Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 17:21
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH
Nouvelles nationales sur RJDH

 

 

Centrafrique : Des hommes armés en provenance du Tchad se dirigent sur Bambari

 

PAR MINERVE NGOUPANDÉ LE 14 FÉVRIER 2017

 

Bandoro, le 14 février 2017 (RJDH) — Une bande armée partie du Tchad a investi hier, 13 février la ville de Kaga-Bandoro aux environs de 20h. Ces hommes armés ont pour destination Bambari en soutien au FPRC. Leur présence a paralysé toute les activités dans la localité.

 

Kaga-Bandoro a été investi hier nuit par des hommes en armes qui ont signalé leur présence par des tirs et leur objectif est la ville de Bambari.

 

Joint par le RJDH, une source anonyme a affirmé que « ces hommes en tenue militaire, venus en moto, ont mis la population en débandade. Des crépitements d’armes ont été entendus également dans la matinée du 13 février 2017 et la ville semble un peu morte ». Il a ajouté que « bon nombre de ce groupe armé a quitté Kaga-Bandoro à destination de Bambari pour renforcer les rangs du FPRC ».

 

Face à cette situation inquiétante, « la MINUSCA a multiplié ses patrouilles dans la ville et a demandé à la population de restreindre leurs mouvements afin d’éviter d’éventuel conflit », a rappelé la même source.

 

Depuis trois mois, le combat fratricide UPC-FPRC sévit au centre de la RCA. Dans cette bataille, le FPRC a perdu l’un de ses généraux tué le 12 février par la Minusca lorsque son convoi voulait franchir la ligne rouge tracée par les casques bleus en Centrafrique.

 

 

Centrafrique: L’insécurité handicape la pérennisation de la culture du coton

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 14 FÉVRIER 2017

 

Bossangoa, 14 Février 2017 (RJDH) — Le président de la délégation spéciale de la ville de Bossangoa, Pierre Dénamguéré, a déclaré la semaine dernière que la restauration de la sécurité dans les régions nord et centre de la RCA, est une condition sine qua none de la relance des activités agricoles.

 

Le 04 février, le Président centrafricain, F.A Touadera a relancé les activités cotonnières à Bossangoa et payé les arriérés aux cotonculteurs. Cela a réjoui le président de la délégation spéciale de la ville de Bossangoa qui a aussi exhorté le Gouvernement à pacifier la région pour un redécollage de l’agriculture centrafricaine.

 

Selon Pierre Dénamguéré, « le gouvernement a l’obligation de restaurer la sécurité en redéployant les forces de sécurité et de défense sur toute l’étendue du territoire. Cette reprise des activités agricoles sera bénéfique aux cotonculteurs, si la libre circulation des personnes et des biens est garantie», suggère-t-il.

 

Il a rappelé que « 61 groupements sur environ 400, perçoivent les arriérés de 2012 à 2014. La campagne cotonnière est aussi un socle de la culture vivrière, parce que les engrains utilisés pour la culture du coton fertilisent le sol cultivable »

 

Environ 400 groupements agricoles des préfectures de l’Ouham et de l’Ouham-Pendé ont été fragilisés par la crise de 2013 à 2014, dont le montant global est fixé à 1 400 000 000 FCFA.

 

 

Centrafrique : Morts et pertes matérielles dans l’attaque d’un village proche de Nana-Bakassa

 

PAR AUGUSTE BATI-KALAMET LE 14 FÉVRIER 2017

 

Nana Bakassa, 14 février 2017 (RJDH) — Des hommes armés non identifiés ont attaqué samedi dernier le village Bowaï, proche de la Sous-préfecture de Nana-Bakassa. Trois morts et de nombreux dégâts matériels enregistrés après le passage des bandits.

 

Une semaine après le passage du Chef de l’Etat dans la Préfecture de l’Ouham, les incursions mortelles des hommes armés dans les villages recommencent. Samedi dernier, le village Bowaï a été la cible d’un groupe armé qui serait des ex-Séléka venus de Koui.

 

Joint par le RJDH ce 14 février, le Sous-préfet de Bossangoa, Edouard Ignabouadé, a révélé que les dégâts de l’attaque sont considérables. « Nous avons été informés par le maire de la localité que trois personnes ont été tuées, dont deux hommes et une femme âgée », a-t-il précisé. Il a ajouté qu’« environ 365 maisons ont été pillées et incendiées par ces ravisseurs. Ce bilan est provisoire car la Minusca a été sur les lieux afin de réduire l’avancée des assaillants ».

 

Le Sous-prefet a aussi déclaré que « la population des villages environnants est paniquée suite à cette incursion musclée des groupes armés ».

 

Le Porte-parole de la Minusca,Vladimir Monteiro a confirmé ce bilan et a déploré les attaques perpétrées contre la population civile qu’il a qualifié de « dégâts considérables ». Il a souligné qu’« une patrouille a été organisée afin de réduire les nuisances de ces groupes armés ».

 

Le président de la délégation de la ville de Bossangoa a interpellé le gouvernement à la restauration de la sécurité dans le nord et le centre de du pays pour la libre circulation des personnes et des biens.

 

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com