Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 14:28
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

 

Centrafrique : Le retrait de Ali Darassa de Bambari confirmé par l’Etat-major de l’UPC

 

PAR BIENVENUE MARINA MOULOU-GNATHO LE 22 FÉVRIER 2017

 

BANGUI, 22 Février 2017(RJDH)—Ali Darassa, leader militaire de l’UPC a quitté la ville de Bambari dans la nuit du mardi 21 février. L’information est confirmée, dans un communiqué de presse publié ce jour par l’Etat-major du mouvement qui parle d’un retrait tactique.

 

Le départ de Ali Darassa de Bambari fait suite à la pression que font peser sur ces derniers par la Minusca et la coalition menée par le FPRC.

 

Le départ de Ali Darassa, selon l’état-major de son mouvement n’est ni une fuite ni un abandon. Ce que le mouvement qualifie de retrait, « obéit à une logique de favoriser la paix », peut-on lire dans le communiqué.

 

L’Etat-major annonce l’installation dans les environs de Bambari de l’Etat-major de l’UPC sans donner des précisions sur la nouvelle ville où le mouvement compte s’installer. Dans le document le haut commandant de l’Etat-major de l’UPC ne cache pas son attachement à la ville de Bambari et n’exclut pas de recourir à la force si le FPRC venait à créer le chaos dans cette localité, « Le général de division Ali Darassa Mahamat suit de très près la situation sécuritaire et ne laissera jamais la ville de Bambari tomber dans le chaos, la division ethnique, le massacre d’une partie de sa population, le génocide », précise le document.

 

Ali Darassa, selon les informations du RJDH a quitté la ville de Bambari mardi 22h35. Même si les sources sont unanimes sur l’axe pris par le convoi du leader de l’UPC (axe Alindao), elles restent partagées sur sa destination finale. Mais selon les informations RJDH, Ali Darassa serait à Gbokologbo, village proche de Bambari et habité majoritairement par des peulhs.

 

Aux dernières nouvelles, de nombreux éléments de l’UPC sont encore dans la ville de Bambari. Ces derniers ont été aperçus en tenue civile, malgré le retrait de leur chef.

 

Le mouvement armé UPC, signataire de l’accord du 10 mai 2015 qui a posé les bases du DDRR, est depuis une semaine sous une double pression de la Minusca et de la coalition du FPRC. Son départ de Bambari a eu lieu 1h30 avant l’expiration de l’ultimatum de la Minusca.

 

 

Centrafrique : Une manifestation contre l’insalubrité organisée dans le 2ème arrondissement de Bangui

 

PAR JUDICAEL YONGO LE 22 FÉVRIER 2017

 

BANGUI, 22 février 2017(RJDH)—Des habitants du 2ème arrondissement de Bangui ont manifesté ce matin pour exiger le ramassage des tas d’ordures déposés dans leur secteur. Ils ont bloqué pendant quelques heures la circulation avant d’avoir gain de cause.

Cette manifestation anti-insalubrité est enregistrée alors que la ville de Bangui est de plus en plus dominée par les ordures.

 

Juste à côté du Pont de lycée Saint Charles, une montagne d’ordure s’est constituée. C’est à cause de ces tas que les habitants du secteur ont organisé leur mouvement. Ils ont barricadé l’avenue David Dacko par ces ordures. La circulation a été perturbée dans cette partie de la capitale centrafricaine pendant une bonne partie de la matinée.

 

Le ramassage de ces ordures est la principale réclamation des manifestants, « depuis que ce lieu a été choisi pour le dépôt d’ordures, le service de la mairie n’est pas venu faire le ramassage. Nous manifestons pour demander l’intervention rapide de la mairie parce que l’odeur nous tue dans le secteur » a expliqué Guy Grekongo, un des manifestants.

 

Mathurin Massikini, Député de la 2ème circonscription du 2ème arrondissement de Bangui, présent sur les lieux a indiqué que des efforts sont en ce moment en vue pour arriver à régler cette situation sauf que pour lui, « mais l’organisation du travail n’est pas bien suivi».

 

La situation a été réglée par le déploiement des camions d’évacuation des ordures sur le terrain. Un cadre de la Mairie contacté par le RJDH a indiqué que le ramassage de ces ordures était déjà prévu par la municipalité.

 

Neuf mois après la nomination d’Emile Raymond Gros Nakombo comme maire de Bangui, l’insalubrité qu’il avait promis de combattre n’a pas baissé. Elle prend par contre des proportions inquiétantes dans toute la ville de Bangui.

 

 

Centrafrique : Les vacataires du fondamental 2 en grève, appellent à l’ouverture des négociations avec le gouvernement

 

PAR NOURA OUALOT LE 22 FÉVRIER 2017

 

BANGUI, 22 février 2017(RJDH)— Le collectif des professeurs du fondamental 2, en grève depuis deux semaines, souhaitent discuter avec le gouvernement sur leur revendication. Pour eux, la discussion avec le gouvernement est la seule condition à la reprise des cours au fondamental 2.

 

1.200 professeurs vacataires du fondamental 2 sont concernés par le mouvement. Leur collectif justifie leur mouvement de grève par la lenteur observée dans le processus de leur intégration, « nous avons mené des démarches à plusieurs niveaux. Nous avons rencontré les autorités mais nous n’avons pas obtenu satisfaction par rapport à la date de notre intégration. Rien n’avance, c’est pourquoi la base a décidé de déclencher ce mouvement de grève illimité », a confié Hervé Mermoz Zaka, secrétaire général du collectif interrogé par le RJDH.

 

Ces enseignants vacataires dont certains sont en attente d’intégration depuis 15 ans, conditionnent la reprise des cours par l’ouverture des négociations avec le gouvernement, « les cours sont bloqués en ce moment et nous ne pouvons reprendre que si les autorités ouvrent les négociations parce qu’il nous faut voir la volonté du gouvernement à se pencher sur notre situation », a fait savoir le Secrétaire Général du mouvement.

 

Les responsables du département de l’éducation contactés par le RJDH n’ont pas souhaité se prononcer sur la condition de reprise fixée par le collectif.

 

Les cours dans plusieurs lycées à Bangui et dans l’arrière-pays sont bloqués depuis le 13 février 2017 à cause de la grève des professeurs vacataires en instance d’intégration./

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com