Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 16:00
 La Centrafrique relance sa production d'huile de palme

 

 

 

French.china.org.cn | Mis à jour le 25-04-2017

 

Un prêt de 4 milliards de francs CFA (environ plus de 6,6 millions de dollars) de la Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale (BDEAC) est annoncé pour soutenir le financement d'un projet d'implantation d'un complexe agro-industriel de palmier à huile en République centrafricaine (RCA).

 

Ce prêt représente une partie des 17,75 milliards de francs CFA (29,3 millions de dollars) de financements évalués pour la réalisation du projet Palme d'or, qui marque la relance de la production d'huile de palme en RCA, après la grave crise politico-militaire qui a secoué le pays et enclavé d'Afrique centrale au cours des trois dernières années, a appris Xinhua d'une source de la BDEAC.

 

Le projet attire aussi deux banques commerciales, Ecobank et la Banque populaire maroco-centrafricaine (BPMC), qui y apportent 2,5 milliards de francs CFA (4,1 millions de dollars) chacune et portent à 9 milliards de francs (14,9 millions de dollars) la participation totale des institutions financières, y compris le prêt de la BDEAC.

 

"La BDEAC intervient aussi dans le domaine des forêts. Donc, tout projet qui émane de ce domaine, comme c'est le cas du palmier à huile, est susceptible de retenir son attention", a expliqué Bonaventure Miatoumouini, analyste de projets de la BDEAC de l'organisme de développement régional, lors d'un entretien récemment accordé à Xinhua.

 

La RCA est un modeste producteur africain d'huile de palme. Sa première usine, la Centrafricaine des palmiers (Centrapalm), inaugurée en 1986 sur une concession de 5.000 hectares à Bossongo, n'a pu tenir son pari de satisfaire les besoins de la demande locale. En 2015, elle a enregistré 156 tonnes de production sur un total national de 360 tonnes, selon les estimations.

 

En 2012, un autre projet a vu le jour sous le nom de Palmex, mais découragés par l'insécurité dans le pays, ses promoteurs ont préféré s'investir dans l'exploitation forestière et la fabrication du savon à partir des huiles artisanales collectées dans différentes régions centrafricaines.

 

Réalisé par Djamal Sahely, un homme d'affaires d'origine libanaise, deuxième plus grand employeur du pays après l'Etat à travers ses entreprises SFCA spécialisée dans l'exploitation forestière et SN Husaca (Société nouvelle huilerie savonnerie de Centrafrique), le projet Palme d'or couvre pour sa part une concession de 25.993 hectares, dont 16.000 exploitables pour la culture du palmier à huile.

 

Il se situe à Mbaïki, à une centaine de kilomètres au sud-est de Bangui, la capitale. "Ils vont produire près de 15.000 tonnes alors que la société SN Husaca ne va consommer que 6.000. Donc, il y a 9.000 pour satisfaire les besoins locaux et exporter au Tchad et au Congo-Brazzaville", révèle M. Miatoumouini.

 

D'après les prévisions, cette production devrait atteindre plus de 90.000 tonnes à partir de 2023. Pour l'heure, la RCA est obligée à faire aux importations en provenance du Cameroun, de la République démocratique du Congo (RDC) et de pays non africains pour ses besoins en huile de palme. F

 

Source: Agence de presse Xinhua

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com