Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 23:10
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : Les magistrats présélectionnés pour la Cour pénale spéciale en phase d’entretien

 

Par Judicael Yongo le 9 mars 2017

 

 

BANGUI, 9 mars 2017(RJDH)—Six magistrats nationaux en lice pour le poste du procureur général adjoint de la Cour pénale spéciale sont en phase d’entretien à Bangui. Information confirmée au RJDH par le comité de recrutement qui souhaite l’accélération dans les traitements en vue de faciliter la mise en place de la structure.

 

Près d’un mois après la nomination du procureur général de la Cour Pénale Spéciale, le comité de recrutement des magistrats recherche un adjoint au procureur général de ladite cour. Six magistrats centrafricains sont en lice pour ce poste à savoir : Alain Ouaby-Bekaï, Christ Bekela Wassilo, Eric Didier Tambo, Ghislain Gresénguet, Parfait Rodrigue Yangadia et Sanny Jacob Damili. L’entretien se poursuit alors que la Minusca et le PNUD penchent sur le dossier du juge d’instruction relevant de la partie internationale.

 

Joint par le RJDH, un membre du comité présente les avancés dans le travail de présélection « l’interview des candidats se déroule bien, les membres du comité sont entrain de poser des questions et évaluer en fin de compte sélectionner les deux meilleurs. C’est au niveau du Conseil supérieur de la magistrature que le choix va se faire entre les deux avant le décret de nomination par les autorités » a indiqué ce cadre du comité.

 

Un soutien d’un montant de 6.9 million de dollars américain pouvant supporter les charges des 14 premiers mois est déjà disponible selon le PNUD et la Minusca. Ce fond va faciliter l’installation de l’arsenal juridique centrafricain qui se fera en deux phases. La première phase consacrée à l’appui aux enquêtes et le fonctionnement du bureau du procureur, de l’unité spéciale de police judiciaire, des cabinets d’instructions, de la chambre d’accusation spéciale, et du greffe. Et la seconde sera à l’appui aux procès.

 

 

Centrafrique : Des éleveurs peulhs verseraient de l’argent contre les zones de pâturages à Sibut

 

Par Ketsia Kolissio le 9 mars 2017

 

SIBUT, 09 Mars 2017(RJDH)–Des éleveurs peulhs de retour à Sibut au centre du pays auraient versé de l’argent aux autorités de cette localité en contrepartie de zone de pâturages. Cette situation a été au cœur d’une réunion sécuritaire ce jeudi 09 mars avec les habitants dans la ville.

 

Plusieurs éleveurs peulhs ayant fui la localité par peur de représailles retournent progressivement à Sibut et à Damara au centre du pays après la crise. Ce retour se fait dans un contexte de transhumance parfois caractérisée par un conflit entre agriculteurs et éleveurs.

 

Des sources indépendantes ont rapporté au RJDH que les peulhs auraient versé une somme de 1.500.000 Fcfa et 3 bœufs au préfet de la Kémo pour disposer des zones de pâturages. « Certains habitants de la localité ont confirmé l’information mais les éleveurs peulhs refusent d’en parler par peur de leur vie », rapporte un leader communautaire.

 

Ce problème est l’échec de la réconciliation, selon la population qui accuse la section affaire civile de la Minusca « la réconciliation doit être minutieusement préparée, mais la section affaire civile de la Minusca est entrain de forcer la cohésion sociale avec le retour des peuhls. Or, le DDRR est l’un des facteurs du retour de la paix et de la cohésion sociale », a critiqué un chef du quartier présent à la réunion.

 

Le préfet de la Kémo ne s’est pas encore prononcé sur les accusations portées contre lui. Cette affaire intervient un mois après l’accusation supposée de détournement des émoluments des chefs de village par les députés de cette préfecture.

 

La Minusca dans la localité a rejeté l’idée émise par la population pour le forcing du retour des peuls.

 

C’est depuis les évènements de 2013 que les éleveurs peuls ont quitté Sibut. Ce retour progressif est favorisé par le retour de la sécurité dans cette zone.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com