Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 15:00
Lu pour vous : Interview Guy Labertit, France : Existe-t-il un conseiller spécial Afrique à l’Élysée?

 

 

 

http://www.lesafriques.com/  08-02-2017

 

Au cours de cette campagne présidentielle française, nous vous proposons de découvrir les coulisses de la future politique africaine qui sera menée par le successeur de François Hollande en mai prochain. Guy Labertit, ancien conseiller spécial Afrique au sein du PS, géré à l’époque par l’actuel chef de l’État, nous dresse un bilan et un regard avisé de la politique française sur le continent.

 

Les Afriques : Le chef de l’État français avait dit : «En Afrique, il n’y a que des coups à prendre». 20 ans plus tard, il est devenu le président de la République et s’apprête désormais à quitter le pouvoir. François Hollande s’est-il réellement «converti» à l’Afrique?

 

Guy Labertit : Oui, de par sa fonction, dans la mesure où l’Afrique est la base du champ d’action diplomatique français. Aucun président français ne peut s’exonérer de s’intéresser à l’Afrique. Il s’agit là de l’avenir de la France même si j’ai parfois le sentiment qu’un certain désintérêt, vis-à-vis du continent africain, commence à se faire sentir dans le milieu politique français.


Depuis votre départ de votre fonction de conseiller en 2006, quel regard portez-vous sur le rôle des conseillers spéciaux sur le continent africain?

 

C’est simple. Il n’y en a plus. Il s’agit d’une forme de régression, car les problématiques liées au continent africain, au sein du PS, sont englobées dans un pôle plus large géré par Maurice Braud (International et mondialisation, ndlr). Cela est quelque part regrettable d’autant que le conseiller Afrique à l’Élysée, Thomas Melonio, a une vision du continent qui lui est propre, résultant principalement de son passé à l’Agence française de développement.


Que voulez-vous dire par là?

 

Il semble connaître le continent africain uniquement sous le prisme des ONG. Cela reste une vision parcellaire du continent, alors que, lorsque j’étais en fonction, j’avais multiplié les prises de contact, je connais certains leaders politiques du pouvoir et d’opposition depuis mes années estudiantines. J’ai été proche de leaders d’opposition au Tchad, de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire...

 

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine...


PROPOS RECUEILLIS PAR RUDY CASBI

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com