Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 14:12
RCA: «Nous ne vous oublions pas», promet le président Touadéra à Bambari

 

 

 

Par RFI Publié le 12-03-2017 Modifié le 12-03-2017 à 19:27

 

En République centrafricaine (RCA), le président Faustin Archange Touadéra s'est rendu, ce dimanche 12 mars, à Bambari, chef-lieu de la Ouaka. Cette région du centre de la Centrafrique a été le théâtre de violents affrontements entre groupes armés rivaux depuis plusieurs mois. A Bambari, le président était accompagné de Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale venu annoncer un certain nombre d'investissements dans la région.

 

Symboliquement, le président a choisi la mairie pour s’adresser à la population et marquer le retour de l’Etat à Bambari. Il l’a fait à quelques mètres du QG où, il y a quelques semaines encore, Ali Darass exerçait son règne sur la Ouaka et dirigeait ses affaires.

 

Le maire a été le premier à s’exprimer puis, Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale a pris la parole. Il a annoncé 6 milliards de francs CFA d’investissements dans la région pour notamment réhabiliter 23 centres de santé, mais aussi pour soutenir les déplacés et les victimes de violences. Il est question d’investir également dans les écoles, les caniveaux, les pistes et les marchés.

 

Le président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadéra, a ensuite fait passer un message de courage et de résilience à la population, promettant aux habitants de Bambari que Bangui ne les oubliait pas.

 

« La Ouaka et les préfectures voisines sont devenues le sanctuaire des groupes armés. Cette situation est maintenant derrière nous. Les ennemis de la paix répondront de leurs actes devant la justice. C’est une question de temps », a déclaré le chef de l’Etat centrafricain avant de réaffirmer l’indivisibilité de la RCA.

 

« Non à ceux qui veulent la partition », a-t-il conclu.

 

 

Lu pour vous : Centrafrique : 500 millions de dollars pour la reconstruction

 

http://afrique.latribune.fr  Par Emmanuel Atcha | 12/03/2017, 16:40

 

La banque mondiale envisage de décaisser une somme de 500 millions de dollars à la Centrafrique pour sa reconstruction. Le décaissement des fonds sera un des sujets de discussion entre le vice-président de l'institution financière, en visite à Bangui du 10 au 12 mars 2017 et le chef de l'Etat Faustin Archange Touadéra.

 

La Banque mondiale l'a promis à la Centrafrique, lors de la conférence des donateurs de Bruxelles. Elle s'était engagée à participer avec une somme de 500 millions de dollars à la construction du pays, après plusieurs années de crises meurtrières. En tournée dans le pays du 10 au 12 mars 2017, le vice-président de la banque mondiale (BM), Makhtar Diop a prévu évoquer avec le président de la République Faustin Archange Touadéra, l'intention de son institution financière d'honorer le plus rapidement possible, leur engagement.

 

« Cette visite se tient dans un moment capital pour la République centrafricaine, alors que le pays tente de bâtir la paix et de reconstruire la nation. En tant que partenaire privilégié du développement de la République centrafricaine, la Banque mondiale est prête à commencer la mise en exécution de ses engagements au cours de la conférence internationale des donateurs, qui s'est tenue en novembre dernier à Bruxelles », a expliqué le chargé de mission pour la RCA à la Banque mondiale, Jean-Christophe Carret, à la presse centrafricaine.

 

Selon ce dernier, Makhtar Diop lors de son voyage à Bangui et à Bambari, s'entretiendra avec les dirigeants centrafricains, sur les priorités de la stratégie du pays pour son développement. En outre, a-t-il ajouté, le vice-président de la Banque mondiale échangera avec le représentant du Secrétaire général des Nations Unies et le chef de la MINUSCA, au sujet des tensions qui continuent à l'intérieur du pays.

 

Malgré la crise qui se poursuit en Centrafrique, contrairement à ce qui prévalait, aujourd'hui le pays dispose d'un chef d'Etat, d'un parlement constitué de députés élus démocratiquement. Elle a aussi réussi à maîtriser ses finances publiques. Des efforts qui encouragent la communauté internationale.

 

10 fois l'aide traditionnelle à la Centrafrique

 

Le problème de la Centrafrique n'est pas des moindres. Environ 2,3 millions de Centrafricains ont encore besoin d'aide humanitaire. Un chiffre très alarmant qui explique la promesse de la BM. Les 500 millions de dollars seront décaissés sur une période de 3 ans et représentent dix fois l'aide traditionnelle accordée par l'institution au pays. Découlant d'un programme ambitieux financé par le régime de soutien au redressement (turn-around facility) de l'Association internationale de développement (IDA), il s'agit d'un fonds de la Banque mondiale destiné à soutenir les États fragiles dans leurs processus de transition.

 

L'appui de la BM devra donc servir à appuyer la gestion des finances publiques ainsi que la réinsertion des anciens combattants et des personnes déplacées. Il vise également à créer des emplois en réhabilitant un axe routier important et en relançant le secteur agricole. « La République centrafricaine, l'un des pays les plus pauvres et les plus fragiles au monde, se remet à peine d'une des crises les plus violentes de son histoire. Mais aujourd'hui, pour la première fois, le pays peut instaurer la paix, la stabilité et les conditions d'un développement durable », a déclaré Makhtar Diop.

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com