Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 00:41
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Des faux papiers découverts dans les dossiers des candidats au concours de la police et de la gendarmerie

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 28 FÉVRIER 2017

 

BANGUI, 28 Février 2017 (RJDH)–Plusieurs faux documents sont descellés dans le traitement du dossier des candidats au concours de la police et de la gendarmerie, organisé par le gouvernement et la Minusca, lancé du 1er au 28 février. Un constat fait et confirmé au RJDH par un membre du comité de sélection du dossier dans le 8e arrondissement ce 27 Février à Bangui.

 

Plusieurs communes ont été touchées par la crise et le redéploiement de l’autorité de l’Etat est progressif et lent à travers le pays. C’est dans ce contexte que les organisateurs de ce concours au sein de la police et de la gendarmerie ont constaté la montée des papiers illégaux versés au dossier exigé pour être candidat.

 

Thibaut Nzio, secrétaire général du conseil local du 8ème arrondissement a noté aussi l’existence des faux documents utilisés par les candidats. « Nous avons constaté plusieurs dossiers composés des faux documents, des faux diplômes, des actes de naissance qui ne correspondent pas à l’âge du candidat ou de la candidate », a-t-il déploré.

 

A la mairie du 4ème arrondissement de Bangui, les gens sont conscients du problème et accusent les faussaires « les dossiers sont ramassés aussitôt à la fin de l’heure par la Minusca. Nous n’avons aucune autorisation de vérifier l’originalité des documents avec un effectif pléthorique de candidats, certainement, il peut y avoir des faussetés dans la constitution des documents, parce qu’il y’a des personnes qui délivrent des faux papiers administratifs au quartier» a affirmé un proche du maire.

 

Des sources proches des organisateurs, plusieurs dossiers seraient rejetés à cause de ces faux documents. Cela risquerait aussi de conduire à la prolongation du dépôt qui sera clôturé ce 28 février.

 

250 policiers et 250 gendarmes seront recrutés sur l’ensemble du pays pour une formation de 7 mois. C’est un premier recrutement en vue après la crise et pendant le régime de Touadera qui totalisera le 30 mars 2017 un an de pouvoir.

 

La contrefaction des documents administratifs est un délit prévu et puni par la loi et la personne reconnue coupable cour la peine de 3 ans maximum.

 

 

Centrafrique : La situation sociale et économique des ménages est encore précaire, selon une enquête

 

PAR SUZAN DAWORO LE 28 FÉVRIER 2017

 

BANGUI, 28 février 2017 (RJDH)–La situation économique et sociale des ménages est encore précaire, c’est la conclusion d’une enquête menée dans le milieu urbain et rural par l’Institut Centrafricain des Statistiques et des Etudes Economiques et Sociales (ICASES) et rendue publique ce 22 février à Bangui par Alfred Sabendo, directeur des statistiques au ministère du Plan.

 

Dans le but d’impacter l’action du gouvernement et avoir une maîtrise des données sur les ménages après la crise, l’ICASES a mené une enquête orientée sur les conditions socio-économiques des ménages. La publication de son rapport intervient alors que les bailleurs ont annoncé 1.130 milliards de CFA pour financer le plan de relèvement du gouvernement après la crise.

 

Alfred Sabendo explique les grands axes du rapport, «nous avons collecté les points de vue de certains ménages qui sont choisis au sort dans 10 ménages, dont 5 en milieu urbain et 5 en milieu rural au-delà de 20 à 40 kilomètres du centre urbain, et les résultats ont montré que nous avons du pain sur la planche. L’état des infrastructures sont à une étape de dégradation très avancée », a-t-il expliqué.

 

Pour lui, les infrastructures socio-économiques de base en particulier les écoles, les marchés, les formations sanitaires, les institutions de micro finance, « ont été pillées, il y’a très peu de ménage qui ont accès à l’électricité et à l’internet, et de la dégradation des routes dans les communes empêche la libre circulation des produits agricoles vers la capitale », a- t-il ajouté.

 

L’ICASES projette lancer une nouvelle enquête le mois de mai prochain.

 

 

Centrafrique : Le gouvernement et la FAO Recherchent la cause des infections de poissons en vue d’une riposte

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 28 FÉVRIER 2017

 

BANGUI, 28 Février 2017 (RJDH)–Connaitre les causes du syndrome ulcératif épizootique des poissons et organiser la riposte, c’est l’objectif de l’investigation au cours d’une rencontre interministérielle avec l’appui de la FAO ce 27 février à Bangui.

 

Le poisson fait partie des recettes quotidiennes des centrafricains. Les blessures constatées sur les poissons constituent une préoccupation pour les consommateurs. Le premier constaté a été enregistré en 2015 dans le sud de la RCA. Plus de deux ans après, il n’existe pas encore de riposte et c’est dans ce contexte que les ministères concernés veulent apporter une réponse.

 

Etienne Ngounio-Gagbia, chargé de programme à la FAO présente les objectifs de l’initiative, « renforcer les connaissances du comité sur la pathologie, savoir le syndrome ulcératif épizootique des poissons, les méthodes de collecte d’échantillons de poissons infectés ; les tests d’application du système de monitoring et les conditionnements d’envoi à l’étranger pour analyse des échantillons, font partie intégrante du programme », a-t-il expliqué.

 

Il a en outre présenté que l’enjeu est « d’établir des documents pouvant aboutir à l’élaboration d’un projet sous régional sur les investigations et riposte contre les syndromes des infections des poissons en Afrique Centrale, car le phénomène est un manque à gagner pour les pisciculteurs et les pécheurs » a-t-il ajouté.

 

Neuf préfectures y compris Bangui sont touchées par la pathologie de poisson blessé. La dernière en date remonte au 3 février dans la Kémo au centre du pays.

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com