Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 16:21
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Bangui amorce la dernière phase d’opérationnalisation de la Cour Pénale Spéciale

 

Par Judicael Yongo le 26 avril 2017

 

BANGUI, 26 Avril 2017(RJDH)—L’opérationnalisation de la Cour Pénale est entrée dans sa dernière phase, selon le comité de sélection des membres de cette juridiction. Les membres dudit comité se sont félicités des avancées enregistrées ces derniers jours.

 

La Cour Pénale Spéciale sera opérationnelle dès l’arrivée du procureur spécial qui selon Fernand Mande-Ndjapou, coordonnateur de la Coalition de la Cour Pénale Spéciale, sera à Bangui d’ici le 1er mai 2017.

 

De sources concordantes, les ministres centrafricains de la justice et de l’intérieur se rendront à Kinshasa d’ici la semaine prochaine pour discuter avec les autorités de la RDC avant l’arrivée du procureur spécial, « c’est la dernière chose à faire pour que le procureur puisse fouler le sol centrafricain », a expliqué Fernand Mande-Ndjapou.

 

Le comité de sélection des membres de la Cour Pénale Spéciale a, lors d’une réunion à Bangui annoncé que toutes les dispositions logistiques sont bouclées pour l’opérationnalisation de la cour, « toutes les dispositions pratiques sont déjà prises en ce moment. Le Tribunal de Grand Instance de Bangui qui doit abriter la cour, est totalement réhabilité. La question de logement des magistrats internationaux est bouclée y compris les questions logistiques liées aux matériels bureautiques et autres », a annoncé le coordonnateur de la coalition de la CPS.

 

Selon un membre du comité de sélection, les deux noms retenus pour le poste de procureur spécial adjoint, ceux du Substitut et des deux juges d’instruction et de la chambre d’accusation sont envoyés au chef de l’Etat, « c’est le président qui doit faire le choix entre les deux noms et nommé un », confie cette source au RJDH. La même source indique que « la phase de sélection des greffiers, des greffiers en chef, du secrétaire du parquet tire à sa fin » ajouté ce cadre qui a souligné que dans les deux semaines, les rapports de ces travaux seront remis au ministère de la justice. Aussi, le recrutement des Officiers de Police Judiciaire(OPJ) est en cours de finalisation ».

 

Les OPJ seront formés, selon nos informations d’ici la fin du mois de juin et le commissariat central de Bangui sera mis à leur disposition.

 

La Cour Pénale Spéciale entre dans sa dernière phase au moment où l’Union Africaine évoque l’idée d’amnistie, idée combattue par la quasi-totalité des forces vives de la nation centrafricaine.

 

 

Centrafrique : L’EUTM boucle la formation du premier bataillon des FACA

 

Par Jean Fernand Koena le 26 avril 2017

 

BANGUI, 26 avril 2017(RJDH)—Des compagnies d’infanteries de 47O hommes entrainés par l’EUTM ont expérimenté la phase pratique avant la remise officielle à l’état-major et au gouvernement. Le scénario et la coordination de combat sont exécutés ce 26 avril à Mboko dans la commune de Bimbo 5.

 

L’itinéraire du soldat et la coordination des opérations sur le terrain est compatible à l’entrainement avec les moyens d’artillerie et des mitrailleuses. La progression du soldat et la lucidité dans l’interprétation de la cartographie constitue le socle de l’intervention du colonel Vermulen, chef de pilier entrainement de l’EUTM.

 

L’opérationnalisation de ce bataillon dépend des autorités selon les le commandant la force de l’EUTM Ruys, « le bataillon est formé, mais cela ne dit qu’il est opérationnel parce qu’il lui faut l’équipement et l’armement. Je sais que le gouvernement est en train de travailler là-dessus. L’équipement est partiel à travers les dons et le gouvernement a décidé de procéder à l’achat des armes mais cela prend du temps », a-t-il expliqué.

 

Le chef de bataillon d’infanterie territoriale n°3 se félicite du renforcement de capacité de ces hommes « l’exercice est axé sur la cohésion du groupe lors d’une opération. Et mon travail est de rester en contact permanent avec les hommes sur le terrain pour coordonner la progression et donner des orientations à temps réel » a-t-il présenté.

 

L’entrainement avec l’EUTM est d’une valeur ajouté selon le capitaine Massé « l’abondance du bien ne nuit pas, avec l’entrainement nos hommes ont pu se souvenir de ce qu’ils ont appris à l’instruction et ont su profiter et capitaliser l’approche européenne du combat. A ce titre l’exercice doit être un sujet de fierté pour notre armée » a-t-il ajouté.

 

75% des forces armées sont concernés par l’entrainement de l’EUTM. Les compagnies de BIT2 sont attendus dans les mois à venir pour des séries de formations.

 

 

Centrafrique : D’anciens dignitaires délogés de la cité des 17 villas

 

Par Juvenal Koherepede le 26 avril 2017

 

BANGUI, 26 avril 2017 (RJDH)—Les anciens dignitaires du pays, logés au camp 17 villas, ont été déguerpis ce matin par la gendarmerie nationale. L’opération a été recommandée par le gouvernement, selon de sources bien informées.

 

La cité des 17 villas est habitée par d’anciens et actuels dignitaires du pays. Seules les personnalités sans fonction officielles ont été délogées par la gendarmerie qui a quadrillé le secteur ce matin. Les anciens dignitaires ont été priés de plier bagages pour libérer les lieux. Difficile d’avoir des précisions sur le déroulement des opérations car les journalistes ont été tenus à l’écart.

 

Les anciens ministres Gotran Djono Haba, Armel Sayo et Christophe Gazambetty font partie des expulsés. Le RJDH a tenté en vain d’entrer en contact avec eux pour leurs versions des faits.

 

Un officier membre de l’équipe d’intervention a confié au RJDH que l’opération a été ordonnée par le gouvernement. Les sources constatées au ministère de l’urbanisme n’ont pas souhaité se prononcer sur le dossier. Un conseiller à la présidence de la République, contacté par le RJDH parle d’une opération attendue depuis des mois. Pour lui, ces anciens dignitaires ont été relancés plusieurs fois sans suite.

 

C’est une première opération du genre depuis un an au pouvoir de Touadera et du gouvernement Sarandji.

 

 

Centrafrique : Des filles de la rue apprennent divers métiers au centre Voix du Cœur

 

Par Auguste Bati-Kalamet le 26 avril 2017

 

BANGUI, 26 Avril 2017 (RJDH)—Des filles de la rue regroupées au centre annexe Voix du Cœur de Damala, apprennent des métiers socioprofessionnelles. L’objectif est de faciliter la réinsertion de ces jeunes filles.

 

Ce sont 18 filles de la rue âgées entre 7 et 17 ans qui sont engagées dans cette formation. La majorité sont des filles-mères. « Sur les 18 filles, huit filles sont inscrites à l’école communautaire de Damala, quatre suivent une formation professionnelle à Don Bosco, six suivent des cours de remise à niveau et les deux dernières sont encadrées dans le domaine des activités génératrices de revenu », a expliqué sœur Bertine Saloma, responsable du centre d’accueil annexe Voix du Cœur.

 

Quotidiennement, l’annexe dépense environ 50.000 FCFA pour prendre en charge ces filles de la rue. Parmi les 18, il y a une qui est venue de la brigade criminelle où elle était détenue suite à une accusation de sorcellerie. Celle-là, selon la sœur responsable, a 7 ans.

 

Therèse Namsé, de la section alphabétisation au centre Voix du Cœur de Damala, se dit rassurante par rapport à la réinsertion de ces jeunes filles, « elles ont désormais un avenir. Nous leur donnons la formation nécessaire pour leur permettre de se prendre en charge d’ici demain », confie-t-elle.

 

Le centre d’accueil annexe Voix du Cœur de Damala, créé en juillet 2016, est soutenu par l’Ambassade de France, Triangle.

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com