conscience de la valeur et du courage des soldats français, très contestés depuis juin 1940. Le Lieutenant Koudoukou, illustre officier oubanguien laissa sa peau dans cette bataille.

 

Du Mur de l'Atlantique en passant par Lorient, Saint-Nazaire, La Rochelle, Royan, la Pointe-de-Grave, l’île de Ré et l’île d’Oléron ses combattants se distinguèrent avec leurs camarades français jusqu'à la victoire suprême le 08 mai 1945.

 

le 18 juin, un détachement du BM 2 marche en tête des forces françaises libres, conduites par le général de Larminat, sur les Champs-Elysées.

 

La colonie de l'Oubangui-Chari participa économiquement à l'effort de guerre par la cueillette. Dommage que la récompense n'est pas à la hauteur du sacrifice consenti par ses combattants dont la nationalité française leur est reconnue à compte goutte. Ils ont été bardée de médailles.

 

Dites-moi, sans l'Afrique et les oubanguiens, de quel côté se trouverait l'ancienne métropole?

 

 

SOUS-LIEUTENANT ENGAGÉ EN FRANCE LORS DES DEUX CONFLITS MONDIAUX

 

Originaire de République Centrafricaine (1894-1942)

 

Georges Koudoukou est né en 1894 près de Bangui, à Fort Crampel dans l'actuelle Centrafrique. Il s'engage dans les tirailleurs pour combattre les Allemands du Cameroun en 1916 et, la guerre terminée, décide de poursuivre une carrière militaire. Promu caporal en 1920, il est affecté à Mont-de-Marsan. En 1925, sergent au 16e régiment de tirailleurs sénégalais, il prend part aux opérations au Maroc. Il est décoré de la Médaille militaire alors qu'il est adjudant au 12e RTS à La Rochelle. En 1931, il est de retour à Bangui au bataillon de tirailleurs de l'Oubangui-Chari. Excellent sous-officier, il est promu adjudant-chef en 1934. De 1937 à 1940, il tient les fonctions d'adjudant de compagnie à la 1er compagnie de son bataillon au camp de Kassaï à Bangui. Lorsque l'Afrique Équatoriale Française (AEF) s'engage derrière le général de Gaulle, Georges Koudoukou participe à la formation du bataillon de marche n°2 à Bangui qu'il quitte en janvier 1941 pour prendre part aux opérations de la France Libre en Syrie.


Le 27 décembre 1941, Georges est nommé sous-lieutenant. À partir de janvier, il combat en Égypte et en Cyrénaïque, en particulier sur la position de Bir Hakeim du 27 mai au 10 juin 1942. Grièvement blessé, amputé, il meurt de ses blessures le 15 juin 1942 lors de l'évacuation de la position.

 

Le sous-lieutenant Koudoukou a été fait Compagnon de la Libération par le général de Gaulle dès le 9 septembre 1942. Sa statue a été érigée à Bangui où une avenue porte son nom.

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com