Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

24 mars 2017 5 24 /03 /mars /2017 23:06
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Environ trois bataillons des FACA sur six seront formés d’ici à 2018, selon l’EUTM-RCA

 

Par Jean Fernand Koena le 24 mars 2017

 

BANGUI, 24 Mars 2017(RJDH)—Plus de 750 hommes des Forces Armées Centrafricaines (FACA) formés par l’EUTM vont être certifiés et la mission entend former au moins 3 bataillons sur 6 y compris les officiers instructeurs d’ici à 2018. Précision du général Ruys commandant la force de l’EUTM dans une interview accordée au RJDH ce 23 mars à Bangui.

 

L’EUTM est la mission européenne au côté des Forces Armées Centrafricaine (FACA), une approche de la défense qui s’occupe du volet technique et opérationnel après la phase conseil menée par l’EUMAM. Six bataillons de l’armée soit environ 4.500 hommes seront formés par l’EUTM. La précision du général Ruys intervient alors que le président Faustin Archange Touadera s’inquiète de la lenteur dans le rythme et la vitesse de la formation dispensée par l’EUTM.

 

Face aux inquiétudes, le général Ruys rassure « EUTM a commencé depuis l’année passée et on a une mission initialement pour deux ans. Maintenant, on est dans la première partie de ces deux ans et au mois de juillet on aura un an actif. Pendant ces deux ans, la mission EUTM doit former entre deux et trois bataillons. Donc finalement quand cela continue comme on le fait maintenant, il y aura mi-2018 trois (3) bataillons complets qui vont être formés. Mais je dois y ajouter aussi qu’entre temps, on forme les officiers et les sous-officiers de votre armée et aussi on donne les formations basiques pour que l’armée soit triling dans les zones de groupement ici à Bangui », a-t-il développé.

 

La mission EUTM qui dispose de plusieurs piliers estime que l’essentiel aujourd’hui est l’équipement et non la vitesse dans la formation «ce n’est pas la vitesse de l’entrainement qui est important ; c’est qui est le plus important selon moi c’est que ceux qui sont formés reçoivent de l’équipement surtout de l’armement et puissent continuer leur entrainement et éventuellement si le gouvernement le décide, ils peuvent être engagés pour protéger la population », a-expliqué le général Ruys.

 

Des sources proches de l’EUTM, la formation dispensée jusque-là répond aux critères des objectifs et le colonel Vermulen, chef de pilier entrainement se félicite de la capacité des FACA à chaque étape de la formation.

 

L’EUTM est la troisième mission européenne après l’EUMAM et l’EUFOR-RCA. Au moins 100 instructeurs centrafricains sont formés simultanément avec les compagnies et seront appelés à dispenser la formation au côté des forces de l’Europe à leurs frères d’armes.

 

 

Centrafrique: Des membres de la Haute Cour de la Justice et de la Cour Constitutionnelle prêtent serment

 

Par Judicael Yongo le 24 mars 2017

 

BANGUI, 24 Mars 2017(RJDH) — 9 membres de la Haute Cour de Justice et 8 de la Cour Constitutionnelle ont prêté serment ce 24 mars devant le chef de l’Etat au palais de la CEMAC à Bangui. Occasion pour Faustin Archange Touadera d’appeler les sages au respect de leur serment.

 

Les institutions prévues par la constitution en son article 155 se mettent progressivement en place. C’est dans ce contexte que les membres des Cours ont prêté serment devant le président de la République. Le nombre des jurés peut être complété avec la mise en place du Sénat où le président selon la Constitution doit proposer des noms après les élections municipales et régionales.

 

Jean Pierre Waboé, l’un des jurés pour la Cour Constitutionnelle rassure sur le respect de la loi « les taches sont immenses, mais nous devons tout faire pour défendre la question de la nation » a-t-il promis.

 

L’honorable, Laurent Gon-Baba, membre de la Haute Cour de Justice a souligné qu’il est important de, « respecter la loi et le peuple centrafricain, et non de juger au nom de l’intérêt personnel ».

 

Faustin Archange Touadera s’est adressé aux sages en ces termes : « Vous jurez de bien et fidèlement remplir vos fonctions et de les exercer en toute impartialité dans le respect de la constitution et de la Loi, de garder le secret des délibérations et de vous conduire en tout comme un digne et loyale juge, il faut bien respecter vos engagements ».

 

La parité est respectée au niveau de la Cour Constitutionnelle et les sages vont se réunir en leur sein pour choisir ceux qui vont présider ces institutions

 

 

Centrafrique : La FAO lance en avril la campagne vivrière 2017

 

Par Nina Verdiane Niabode le 24 mars 2017

 

BANGUI, 24 mars 2017(RJDH)… L’organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture(FAO) va lancer d’ici avril la campagne vivrière 2017 en Centrafrique. Elle a présenté les principaux axes de cette campagne dans une réunion qu’elle a organisée le 23 mars à son bureau à Bangui.

 

La Centrafrique a connu trois années sombres suite aux violences qui ont ébranlé le tissu social et ont freiné l’élan du développement à travers les activités agricoles. Malgré le retour à l’ordre constitutionnel qui a favorisé la relance de l’agriculture, environ 2 millions de personnes se trouvent toujours dans l’insécurité alimentaire.

 

La campagne vivrière est une manière de réponse aux besoins de la population, « nous cherchons à réduire le taux de malnutrition, et lutter contre l’insécurité alimentaire à travers cette campagne vivrière », a expliqué Etienne Gounio-gabia, chargé de programme FAO.

 

Cette année, la campagne est lancée tout en tenant comptes des leçons apprises de la précédente. Le nombre des ménages sera augmenté en respectant les critères d’identification contrairement à l’année passée, a fait savoir Albert Bango-Makoundou, chargé des programmes au Programme Alimentaire Mondial (PAM), « nous avons ciblé un objectif de 133.000 ménages à atteindre cette année. Les séances publiques d’identification seront faites dans nos zones cibles», a-t-il précisé.

 

Pendant cette campagne, la FAO procédera à la distribution des semences et outils de travail aux ménages ciblés.

 

Pour l’exécution de cette campagne, la FAO travaillera avec 31 organisations non gouvernementales dont 13 ONG nationales. Cependant les zones occupées par les groupes ne seront pas bénéficiaires.

 

 

Centrafrique : Le staff national de MSF Hollande menace d’entrer en grève

 

Par Parfait Teddy Komesse le 24 mars 2017

 

BANGUI, 24 Mars 2017 (RJDH) —Le personnel national de MSF Hollande entend protester contre la discrimination, l’inobservation du règlement intérieur de MSF et pour l’harmonisation de salaire par leur employeur. C’est la substance d’un préavis de grève déposé ce 23 mars sur le bureau du responsable de cette structure à Bangui.

 

Ce mouvement de grève est envisagé alors que le tableau de la crise en Centrafrique reste sombre et que l’action humanitaire reste un socle pour le développement du pays. Ce préavis concerne les cadres, les agents de maitrise et les employés.

 

Ces agents nationaux devraient être payés par chèque, mais l’équipe a refusé. Selon un personnel, « l’inspection de travail a bien dit qu’on doit être payé par virement bancaire sur le compte du choix de l’intéressé, par chèque ou en espèce sur le lieu de travail. Mais l’administration s’impose pour payer seulement en chèque. Nous voulons bien mais il y’a trop des tracasseries à la Banque. Choses qu’elle refuse de comprendre», a-t-il expliqué.

 

Selon le personnel, ce préavis de grève est l’échec des discussions entre MSF Hollande et l’Inspection de travail Bangui-Centre « les délégués du personnel ont réagi suite à une réunion tenue le 01 Mars 2017, organisée par les responsables des Ressources Humaines de MSF-Hollande en présence de son avocat, le Directeur des Etudes de l’Inspection de travail de Bangui et les délégués du personnel », peut-on lire dans le document de préavis de grève.

 

Le personnel de MSF a une liste des griefs contre l’administration, « nous sommes 66 et nous déposons ce délai parce qu’il y a inobservation du règlement intérieur de MSF-Hollande qui stipule dans son article 44 alinéa 3 : le salaire sera payé au plus tard le dernier jour ouvrable du mois, le manque de flexibilité du côté de l’employeur, la discrimination dans l’harmonisation de salaire du personnel par l’employeur », a témoigné un des délégués du personnel sous couvert de l’anonymat.

 

Dans une déclaration, MSF-Hollande relève qu’une négociation avec les représentants de ce personnel à propos des différents points de revendications est en cours. Pour cela, « MSF se réserve de toute déclaration ouverte par voie de presse pendant cette période de la négociation interne ». L’organisation souligne qu’elle respecte « scrupuleusement la loi du pays et qu’elle paye son personnel conformément à la loi de travail en République Centrafricaine ».

 

L’ONG MSF-Hollande apporte une assistance sanitaire aux personnes vulnérables depuis plusieurs années en Centrafrique. La grève, qui sera effective lundi 27 mars si les négociations n’aboutissent pas, peut avoir des conséquences sur les bénéficiaires

 

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com