Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 23:49
Centrafrique : Deux nouveaux magistrats pour siéger à la Cour pénale spéciale pour la Centrafrique

 

 

 

 

A la faveur d’une conférence de presse qu’il a donnée ce jeudi 11 avril 2017, le ministre centrafricain de la Justice, Flavien Mbata, a annoncé la nomination de deux juges d’instruction internationaux, à la Cour Pénale Spéciale pour la Centrafrique.

 

Créée par la loi n°15.003 du 3 juin 2015, cette Cour est compétente pour enquêter, instruire et juger les violations graves des droits de l’Homme et les violations graves du droit international humanitaire, commis sur le territoire de la République centrafricaine depuis le 1er janvier 2003.

 

Les deux magistrats sélectionnés pour siéger à cette juridiction spéciale sont Emmanuelle Ducos et Adelaïde Dembélé.

 

Emmanuelle Ducos, de nationalité française, est vice-Présidente chargée de l’instruction auprès du tribunal de grande instance de Paris, elle a été affectée, le 1er janvier 2012, au pôle dédié à l’instruction des crimes contre l’humanité, génocide, crimes et délits de guerre. Magistrat depuis 1995, Madame Ducos a débuté sa carrière comme substitut du procureur près le tribunal de grande instance de Meaux en France.

 

Quant à Adelaïde Dembélé de nationalité Burkinabè, elle est titulaire d’une maitrise en droit public de l’Université de Ouagadougou et d’un diplôme du cycle A de la magistrature de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature de Ouagadougou. Elle bénéficie de plus de vingt ans d’expériences en tant que magistrat, notamment en RDC en tant que chef d’équipe des cellules d’appui aux poursuites judiciaires mises en place par la résolution 1925 du Conseil de Sécurité des Nations Unies (2010) au sein de la MONUSCO.

 

La loi portant création de la CPS a prévu une ‘’approche progressive’’ pour la mise en place de la Cour. Ainsi, les Nations Unies, au travers de la MINUSCA qui a reçu du Conseil de Sécurité le mandat d’appuyer l’opérationnalisation de la Cour, ont prévu un soutien à l’installation de la Cour en deux phases : la première étant consacrée à l’appui aux enquêtes et à l’instruction ; et la seconde, axée sur l’appui aux procès.

 

En vertu de la résolution 2301 (2016) du Conseil de Sécurité, la MINUSCA a pour mandat, parmi ses tâches prioritaires, entre autres de faciliter la coordination et la mobilisation de l’appui bilatéral et multilatéral en faveur de la mise en place et du bon fonctionnement de la CPS.

 

La nomination d’Emmanuelle Ducos et d’Adelaïde Dembélé intervient près de deux mois après celui du Procureur spécial, intervenu le 14 février 2017.

 

MINUSCA

 

 

Togo: Catherine Samba-Panza à Lomé pour la 1ère session de l’OPALEF

 

http://www.togotopinfos.com  13 avril 2017

 

L’ancien chef d’État de la transition en Centrafrique et présidente de l’Observatoire panafricain du leadership féminin (OPALEF) Catherine Samba-Panza, séjourne sur le territoire togolais dans le cadre de l’ouverture de la session du comité d’administration de ladite organisation. Pour elle, l’heure n’est plus aux discours sur la parité homme-femme, mais aux actes.

 

A travers cette rencontre de Lomé, l’OPALEF veut poser ses fondements juridiques et élaborer sa feuille de route. Il s’agit pour cette organisation féminine de faire une relecture de ses statuts et d’examiner le chronogramme des activités, le budget de fonctionnement et la mise en place des commissions statutaires.

Ouvrant les travaux de la session, la ministre en charge de la promotion de la femme Tchabinandi Kolani Yentcharé, indique qu’un fonds pilote d’assistance juridique aux filles et aux femmes victimes de violences sera mis en place. Ceci permettra de faciliter la marche des femmes vers l’autonomisation et bien d’autres.

 

L’OPALEF est une structure féminine panafricaine créée en 2016. Elle fait de la promotion du leadership féminin et la lutte pour la parité homme-femme, son cheval de bataille.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com