Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

6 mars 2017 1 06 /03 /mars /2017 18:56
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : Deux conteneurs d’armes créent des incompréhensions au port Amont à Bangui

 

Par Fridolin Ngoulou le 6 mars 2017

 

BANGUI, 6 mars 2017 (RJDH)–Des armes confondues ont été découvertes aujourd’hui au port amont à Bangui. Les armes proviennent de la ville d’Akwaba l’une des villes de Jakarta en Indonésie. La Minusca et le gouvernement ont réagi dans un communiqué conjoint à ce sujet et qualifient d’incompréhension la réaction de la population.

 

La découverte de ces conteneurs crée la panique au sein de la population, alors que le pays est sous embargo, l’interdisant l’importation des armes. Ceci intervient dans un contexte où les forces armées centrafricaines sont frappées par ces mesures, alors que les groupes rebelles utilisent des armes.

 

Selon les informations du RJDH, « c’est au total 523 armes confondues qui ont été découvertes dans l’un des deux conteneurs ouvertes ce jour au port Amont. Ces armes viennent d’Akwaba une ville de Jakarta via Douala avant d’être acheminées à Bangui ».

 

Les autorités centrafricaines et la Minusca étaient présentes au port Amont pour constater la découverte de ces armes.

 

Dans un communiqué conjoint Minusca-Gouvernement à ce sujet, il s’agirait des armes destinées à la Minusca, « dans le cadre du déploiement d’une nouvelle unité de police mobile de la MINUSCA, deux conteneurs de 20 pieds transportant des armes et des munitions, sont arrivés le 18 février dernier à Bangui, en provenance du port de Douala, au Cameroun. Le dédouanement de cette cargaison ayant suscité des incompréhensions », explique le communiqué conjoint.

 

Selon le communiqué, le « Gouvernement centrafricain et la MINUSCA tiennent à informer l’opinion publique nationale et internationale, qu’après des échanges et des explications claires de part et d’autre, tout malentendu sur la question a été levé ».

 

Des sources policières ont fait savoir qu’il s’agirait de 10 conteneurs dont 8 seraient déjà en circulation, « nous cherchons à confirmer l’information. Si cela est vraie, nous ferons tout pour mettre la main sur les 8 autres », a promis cette source.

 

Après la crise qu’a connue la RCA, l’insécurité reste un problème majeur des centrafricains. L’Etat Centrafricain a perdu le contrôle de son territoire. La sécurité est assurée par la Minusca qui est la seule institution qui a l’habilité à contrôler le pays à défaut des forces nationales.

 

Par Fridolin Ngoulou et Suzan Daworo

 

 

Centrafrique : Des bâtiments administratifs toujours occupés par les éléments de l’UPC à Bambari

 

Par Nina Verdiane Niabode le 6 mars 2017

 

BAMBARI, 06 mars 17, (RJDH)… Les bâtiments administratifs de Bambari à l’est du pays sont toujours occupés par les éléments de l’UPC de Ali Daras alors que quelques habitants nettoient leur terrain ce 6 mars en vue de leur probable retour.

 

Selon le constat du RJDH, les éléments de l’UPC sont encore dans les bâtiments administratifs qu’ils ont occupés depuis leur installation dans la ville. Cette présence est notée alors que la Minusca a déclaré la ville de Bambari une ville sans groupe armés et intervient quelque jour après le retrait des leaders Anti-Balaka et UPC de cette localité sous pression de la mission onusienne.

 

Des sources concordantes confirment la présence des éléments de l’UPC « Il y’a des éléments de l’UPC qui sont encore visibles dans la ville de Bambari. Ils se promènent désormais sans armes avec des tenus civils et font des exactions dans la ville. Ils occupent les administrations publiques telles que le commissariat, la commune et la direction des douanes » a-t-on rapporté au RJDH.

 

Le retrait de Ali Daras stimule le retour des déplacés de la ville de Bambari « malgré que la majorité des maisons soit détruite, les personnes déplacées commencent à nettoyer leurs terrains en attendant une aide de la part du gouvernement ou des humanitaires à reconstruire leur maison » a ajouté ces sources.

 

La présence des hommes de l’UPC à Bambari a été brandi par le FPRC comme une raison de marcher sur la ville après la mort de Zoundeko./

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com