Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 11:45
L'Onu disperse un rassemblement de miliciens en Centrafrique

 

 

 

DAKAR, 26 février (Reuters) 26/02/2017 à 23:0 - La mission de l'Onu en Centrafrique a annoncé avoir dispersé un rassemblement de miliciens lourdement armés dimanche à Bambari en République centrafricaine en utilisant notamment à un hélicoptère d'attaque.

 

    Une quarantaine de combattants du Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), armés de Kalachnikov et de grenades RPG s'étaient rassemblés à Bambari, mais les forces de la Minusca (Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique) indiquent dans un communiqué être intervenues pour les empêcher de se livrer à des violences.

 

    Il s'agit "d'empêcher une guerre" entre la milice et une milice rivale, l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC), ajoute la Minusca.

 

    Ces deux groupes sont issus de la Séléka, alliance de rebelles musulmans qui a évincé le président François Bozizé du pouvoir en 2013, déclenchant une riposte des milices chrétiennes "anti-balaka". Le pays s'est alors retrouvé en proie aux violences confessionnelles.

 

    La France, intervenue en décembre 2013 pour faire cesser l'escalade meurtrière dans le cadre de l'opération Sangaris, a mis fin à sa mission en octobre, pour laisser la charge de la sécurité à la Minusca, qui comprend 12.500 casques bleus.

 

    Le bilan de l'opération aérienne n'est pas connu, a déclaré le porte-parole de la Minusca, Vladimir Monteiro.

 

    "La Minusca met en garde la coalition (FPRC) contre toute tentative d'amener la guerre à Bambari", a-t-il ajouté.

 

    Le FPRC est désormais allié aux milices anti-balaka. 

 

    Lors de combats avec le FPRC en décembre, les rebelles de l'UPC ont tué plus de 30 personnes, a indiqué l'ONG Human Rights Watch.     

 

 (Tim Cocks; Danielle Rouquié pour le service français)

 

 

Centrafrique: intervention aérienne de l'ONU contre un groupe "lourdement armé"

 

27/02/17 (AFP)

 

La Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) a déclaré avoir conduit dimanche une opération aérienne contre un groupe "lourdement armé" près de Bambari (centre), la deuxième ville de Centrafrique.

 

"Une quarantaine d'éléments de la coalition dirigée par le Front populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC), lourdement armés avec des (fusils) AK47 et des RPG (ndr: lance-roquettes), ont été localisés dimanche matin à quelques kilomètres au nord de la ville de Bambari", indique la Minusca dans un communiqué.

 

"La Minusca est intervenue entre 08h00 et 10h00 (07h00 et 09h00 GMT) pour stopper la progression offensive de la coalition. Le bilan de cette opération aérienne n'est pas encore connu", ajoute la Minusca, qui compte au total 12.000 hommes en Centrafrique.

 

"On a envoyé la Croix-Rouge pour s'occuper des blessés du côté du FPRC", a précisé un porte-parole de la Minusca joint par l'AFP.

 

La région de Bambari a été le théâtre ces dernières semaines d'affrontements entre deux factions rivales de l'ex-milice de la Séléka, le FPRC et l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC), au détriment des populations civiles.

 

La Minusca avait indiqué mardi avoir obtenu le départ de Bambari du chef de l'UPC, Ali Ndarass. Elle avait aussi indiqué que quatre de ses Casques bleus avaient été blessés à Ippy (à une centaine de km au nord-est de Bambari) par des éléments du FPRC.

 

Dans son communiqué, la Minusca "rappelle qu'elle utilisera tous les moyens à sa disposition pour éviter une escalade de la violence qui mettrait en péril la vie des populations civiles".

 

La Centrafrique peine à se relever du conflit provoqué par le renversement en 2013 du président François Bozizé par la coalition de la Séléka prétendant défendre les droits des 20% de musulmans, entraînant une contre-offensive des milices anti-balakas majoritairement chrétiennes.

 

Le conflit a fait des milliers de morts et des centaines de milliers de réfugiés. L'intervention de la France et des Nations unies a permis l'élection d'un nouveau président il y a un an et le retour d'un calme relatif dans la capitale Bangui. Les groupes armés restent cependant actifs dans l'intérieur du pays, principalement pour le contrôle des ressources (bétail, or, diamants...).

Partager cet article

Repost 0
Centrafrique-Presse.com